Le retour du grand Lanfeust

18 décembre 2012 0 commentaire
  • Lanfeust avait eu bien du mal à redescendre des étoiles pour revenir à Troy : intrigue raccourcies, graphisme trop aéré, une Cixi bis, etc. Heureusement, après un coup de fouet salutaire, ses auteurs sont revenus à la grande aventure : plus d'humour et d'action !

Après son cycle de huit albums via Lanfeust des Etoiles, le héros forgeron revenait donc dans ses pénates, avec un décalage de dix-huit ans. Le premier tome de Lanfeust Odyssey s’avérait d’entrée moins consistant que ce qu’on en attendait. L’intrigue d’Arleston demeurait ténue, et c’est surtout Tarquin qui se régalait avec de grands dessins et des cadrages osés.

Heureusement, la seconde partie de ce diptyque de L’Énigme Or-Azur rattrapait la première, avec un retour bienvenu de l’humour caractéristique de Lanfeust, et une intrigue plus charpentée. Mais le doute s’était installé... Est-ce que l’idée de réaliser des diptyques tient la route alors que la série était habituée à étaler ses scénarios à multiples rebondissement sur des cycles de huit albums ? Peut-on encore faire rêver les lecteurs après les précédentes aventures de Lanfeust, sans qu’elles paraissent réchauffées ?

Le retour du grand Lanfeust

Tarquin a concrétisé sa vision dans la couverture du tome 3

Didier Tarquin nous avait alors confié sa vision pour faire rebondir le récit : Lanfeust, croûlant sous les chaînes au fond des geôles d’Eckmül ! En effet, comment peut-on mieux valoriser un héros qu’en le plaçant au plus bas, et dans ce cas-ci, après qu’il ait assassiné deux sages, dont l’un des deux n’est autre que l’un de ces plus fidèles amis ? Le ressort était puissant !

Ce troisième tome de Lanfeust Odyssey se voulait donc un tournant capital pour Lanfeust, le faisant évoluer vers des aventures plus adultes. La série devint donc plus sombre, avec des morts violentes, tout en gardant le ton humoristique un peu cynique qui le caractérise, comme lorsque notre héros roux (qui arbore maintenant fièrement des favoris) doit se marier avec quatre ravissantes jeunes femmes à la fin du tome 3.

Toujours en référence avec d’autres grandes fuites en avant dans la bande dessinée (XIII, Blueberry et bien d’autres), ce tome 4 profite avantageusement de l’introduction de l’opus précédent pour nous ouvrir vers la grande aventure !

Lanfeust, toujours accompagné de ses épouses et d’Hébus, tente de retrouver un témoin oculaire du massacre qu’il a perpétré, afin de dénoncer le complot dont il est l’objet. Dans le même temps, il est poursuivi par Zakhöl le terrible demi-troll, tandis que le Conservatoire use de tous les moyens magiques possibles pour avertir toute la population de Troy de la formidable récompense offerte pour la tête de Lanfeust !

À la lecture de ce quatrième tome, on ressent donc un plaisir qu’on n’avait plus éprouvé depuis Lanfeust des Étoiles, grâce à un cadre et une intrigue plus proches du cycle de Troy. Arleston multiplie les petits et grands rebondissements. Il joue également plus franchement, toujours avec humour, sur le caractère adulescent de son héros, évoquant très clairement sa sexualité ou celle d’Hébus.

Didier Tarquin se fait plaisir en imaginant de nouveaux monstres d’une taille démesurée, de même qu’une nouvelle et étrange communauté sylvestre. Sa mise en page dynamique permet de faire le lien entre les expérimentations qu’il a réalisées dans le premier volume de ce cycle et les albums précédents. Le résultat est à la hauteur de sa réputation, ce qui porte cet album à un très haut niveau de qualité.

L’idée de réaliser donc des diptyques est donc définitivement rangée au placard car pour aller jusqu’au bout des nouveaux éléments présentés dans ce scénario, il faudra ajouter encore quelques albums à la quête. Les auteurs nous révèlent d’ailleurs quelques ressorts scénaristiques qui prouvent que la série est encore très loin d’être épuisée !

Qu’on se le dise, Lanfeust est de retour, dans des aventures dignes de lui... et de ses lecteurs !

Humour, action et nouvel adversaire à affronter : tous les ingrédients sont réunis pour s’envoler vers de palpitantes aventures !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

De Lanfeust, commander :
- ce nouveau tome chez Amazon ou à la FNAC
- le tome précédent qui lance la fuite de Lanfeust chez Amazon ou à la FNAC

Lire les chroniques de Lanfeust Odyssey tomes 1 et 2, ainsi l’interview de Didier Tarquin : « Cet album est la plus grosse claque de tous les Lanfeust ! »

Illustrations : © Éditions Soleil / Tarquin & Arleston

  Un commentaire ?