Les Aquanautes - T5 : Les Otages - par Parnotte, Mallié & Rieu - Soleil

9 septembre 2006 0 commentaire
  • Conclusion d'un huis clos subaquatique haletant. Claustrophobes s'abstenir. Cette série mériterait que le cinéma se l'approprie. Avis aux amateurs...

Au sein de la station scientifique Physalia, les évènements se précipitent. Les militaires tentent de récupérer coûte que coûte le mystérieux container conservé dans l’épave d’un navire cubain. De leurs côtés, Zarko, Mikky et Nando, le trio de chercheurs, se révèlent totalement. L’heure des choix a sonné...

James Cameron ne renierait sans doute pas le scénario concocté par le duo Vincent Maillé/Joël Parnotte. On imagine assez bien le réalisateur d’Abyss prendre un certain plaisir à mettre en scène cette intrigue. Les Aquanautes bénéficie d’un scénario bien élaboré et réfléchi. Les quatre premiers tomes jouent davantage sur le registre de la psychologie que sur celui de l’action. La manipulation mentale de Nando par le Doc est assez finement transposée, ce qui n’était pas une mince affaire. Par contre, le mobile du psy, dévoilé dans ce dernier opus, est, lui, décevant car beaucoup trop "fleur bleue" par rapport au ton de la série.

Les révélations hâtives sur l’intérieur du container relèguent au second plan le dénouement, au profit des protagonistes et de leurs complexes relations et réactions. Les auteurs s’appuient sur une galerie de personnages tous dotés d’une réelle profondeur psychologique. C’est bien là le point fort de la série.

Le graphisme rehaussé par les couleurs de Delphine Rieu illustre assez bien la tension des profondeurs abyssales et la claustrophobie qui s’en dégage. Le lettrage reste une petite faiblesse de la série, même s’il s’est amélioré au fil des tomes. Les césures pas toujours heureuses alourdissent la lecture.

Avec une montée permanente de la tension, Les Aquanautes est une saga parfaitement rythmée. Faux-semblants, secrets et rebondissements agrémentent la lecture et font de cette série un excellent polar psychologique.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?