Le retour de Judge Dredd chez Delirium

25 février 2016 1 commentaire
  • Alors que le tout-sécuritaire revient à la mode en France, en Belgique et ailleurs, son fantasme absolu, le Judge Dredd, reprend du service le 12 mars prochain chez Delirium et sous le crayon de son créateur graphique d'origine, le dessinateur espagnol Carlos Sanchez Ezquerra.

L’éditeur de Delirium, Laurent Lerner, peut être fier de son coup. Il remet en librairie un personnage que les Français connaissent depuis les années 1980, d’abord paru au format des BD de gare, dans l’ephémère Super Force, mais immédiatement anobli par son passage dans Métal Hurlant en 1982, sous la plume de l’un des meilleurs dessinateurs anglais : Brian Bolland.

Cette figure emblématique des mythiques éditions britanniques Fleetway avait eu des débuts laborieux puisque ses créateurs d’origine, John Wagner au scénario et Carlos Ezquerra au dessin, le mettent au point, créant le costume et le décor de Méga-City One, et puis vont faire autre chose.

Le retour de Judge Dredd chez Delirium
La première version par Mike McMahon en 1977.
(c) Fleetway

Pat Mills, scénariste et éditeur intuitif qui, avec John Wagner, revivifia la bande dessinée anglaise dans les années 1970-1980, veut, en lançant la revue de BD de science fiction AD2000, que ce personnage y figure dès le premier numéro. Mais il rate le coche et c’est donc dans le N°2 d’AD 2000, le 5 mars 1977, que le justicier fait son apparition pour la première fois sous le crayon d’un dessinateur alors débutant, Mike McMahon.

La série remporte rapidement un succès et se voit confiée à des plumes plus prestigieuses, comme le talentueux Briand Bolland qui fera souvent les couvertures, tandis que Wagner revient plus régulièrement au scénario pour développer l’univers qui servira ensuite de terrain de jeu à la jeune garde des scénaristes britanniques comme Garth Ennis, Mark Millar, Grant Morrison ou John Smith...

Avec des hauts et des bas, les aventures du juge Joseph Dredd font leur bonhomme de chemin, faisant l’objet d’une demi-douzaine de comics dérivés, ainsi que de pas moins d’une vingtaine de novélisations, des feuilletons radio, des jeux vidéo, des jeux de rôle, des jeux de cartes et deux longs métrages avec l’inoubliable incarnation de Sylvester Stallone dans le rôle-titre, proclamant, de sa voix caverneuse préfigurant Dark Vador : "Je suis la loi !"

La série campée par Wagner imagine la Terre après une troisième guerre mondiale, nucléaire bien évidemment. La planète bleue n’est plus qu’un amas de ruines et les seules cités qui subsistent sont des mégapoles surpeuplées où le désordre et le crime règnent en maître. À un point tel qu’il est décidé de créer une unité spéciale de juges-flics qui exécutent -au diable le droit de la défense !- les sentences en même temps que les criminels.

Ce come-back publié par Delirium date en réalité de 2006-2007 et se distingue par le retour du dessinateur d’origine, Carlos Sanchez Ezquerra, aux manettes. L’introduction du volume est dessinée par Kev Walker. Le Judge Dredd est renvoyé sur la Terre Maudite et découvrira les "origines" des Juges et de Méga-City One. Et il n’est pas au bout de ses surprises !

Une impressionnante illustration de Carlos Sanchez Ezquerra,
(c) Fleetway

Delirium se propose de publier méthodiquement cette série qui a été jusqu’ici éditée de façon disparate en France, sans que les cycles s’achèvent. Une série d’inédits en français permettra aux fans de toujours de retrouver les histoires les plus récentes, avec Origines en mars (le 14) et Les Liens du sang en septembre. Mais une réédition chronologique au long cours est également prévue dont le premier volume, Affaires classées 01, devrait être dans les bacs en novembre 2016.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Judge Dredd Origines par John Wagner et Carlos Ezquerra (Traduction de Ph. Touboul) à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :