Léo (Antarès, Terres lointaines) : « La science-fiction est mon terrain de prédilection »

9 décembre 2011 1 commentaire
  • Double actualité pour le créateur des {Mondes d’Aldébaran} : Son héroïne fétiche, Kim, toujours à la recherche de sa fille dans un univers hostile, revient dans le 4e tome d'{Antarès}. La jeune femme est confrontée au mouvement sectaire qui dirige la communauté terrienne d’Antarès. {{Léo}} nous parle de cette série, mais aussi de {Terres lointaines}, un récit mettant en scène un jeune homme découvrant les raisons de la disparition de son père.

Léo (Antarès, Terres lointaines) : « La science-fiction est mon terrain de prédilection »Vous êtes connu pour les développements originaux d’une faune et d’une flore dans vos séries de SF, mais la psychologie de vos personnages est également peaufinée.

Oui. J’aime les personnages humains. Trent, ma première série, que j’ai développée avec mon ami Rodolphe, tenait déjà compte de ces préoccupations. Trent racontait les aventures d’un sergent de la police montée canadienne qui était confronté à un amour impossible. J’appréciais que Rodolphe accorde une telle importance aux sentiments humains. Il m’était naturel de suivre cette voie quand j’ai commencé à faire vivre Kim dans le premier cycle d’Aldébaran. Au fil du temps, l’univers de la série est devenu plus riche et je pus aller plus en profondeur et en subtilité dans l’élaboration de ce personnage.

Est-ce pour cette raison que vous appréciez de créer de nouvelles séries ?

C’est une bonne question. Toute mes séries ont été créées accidentellement. Il n’y avait rien de précis ou de programmé. Par exemple, Rodolphe commençait à s’essouffler dans Trent. Il arrivait toujours à trouver une idée intéressante pour construire une histoire, mais cela devenait de plus en plus difficile. Nous avions décidé de faire une pause. Nous continuions à nous voir et nous parlions de nos envies car nous voulions travailler ensemble malgré tout. J’ai évoqué l’Afrique, les grands espaces, la faune africaine, les années ’40 et tout ce que cela implique au niveau des vêtements, de l’architecture et des voitures. Il y avait une certaine stylisation dans ces années qui me convenait parfaitement. Kenya est née ainsi. Et la série a eu tellement de succès que nous avons été obligés de repousser le prochain tome de Trent, puis d’abandonner la série.

Extrait du T4 de "Antarès"
(c) Léo - Dargaud.

Et pour les autres ?

Idem ! Sergio Garcia était un ami. On parlait souvent dans les festivals. J’adorais son dessin de la Géographie martienne, mais je trouvais que ses histoires étaient un peu faibles. J’ai poussé Yves Schlirf à lui trouver un scénariste. Et Yves m’a proposé de lui écrire moi-même une histoire… Du coup, je l’ai fait. Trois tomes de Dexter London sont parus. Il en va de même avec Icar pour Terres lointaines.

Comment travaillez-vous avec eux ? Est-ce que vous leur dessinez des croquis d’animaux extraterrestres ?

Surtout pas ! J’aime qu’ils développent leur imaginaire. Pour Icar, par exemple, nous avons simplement parlé des Stepanerks, qui sont importants dans le récit. Je lui ai décrit la bête : une sorte de crabe, en plus effrayant. Icar leur a donné un physique trop humain et je lui ai demandé de modifier ses esquisses. Mais, sinon, je me cantonne à lui donner une proportion pour l’animal, et son imagination fait le reste.

Extrait du T4 d’Antarès
(c) Léo - Dargaud.

Votre écriture est-elle différente lorsque vous écrivez pour un autre ?

Oui. Lorsque j’écris une scène, j’ai leur style graphique en tête. Je m’imagine les cases dessinées. Quand Icar m’envoie ses planches, je ne peux que constater qu’elles sont différentes de mes attentes graphiques. Mais heureusement, elles m’impressionnent le plus souvent, et cela enrichit l’histoire.
Sergio Garcia, lui, avait une manière d’appréhender l’histoire totalement différente que moi. Ses bestioles étaient beaucoup plus délirantes que les miennes. Je suis plus réaliste que lui.

