Le scandale Vilebrequin

14 juin 2007 21 commentaires
  • Sur [son blog->http://grmb.free.fr/], le dessinateur {{Obion}} a des mots assez durs à l'endroit de Casterman qui refuse de reconnaître son erreur dans l'imposition fautive de son dernier album, {Vilebrequin} (réalisé avec Arnaud Le Gouëfflec), publié dans le label KSTR.

Comme l’explique l’auteur, une erreur de mise en page a occasionné un décalage des pages, celles de droite se retrouvant à gauche, ruinant ainsi une bonne partie de ses intentions. D’après le message qu’il publie aujourd’hui sur son blog, le plaisir de la lecture s’émousse. « Les "effets de suspens" de fin de page et le rythme de l’album sont complètement ruinés.  » Obion explique « que tout l’album a été travaillé sur un concept de petites scènes de deux pages jouant sur la symétrie des vis-à-vis. C’est la charpente même du récit, l’idée étant, sur la majeure partie de l’album, de faire une sorte de catalogue avec des scènes de 2 pages cloisonnées en vis-à-vis. ». La faute est dès lors patente.

Obion confie ne pas avoir été mis au courant de cette bévue avant que le livre ne soit envoyé en librairie. Les auteurs souhaiteraient que l’album sot retiré de la vente et qu’une réimpression ait lieu dans un délai rapide.

D’après le dessinateur, l’éditeur refuse d’admettre que cette impression est défectueuse. Casterman n’évoque pas de date précise de retrait des exemplaires des librairies. «  Le livre est en librairie malgré notre opposition, écrit Obion sur son blog. Notre travail d’auteur y est complètement dénaturé portant ainsi atteinte à notre droit moral  ». Il affirme qu’il ne laissera pas l’affaire sans suite, puisqu’une médiation entre les auteurs, le syndicat BD et l’éditeur n’a apparemment pas débouché sur un consensus.

Le message sur le blog d’Obion, et les nombreux messages qui s’échangent entre les auteurs n’ont pas laissé indifférent l’éditeur de KSTR, Didier Borg. Il tempère ce début de polémique sur le blog du label : « Dès que les auteurs nous ont fait part de leur insatisfaction concernant la mise en page de l’album, nous avons immédiatement proposé une réimpression de celui-ci ». La nouvelle impression serait disponible à la fin du mois de juillet. Didier Borg promet de détruire les stocks de la première impression. Dans une lettre envoyée aux libraires, il conseille même à ces derniers d’en parler à leurs clients afin qu’ils échangent les albums défectueux.

Le message de Didier Borg se veut rassurant. Mais cette affaire met à mal le lancement d’une nouvelle collection, KSTR, pourtant ambitieuse. Cette délicate affaire démontre l’importance que les auteurs portent à l’impression de leurs livres, pour lesquels ils ont consacré plusieurs mois de leur vie. Des efforts qui peuvent se retrouver anéantis par un travail éditorial marqué pour le moins par une certaine légèreté.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
21 Messages :
  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 02:10, par Rosse

    Je compatis totalement avec Obion. Combien, 6 mois/1 an de boulot saboté ? Il a en effet raison, il y a certainement une atteinte au droit moral- ou une autre clause mais l’intégrité de l’oeuvre semble avoir été violée.

    Une anecdote -stupide je vous l’accorde. Quand je bossais avec mon comparse le regretté Schlingo nous avions décidé de mettre la fin d’un de nos gags au début de l’histoire... "parce on garde le milieu pour la fin parce que il est plus rigolo que la fin"

    Notre 1ere page se terminait donc par le mot fin. Un grand merci au imprimeurs et éditeurs pour leur vigilance, le mot fin se retrouva véritablement à la fin du gag dans notre album. Saboté, de fait... Mais du moment que le mot fin se trouve à la fin...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gilles Poussin le 14 juin 2007 à  12:40 :

      Cher Rosse, c’est toujours un plaisir de te lire, contrairement à cette info affligeante ci-dessus. Je pense que ça confirme, une fois de plus, la théorie de Mandryka ("la BD est passée à un stade industriel") où la majorité des auteurs ne sont que de la chair à papier (c’est le concept qui est important, coco !), plus encore que l’erreur initiale, c’est la réaction de Casterman qui me laisse pantois, sidéré et frissonnant... Encore une histoire édifiante au pays des petits miquets... La seule chose rassurante dans cette affaire, c’est la réactivité des auteurs et du nouveau syndicat. Info à faire circuler chez tous les libraires de France et de Navarre, bien sûr...

      PS : Mince, j’avais fait une faute d’orthographe, l’émotion sans doute...

      Répondre à ce message

      • Répondu par BD75Paris le 14 juin 2007 à  23:56 :

        surtout que le bouquin a l’air trés sympa après un feuillettage rapide et malgré ce gros défaut.
        Toute cette nouvelle collection semble d’ailleurs sympa. Donc messieurs de chez Casterman (désormais filiale d’un grand groupe italien), qu’attendez vous pour réparer ce défaut de fabrication ?

