Le phénomène Sword Art Online

1er juin 2015 0 commentaire
  • Phénomène au Japon et succès important à l’international, Sword Art Online, SAO pour les intimes, se présente comme LA franchise japonaise du moment, allant du roman à l’animé en passant par le jeu vidéo, et bien évidemment le manga. Un titre aujourd’hui incontournable, dans l’air du temps, issu d'univers virtuels massivement multijoueurs.

À l’origine, la vogue au Japon des lights novels, ces petits romans d’aventure publiés en feuilleton, souvent illustrés, formellement très simples et très populaires, notamment auprès du jeune public. Le tirage total la saga de Sword Art Online sous forme de roman chez l’éditeur japonais Kadokawa, dans le monde (principalement le Japon, Taiwan, la Chine, la Corée du Sud, la Thaïlande , les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni) est actuellement de 16 700 000 exemplaires, en ce compris les quinze volumes de la série principale et les trois de la série « remake » Sword Art Online : Progressive.

Des chiffres qui laissent songeur et qui traduisent une nouvelle réalité éditoriale au Japon : en 2014, Kadokawa est devenue la seconde maison d’édition japonaise en terme de vente, derrière Kôdansha, et devant Shûeisha et Shôgakukan.

Le phénomène Sword Art Online
Le tome 1 français du light novel
© REKI KAWAHARA/abec KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

Kadokawa est surtout connue à travers sa maison d’édition ASCII Media Works, fer de lance d’une stratégie commerciale différente de celle des trois autres leaders Japonais. Chez cet éditeur, tout commence par ces romans peu onéreux et rapide à produire. Le schéma est simple : si un light novel a du succès, il se trouve adapté en manga, et si les bonnes ventes se confirment, le titre a droit à une série animée.

Ainsi chez Kadokawa, ou plus précisément chez ASCII Media Works, une part essentielle des mangas publiés se trouvent être en réalité des adaptations de light novels issus de leur catalogue. L’autre part étant des adaptations de jeux vidéo ou d’animés à succès (et originaux), la portion de mangas originaux se révélant quant à elle relativement faible.

Trans-Médias

L’édition de light novels, étant beaucoup moins coûteuse à développer que celle de mangas, sert pour l’éditeur de laboratoire d’expérimentation : si le succès se trouve au rendez-vous, le titre emprunte alors la voie de l’adaptation trans-médias.

Kadokawa a bâti toute sa stratégie autour de ce savoir-faire au point que pour l’éditeur une adaptation en animé représente une réussite uniquement si elle engendre une augmentation des ventes du light novel original. Peu importe si les ventes de DVD ou de Blu-ray sont bonnes : si celles du light novel ne sont pas impactées, il n’y aura pas de suite à l’animé !

De plus ces animés, adaptent généralement seulement les premiers tomes, en une ou deux saisons. Pour connaître la suite de ces histoires, le spectateur doit invariablement se tourner vers le light novel ou l’adaptation manga ! Dès 2011, appliquant cette stratégie, Kadokawa contrôlait ainsi 48% du marché du light novel au Japon.

Parmi les titres les plus connus de Kadokawa (et donc ceux chroniqués sur Actua BD), citons : La Mélancolie de Haruhi Suzumiya, A Certain Magical Index, Spice & Wolf, Angel Beats !, Hataraku Maô-sama !, Shakugan no Shana, Log Horizon, Trinity Blood, Strike the Blood ou encore Sword Art Online.

Les mondes virtuels de Kirito

Le tome 15 japonais du light novel
© REKI KAWAHARA/abec KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

Écrit par Reki Kawahara et illustré de la main d’abec, Sword Art Online a débuté en 2009. L’histoire prend place dans un futur proche, en 2022, où les MMORPG [1] invitent les joueurs à s’immerger dans la réalité virtuelle (VRMMORPG), reléguant claviers et manettes aux oubliettes de l’histoire ! Avec le NerveGear, un casque de réalité virtuelle stimulant les cinq sens de l’utilisateur, les joueurs peuvent contrôler leur personnage avec leur esprit.

Nous suivons Kazuto Kirigaya, alias Kirito, joueur du VRMMORPG Sword Art Online qui propose, comme son titre le laisse deviner, aux joueurs de combattre à l’épée tout en parcourant un immense donjon : Aincrad, le château volant.

Comme Kirito a fait partie des bêta-testeurs invités à tester un jeu vidéo avant sa commercialisation afin d’en déceler les éventuels défauts, son avatar dispose d’une grande expérience lorsque le jeu est officiellement commercialisé et ouvert au public, le 6 novembre 2022.

Ce jour-là, plus de 10 000 joueurs se connectent à Sword Art Online pour la première fois et découvrent bientôt qu’ils ne peuvent pas s’en déconnecter. Akihiko Kayaba, le créateur du jeu, les informe qu’ils doivent atteindre le centième étage d’Aincrad et vaincre le boss final pour pouvoir être libérés. On les informe également que si leur avatar meurt dans le jeu, ils mourront véritablement dans le monde réel !...