Comment décririez-vous Rodolphe, avec lequel vous co-scénarisez Kenya et Namibia ?

Oh ! C’est un vieil ami. Nous avons publié de nombreuses choses ensembles dans des revues, bien avant Trent et Kenya. Il est très professionnel, et privilégie la lisibilité. J’admire beaucoup son travail. Lorsque nous nous rencontrons, nous n’avons tous les deux aucune idée de la suite de nos histoires. Je suis accaparé par mes propres scénarios, et lui par les siens. On se voit à l’heure du déjeuner, et on évoque des pistes pour la suite de Namibia. À la fin du repas, notre histoire a avancé… Nous sommes vraiment sur la même longueur d’onde. On rentre alors chacun chez soi et on s’échange des mails pour peaufiner l’intrigue, les scènes et faire le découpage.

Extrait du T4 de "Terres Lointaines"
(c) Icar, Léo & Dargaud.

Quels sont vos projets ?

J’écris une nouvelle série avec Corine Jamar, une excellente écrivaine [1]. Cette histoire se déroulera dans un futur proche, entre Paris et New-York, dans des ambiances tropicales pour cause de réchauffement climatique. Cette série sera dessinée par Fred Simon. Sa série Rails m’avait particulièrement marqué. Le titre provisoire de la série est Mermaid Project. Le premier album paraîtra probablement en 2012.

Vous aviez écrit, avec Rodolphe, un one-shot pour Antonio Parras
Effectivement. C’était un grand ami, et surtout un homme adorable. J’admirais son travail depuis toujours. Pour tout vous dire, j’avais découvert ses planches alors que j’habitais encore au Brésil. Nous lui avions inventé une histoire qui devait être publiée dans la collection Long Courrier des éditions Dargaud. Il nous a dit avoir commencé à la dessiner, mais il était confronté à des difficultés de santé. Puis, il est décédé… Nous n’avons jamais vu ses planches ! Sa mort fut un choc pour Rodolphe et moi-même.

Nous aimions beaucoup ce récit, et nous avons recherché un autre dessinateur. Patrick Pion la dessine actuellement. L’histoire sera étrange, avec notamment une porte qui permettra de voyager du passé au futur.

Extrait de "Terres Lointaines" T4
(c) Icar, Léo & Dargaud.

Il y-t-il des genres que vous aimeriez aborder ?

Après toutes ces années à réaliser des bandes dessinées, j’ai pris conscience que la science-fiction était mon terrain naturel. Je n’ai pas tellement envie de changer de registre. Si je le fais, un jour, j’explorerais sans doute des événements qui m’ont touché et auront pour cadre le Brésil, mon pays d’origine. Est-ce que je franchirais le pas ? Je ne sais pas… Mais pour le moment, je n’ai pas le temps de m’y consacrer. Je dois boucler les deux prochains albums d’Antarès, qui clôtureront le cycle. Je réfléchirai ensuite à l’avenir de Kim. Et puis, je continue aussi Les Survivants et Namibia et la nouvelle série avec Fred Simon et Corine Jamar….

Léo, à "Quai des Bulles"
(c) Nicolas Anspach

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire une autre interview de Léo : « Antarès n’est qu’une projection réaliste du réchauffement climatique »

Lire les chroniques :
- Antarès T3, T2, T1
- Les Survivants T1
- Terres Lointaines (avec Icar) T2, T1
- Bételgeuse T5
- Namibia (avec Rodolphe) T2 et T1
- Kenya (avec Rodolphe) T4
- Trent (avec Rodolphe) Intégrale 1/3

Voir aussi l’interview vidéo de Leo sur le site BD de notre partenaire France Télévisions

Commander le T4 de Antarès sur Internet
Commander le T4 de Terres Lointaines sur Internet
Commander le T1 de Survivants sur Internet

Photos (c) Nicolas Anspach - Reproduction interdite sans autorisation préalable.

[1Corine Jamar avait signé les Filles d’Aphrodite avec André Taymans chez Casterman.

 
Participez à la discussion
1 Message :