        Répondre à ce message

      • Répondu par Rosse le 15 juin 2007 à  22:11 :

        Ça fait un baille Poussin... Love.
        Ok, les analogies sont toujours un peu faciles mais je ne peux pas résister à celle-là. Un grossiste de viande de boeuf vend des tonnes de viande avariée aux bouchers. Les producteurs s’en scandalisent : "On vous a vendu du bon boeuf pourtant" Le grossiste : "Désolé, mauvais stockage, erreur humaine. Mais on voit pas en quoi c’est grave : d’la barbaque c’est de la barbaque. On écoule le stock de viande pourrie et on dit au boucher d’en parler au client" .Le boucher "Je vous préviens c’est de la viande avariée mais vous pouvez toujours acheter". Casterman a besoin d’un sérieux ’reality-check’ !

        Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 09:44, par Edgar

    "le dessinateur Obion a des mots assez durs "

    Je ne vois pas très bien quels pourraient être ces mots. Il me semble être, au contraire, plutôt modéré.
    Imaginez que cela serait arrivé à un album de Schuiten-Peeters, Casterman n’aurait même pas eu l’idée de diffuser le livre…

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 10:17, par Obion

    Petite réaction suite à la lecture du communiqué officiel KSTR.

    Que ce soit bien clair. Ce que nous demandions à KSTR n’était pas simplement le retirage de l’album corrigé (ce qui est la moindre des choses) mais qu’ils reconnaissent l’erreur d’impression auprès des libraires et surtout les incitent à retirer l’album des ventes dans les plus brefs délais.
    C’est ce que nous avons exigé il y a une semaine (pendant laquelle nous avons pris sur nous pour ne pas communiquer sur la question dans l’espoir de trouver une solution à l’amiable qui aurait arrangé tout le monde. Pendant ce temps là les livres arrivaient en librairie chaque jour et commençaient à se vendre). Aujourd’hui, malgré l’intervention du SNAC rien n’a été fait en ce sens.

    Leur proposition de permettre aux libraires de substituer les stocks de livres à l’arrivée d’une nouvelle mouture de l’album (d’ici 2 mois au plus vite) sans les prévenir clairement que ceux qui leurs sont arrivés sont défectueux ne nous satisfait pas.

    Cette proposition signifie : laisser vendre l’album dans cet état jusque fin Juillet ? (Aout ? Septembre ?) sans communiquer officiellement sur son aspect défectueux (ou impropre à la vente ou souffrant d’un défaut de fabrication, peu importe.). Ceux qui connaissent un peu le marché de la bande dessinée savent très bien que la vie d’un album en librairie est concentrée sur les premières semaines après la sortie. Le mal sera fait.
    Nous ne pouvons pas accepter cette proposition qui trompe le lecteur sur la marchandise pendant plusieurs semaines et nie purement et simplement la demande des auteurs.

    Par respect pour notre travail. Par respect pour les lecteurs.

    Je note cependant que Didier Borg ne dément pas notre version des faits et désire soutenir notre travail...

    Voir en ligne : Le communiqué KSTR

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 11:00, par Maëster

    Rappelons que les (vrais) éditeurs doivent (devraient... auraient dû) convier les auteurs à l’impression de leurs albums pour contrôle et leur faire signer le BAT (Bon À Tirer).

    En l’absence des auteurs, c’est celui qui signe le BAT qui est responsable des erreurs.

    Voilà un nouveau boulot pour BAT-man.

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 11:07, par Arnaud.

    Bonjour,

    je suis étonné de lire ça : "Dans une lettre envoyée aux libraires, il conseille même à ces derniers d’en parler à leurs clients afin qu’ils échangent les albums défectueux."

    En tout cas à ALBUM Bordeaux, on a pas reçu cette lettre...

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 11:41, par Marc Bourgne

    L’erreur commise par Casterman est grave, même si elle peut sembler insignifiante à certains néophytes. Tout auteur de BD, quel que soit son style, conçoit une planche en fonction de celle qui sera en vis-à-vis. Je n’aimerais pas être un jour dans cette situation.

    Message à tous les auteurs : ne faîtes jamais confiance aux membres du service de fabrication de votre éditeur. Ils sont souvent très sympas, là n’est pas la question, mais ils n’ont pas le temps de lire tous les ouvrages sur lesquels ils travaillent et ne peuvent évidemment pas porter sur vos albums votre regard d’auteur. Surveillez chaque étape de la fabrication !

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 12:00

    "Celui-ci présente dans cette première édition une pagination qui, sans empêcher la lecture de celui-ci, n’est pas pour autant optimale."

    Un extrait du message de Borg aux libraires, plein de cynisme et de mauvaise foi : évidemment que la lecture n’est pas optimale puisque le sens des pages n’est pas le bon... Ces lignes sont incroyables. Rock = foutage de gueule ?