L’aventure de Sword Art Online dure deux ans, donnant naissance à une micro-société alternative où les joueurs prisonniers vont s’organiser en guildes, soit pour simplement survivre aux attaques de leurs ennemis, soit pour tenter de finir le jeu en dépit du danger qu’ils encourent. Un joueur légendaire va cependant poursuivre son aventure seul, persuadé d’être capable de finir SAO sans l’aide de personne : Kirito.

© REKI KAWAHARA/TSUBASA HADUKI / KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

La rencontre de Kirito avec Asuna l’Éclair constitue l’élément crucial du récit. Leur histoire d’amour conduit véritablement la série : ils se marient à l’intérieur du jeu et réussissent ensemble, avec d’autres compagnons, à finir Sword Art Online.

Après ce premier arc narratif, les suivants mettront en scène d’autres VRMMORPG comme ALfheim Online (ALO), le monde des fées ou Gun Gale Online (GGO), celui des armes à feu, que Kirito parcourra également, menant diverses quêtes. Ces jeux finissent par tous être reliés ensemble, créant un immense réseau de mondes virtuels communiquant entre eux.

Ces mondes virtuels vont devenir les lieux où l’identité et le destin des personnages vont véritablement se construire. Ils seront leur « chez eux » bien plus que le monde réel, et Kirito et ses compagnons devront les protéger de diverses menaces.

Si la série développe ainsi un propos de quête initiatique relativement classique au Japon et d’une grande efficacité, la grande qualité de SAO repose sur l’utilisation astucieuse des éléments propres aux MMORPG, comme les quêtes collaboratrices, les droits de modération ou la possibilité de gagner sa vie grâce à ces jeux, jouant tous un rôle central dans le déroulement de l’intrigue.

Sword Art Online en France

Comme beaucoup d’autres séries c’est par le biais de son adaptation animée, en 2012, que SAO s’est fait connaître chez nous, avec une première saison de 25 épisodes, suivie d’une seconde en 2014, de 24 épisodes, toutes deux diffusées sur Wakanim.

Du côté éditorial, ce sont les éditions Ototo qui ont débuté la publication de la version manga de la saga en novembre 2014. Cette dernière possède la particularité d’avoir une série distincte par arc narratif, réalisée par un mangaka différent à chaque fois. Ainsi il existe actuellement huit mangas de Sword Art Online, comptant chacun deux à quatre tomes.

Ototo a publié en novembre dernier les deux tomes de Sword Art Online : Aincrad (consacré au premier arc narratif) réalisé par Tamako Nakamura et a enchaîné ensuite avec les trois tomes de Sword Art Online : Fairy Dance (second narratif) dessiné par Tsubasa Haduki.

© REKI KAWAHARA/KISEKI HIMURA / KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

Fin juin Ototo débutera la publication d’un troisième manga : Sword Art Online : Progressive (trois tomes toujours en cours au Japon), adapté du light novel du même nom qui propose une relecture du premier arc narratif. Le récit explore certains éléments qui avaient été passés rapidement ou simplement ignorés dans la version originale (comme par exemple la façon dont Asuna a décroché sa renommée).

Enfin les éditions Ofelbe, auxquelles s’est associé Ototo, publie en France le light novel original de Sword Art Online [2], sous forme de tome double (c’est-à-dire qu’un tome français correspond à deux tomes japonais). Le premier tome est sorti en mars dernier et le second est prévu pour le mois de juillet.

Le lecteur français a ainsi le choix pour suivre la série entre le light novel et les adaptations mangas, une situation rare et relativement inédite en France, qui confirme l’importance du succès d’une série qui a su capter l’air du temps concernant les MMORPG.

Ototo n’est évidemment pas le seul à s’être emparée de cette nouvelle tendance éditoriale, loin de là : de .hack, une franchise très populaire des années 2000 à IRL - Dans la vraie vie de Cory Doctorow et Jen Wang, sorti en mai chez Akileo, les MMORPG sont aujourd’hui un sujet relativement populaire, déclinés sous de nombreux angles, de la quête épique à la chronique sociale.

Sword Art Online propose de son côté un récit très premier degré, avec son héros dévoué à l’intérêt général en dépit de son caractère solitaire. Une approche très shônen [3] qui a su séduire un large public et qui ne semble pas prêt de s’arrêter au Japon.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Sword Art Online : Aincrad (2 tomes). Par Reki Kawahara (auteur original) et Tamako Nakamura (dessin). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Shônen". Sortie le 4 novembre 2014. 190 pages & 190 pages. 6,99 euros.

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

Sword Art Online : Fairy Dance (3 tomes). Par Reki Kawahara (auteur original) et Tsubasa Haduki (dessin). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Shônen". Sortie le 10 février 2015, le 6 mars 2015 et le 10 avril 2015. 200 pages, 200 pages, 336 pages. 6,99 euros, 6,99 euros, 7,99 euros.

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC

[1MMORPG : jeu de rôle en ligne massivement multijoueur, qui permet à un grand nombre de joueurs d’interagir simultanément dans un monde virtuel persistant qui continue à évoluer, même quand le joueur n’est pas connecté.

[2Ofelbe édite également le light novel de l’excellent Spice &Wolf.

[3Shônen : désigne un type de manga ayant pour cible éditoriale les garçons adolescents.

  Un commentaire ?