Le nouveau film de Marvel « Civil War » répond-il aux attentes des lecteurs de la série ?

14 avril 2016 2 commentaires
  • En 2006, Mark Millar secouait l'univers de l'éditeur Marvel avec son crossover dénommé « Civil War » : sur fond de politiques sécuritaires post-11 septembre, le scénariste organisait des rencontres musclées entre héros de l'éditeur qui ne partagent pas la même philosophie. En 2016, Marvel Studios reprend le titre et le concept de cette histoire pour les porter sur grand écran, sans adapter de près ou de loin l'histoire narrée par Mark Millar dix ans plus tôt. Pour quel résultat ?

L’évolution de l’univers cinématographique de Marvel Studios a de grandes conséquences sur la vie des séries actuelles de l’éditeur Marvel. Par exemple, depuis 2012 et le crossover Avengers Vs. X-Men, les premiers sont portés aux nues par l’éditeur alors que les seconds sont de plus en plus relayés à l’arrière-plan. Des esprits malins pourraient ainsi souligner que les premiers engrangent de substantiels revenus sur grand écran (le premier film Avengers est sorti la même année), ce qui n’était plus le cas des seconds, ces derniers étant sous l’étendard de la 20th Century Fox.

Qu’écrire de plus sur ces jeux interdits entre médias si ce n’est que l’éditeur Marvel prévoit même de lancer comme événement de l’année un Civil War II, dirigé cette fois-ci par Brian M. Bendis. Il nous semble donc plus qu’intéressant de suivre l’évolution de ces films afin de capturer les tendances qui marqueront les séries de l’éditeur Marvel au cours des prochaines années.

Le nouveau film de Marvel « Civil War » répond-il aux attentes des lecteurs de la série ?

Un film au casting impressionnant

Civil War est le troisième film de la série consacrée à Captain America. Les attentes des fans sont énormes ! Imaginé comme un opus des aventures des Avengers, le film met finalement en scène une douzaine de personnages de Marvel Studios qui doivent vendre autant de rêve que la bande-dessinée où des dizaines d’héros de l’éditeur se mettaient sur la figure pour des raisons idéologiques ! Un défi de taille relevé par les frères réalisateurs Anthony & Joe Russo, qui ont d’ailleurs réalisé le précédent opus : Le Soldat de l’Hiver.

Soyons clair : les spectateurs qui paieront leur place pour voir une adaptation du récit originel de Mark Millar->art5426] seront déçus, : le film n’en reprend que le concept, à savoir des personnages qui s’affrontent pour des raisons idéologiques et personnelles.

Est-ce que le film délivre des moments aussi marquants que ceux de la bande-dessinée comme par exemple la révélation publique de l’identité secrète de Spider-M ? Ou le meurtre de Captain America sur les marches du tribunal menant à son procès ? Non.

Pour autant, ce film est-il alors dénué d’intérêt ? Très loin de là.

En soi, Captain America – Civil War remplira sans conteste tous les critères de satisfaction auprès des amateurs des productions de Marvel Studios. Le contenu est dense (près de 2h30) et les multiples affrontements entre les personnages sont présentés de manière captivante. En apothéose, la conclusion finale évite un consensus mièvre tel qu’on aurait pu initialement le craindre. Ce qui renforce la curiosité pour découvrir comment les prochains films rebondiront sur la situation finale de Captain America – Civil War.

À la décharge du long-métrage, seuls quelques retournements de situation nous ont parus suspects ou superficiels, notamment pour amorcer certains affrontements, mais cela n’entache pas trop le très beau tableau d’ensemble que proposent les frères Russo.

Un nouveau super-héros porté à l’écran

Points non négligeables pour les amateurs, le film introduit aussi deux personnages attendus dans l’univers de Marvel Studios : la Panthère noire, le premier super-héros africain porté sur le grand écran dans ce genre de productions, et Spider-Man, transfuge de Sony Pictures qui retrouve ses collègues pour l’occasion.

Nous tenons là deux transpositions réussies, notamment la Panthère noire que nous avons hâte de revoir dans un film centré sur lui. Quant à lui, Spider-Man demeure très efficace. Nous attendons pourtant d’en voir plus avant d’être pleinement convaincu, car le personnage ne reste à l’écran que 15 à 20 minutes. Heureusement, une réplique du personnage mérite presque à elle toute seule de découvrir le film !

Captain America – Civil War est un film que nous recommandons chaudement aux amateurs des productions Marvel Studios, car il constitue assurément le haut du panier parmi celles-ci. Les amateurs des comics Marvel y retrouveront certainement leur compte, malgré la déception de ne pas voir porter sur l’écran le récit fondateur de Mark Millar. Quant aux spectateurs qui ne portent pas dans leur cœur ce genre de productions, ce n’est malheureusement pas ce film qui changera la donne car il s’inscrit dans la suite logique de ce qui a été proposé auparavant.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Captain America – Civil War. Par Anthony & Joe Russo. 2 heures 26 minutes. Sortie le 27 avril 2016.

Lire nos chroniques de Civil War par Mark Millar, Steve McNiven, Dexter Vines et Molly Hollowell : tomes 3 et 4

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Tant mieux si le film n’a presque rien à voir avec la BD de Millar. Une histoire déprimante où tout est laid. Heureusement que les films Marvel conservent l’idéal de l’âge d’argent des comics avec des héros qui, sans être parfait, ont un grande noblesse et une dose d’humour. C’est ce qui manque cruellement aux films tirés de l’univers DC et c’est ce qui provoque, à mon humble avis, leurs résultats un peu décevants comme Batman / Superman, l ’aube de la Justice.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Mister XY, jeune homme ambitieux ! le 16 avril 2016 à  22:57 :

      Je vous trouve bien dur avec Millar. Sa storyline était palpitante, en ligne avec la suspicion générale post 2001. Malheureusement diluée par des ties-in parfois mal foutus, certes ! Mais en tout cas, un événement Marvel (oui, il y en a chaque année, à peu près) mémorable. Plus que les tristes machins qui ont suivi.

      Répondre à ce message