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 12:01, par Obion

    Maëster : C’est vrai, Didier Borg est entièrement responsable de l’erreur de départ. Mais à la limite, ça, Arnaud et moi étions prêts à le comprendre à partir du moment où tout aurait été fait pour réparer cette erreur. Didier a la bonne fois de reconnaitre son erreur (en tout cas face aux auteurs) et sachant qu’il est nouveau dans le métier, je ne vais pas le charger là dessus. L’erreur est humaine.

    Nous cacher cette erreur jusqu’à ce que nous soyons mis au pied du mur est un problème un peu différent.

    Et ne pas admettre officiellement qu’il y a une erreur manifeste d’impression qui nuit clairement à la lecture du livre, refuser de demander simplement aux libraires de ne pas le vendre, là c’est inadmissible.

    Cette dernière partie est pour moi la plus grave de toute cette affaire et je la considère comme un acte de sabotage pur et simple.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Emmanuel MOYNOT le 14 juin 2007 à  15:45 :

      L’incompétence de D. Borg ne saurait être une excuse valable à mes yeux. Il y a (théoriquement) des responsables de fabrication (compétents) chez un éditeur sérieux. Il y a des processus de validation (on a déjà parlé ici du BAT) à respecter. L’erreur humaine, c’est par les ressources humaines qu’on les résout. Ce qui, ici, semble faire défaut.

      Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 16:00

    mais pourquoi sont ils allés voir Caster ? quand on lit par ailleurs qu’il peuvent réimprimer pour fin juillet, tout est dit ... non ? les pires craintes sont validées : "durée de vie 10 jours ? = on refabrique pas". A bon entendeur.

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    14 juin 2007 16:05, par Aglaé

    - "L’inconnu" de Magnus
    - Les "Corto Maltese" petit format (voir ici pour ceux qui n’ont pas encore mesuré l’ampleur du désastre)
    - "Le Commis voyageur" de Seth et son lettrage pourri
    - "Julius Knipl" de Ben Katchor
    - "Louis Riel" de Chester Brown
    - et tant qu’on y est l’immonde reformatage de "Tintin au Pays des Soviets"

    Le dossier à charge de Casterman devient particulièrement lourd. Ces mecs ne respectent rien.

    On devrait confisquer ces livres à Casterman afin qu’ils soient correctement réalisés par des éditeurs compétants comme on retire à ses parents un enfant maltraité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par LO le 15 juin 2007 à  17:01 :

      Que l’affaire Vilebrequin et d’autres soient indignes d’un grand éditeur et que les auteurs et leur livre méritent des compensations, c’est indéniable. Que chez Casterman en particulier, les écarts de traitement entre les auteurs stars et les autres soient faramineux, c’est aussi un fait incontestable. Attention cependant à ne pas tomber dans l’anti-Casterman idiot dans lequel s’engage l’intervenant ci-dessus. On a déjà vu semblables attitudes menant à dénigrer toute la production d’un éditeur, ou un genre entier... Méfiance envers les pavés des bonnes intentions !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 19 juin 2007 à  10:34 :

        L’intervenante ci-dessus est d’autant plus consternée que précisément Casterman est un grand éditeur qui a écrit plusieurs pages d’Histoire et dont le catalogue a longtemps été sans faille.

        Si tout n’est pas à jeter dans l’actuelle production de l’éditeur, sa "politique" éditoriale n’en est pas moins globalement désastreuse.

        Répondre à ce message

        • Répondu par LO le 20 juin 2007 à  20:59 :

          Je vous laisse face à votre prose : "On devrait confisquer ces livres à Casterman afin qu’ils soient correctement réalisés par des éditeurs compétants comme on retire à ses parents un enfant maltraité."

          Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    15 juin 2007 11:49, par Bdt

    Un éditeur c’est quelqu’un qui croit à un auteur, un dessinateur, un scénariste, une histoire ... Il défendra sa production, présentera celle-ci au mieux, etc ... Il y a déjà quelques années que Casterman ne devrait plus se nommer "EDITEUR".
    Le coté "artistique" n’est plus et on ne voit plus que le coté financier. Dommage pour les auteurs, certains directeurs de collection et les bédéphiles que nous sommes.

    Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    15 juin 2007 12:34, par Pogo

    Bonjour à vous, les gens d’Actua BD, pourriez-vous obtenir une interview/explication de quelqu’un de chez KSTR ou Casterman sur toute cette affaire ? Quelque chose de plus que les communiqués sur leur site. On est nombreux à vouloir en savoir plus et à attendre la résolution de ce problème.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 15 juin 2007 à  12:47 :

      Le rédacteur-en-chef d’ActuaBD, Nicolas Anspach, a sollicité une réaction des éditions Casterman hier. Nous attendons leur réponse.

      Répondre à ce message

  • Le scandale Vilebrequin
    17 juin 2007 17:25, par Jules

    Des nouvelles de KSTR / Casterman ?

    Répondre à ce message