Les Aventures de Philip et Francis, T3 : S.O.S. Météo - Par Pierre Veys & Nicolas Barral - Dargaud

13 septembre 2014 0 commentaire
  • Cette parodie de "SOS Météores" prend encore plus de saveur lorsqu’on impose un grand soleil aux Anglais, habitués au mauvais temps. Nouveau coup d’archet du duo Veys-Barral qui réussissent une fois de plus leur parodie de la grande série-culte inventée par Edgar P. Jacobs. Quelle réussite !

Depuis que Blake et Mortimer est devenue un rendez-vous incontournable de la fin de l’année, aussi attendue qu’un XIII ou un Largo Winch, sa petite sœur parodique n’en prend que plus de saveur. Rappelons que Pierre Veys et Nicolas Barral n’en sont pas à leur coup d’essai, car ils avaient parodié avec beaucoup d’humour Sherlock Holmes dans Baker Street, avant de se moquer avec respect de l’univers de Jacobs dès 2005.

On se demande encore pourquoi il aura fallu autant de temps à Dargaud pour laisser ce duo de joyeux drilles prolonger ces aventures : sans doute pour éviter d’avoir plus de sorties pastiches que des sérieux repreneurs... Mais la machine semble maintenant bien lancée : après le T2 paru en 2011 (et le temps que Nicolas Barral réalise son premier Nestor Burma), Philip et Francis sont de retour pour notre plus grand plaisir.

Les Aventures de Philip et Francis, T3 : S.O.S. Météo - Par Pierre Veys & Nicolas Barral - Dargaud

Jugez plutôt : SOS Météo débute alors que Francis débarque chez Philip après s’être disputé avec sa maman. Une petite contrariété temporaire, mais Francis prend ses aises, envahit l’appartement et pousse Philip à bout.

La Fnac réalise une édition spéciale avec une couverture alternative.

Pour contrer sa mollesse maladive, ce dernier avale un breuvage censé le rendre autoritaire, mais aux effets secondaires incontrôlables !

Pendant ce temps, Olrik a récupéré la machine capable de dérégler la météo, créée par le professeur Miloch. Seul problème : les pluies qui s’abattent sur Londres ne dérangent en rien les sujets de la perfide Albion…

L’art des auteurs de Baker Street est de surfer sur leurs modèles tout en proposant un réel univers. Après deux autres aventures de Philip et Francis, les contours de chaque caricature de personnage ont été bien cernés, de quoi les rendre aussi attachants que leurs modèles. Pour éviter de tourner en rond, il faut donc leur faire vivre de réelles aventures, en jouant avec leurs personnalités détournées, tout en continuant à provoquer les situations burlesques et les dialogues cocasses.

Tout cela est géré de main de maître par Pierre Veys, sans doute le plus expérimenté en ce domaine. Outre Baker Street, rappelons qu’il signa les séries parodiques d’Hercule Potiron, de Porto Farnèse, de Malgret, d’Harry Cover, etc.

Le lecteur passe donc continuellement de l’humour de situation à la parodie des aventures de Blake et Mortimer, voire même à des des références à d’autres sujets aussi populaires, comme la série télévisée du Prisonnier, Orange mécanique, Dr Jekyll et Mister Hyde et d’autres produits purs British.

Tout en continuant de se moquer de ce duo de vieux garçons et de leur pitoyable pire ennemi, SOS Météo tire à boules de neige blanches sur les Britanniques, ou plutôt sur les clichés que ’lon entretient à leur endroit outre-Manche.

Grâce au talent de Nicolas Barral qui parvient à mêler décor réaliste et personnages loufoques, les mises en situation de Pierre Veys prennent de l’épaisseur, et on rit souvent à la lecture de ce bijou de fantaisie. Un récit qui enthousiasmera les fans de bande dessinée, comme les amateurs de parodies… parfois légèrement irrévérencieuses.

Quel perfide génie du crime a imaginé cette incroyable torture imposée aux sujets de sa gracieuse majesté ?

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Lire la chronique du T1 et du T2 des Aventures de Philip et Francis.

Commander :
- la version normale de cet album chez Amazon ou à la FNAC
- la version spéciale de la FNAC à la FNAC

Par les mêmes auteurs, lire également nos articles :
- Après Moynot, Barral reprend l’adaptation de Nestor Burma initiée par Tardi
- Les Ch’tis chont lô !
- Veys et Alvès : « Nous avions envie de retrouver un esprit "Tintin" »
- Malgret et l’affaire Saint-Pouacre
- Hercule Potiron

  Un commentaire ?