Newsletter ActuaBD

Les Blagues de Toto, T. 16 : Blagues to school - Par Thierry Coppée - Delcourt

  • Parents et grands-parents : vous ne savez pas quoi offrir à vos jeunes têtes blondes ? Prenez un album des "Blagues de Toto", qui reste une réussite d'humour tout en étant un merveilleux reflet de notre société contemporaine !

À l’issue du match "Coronavirus Vs Toto", c’est clairement le jeune héros gaffeur de Thierry Coppée qui remporte la rencontre ! Tout d’abord car le film paru cet été a attiré plus d’un million de spectateurs en salle malgré la pandémie : une grande réussite ! Deuxio : parce que l’album de cette année parvient à traiter un petit peu du sujet, sans trop s’arrêter dessus, avec l’intelligence d’un enfant qui s’adapte et passe à autre chose, une particularité dont les adultes aimerait sans doute plus bénéficier.

En effet, chaque album des Blagues de Toto suit globalement une année scolaire du jeune garçon particulièrement nul en maths. Et ce tome 16 ne fait heureusement pas exception à la règle. De la rentrée aux sorties scolaires, des fêtes de noël aux grandes vacances, on suit ces étapes immuables tout en se félicitant intérieurement des trésors d’imagination déployés par l’auteur pour varier à chaque fois l’angle de ses thématiques, tout en restant au niveau de lecture des jeunes enfants.

Les Blagues de Toto, T. 16 : Blagues to school - Par Thierry Coppée - Delcourt

Cela se démontre dès la première page ci-dessus : le père de Toto râle chez le garagiste car il doit payer un prix exorbitant pour une nouvelle bougie. Là où les enfants riront de Toto qui interprète mal la situation, avec les yeux et les oreilles spécifiques à un enfant, les parents lecteurs comprendront que les rentrées scolaires de septembre ne sont effectivement pas le meilleur mois pour faire face à une dépense inattendue.

Une case de départ : une multitude de détails où les filtres et les couleurs vont rajouter de la lisibilité tout en laissant le loisir de s’y perdre en seconde lecture

Tout l’environnement de Toto s’adapte d’ailleurs à notre société en perpétuelle évolution : avec ses parents divorcés et chacun remis en couple, Toto évolue désormais dans deux maisons en plus de l’école et ses différentes sorties scolaires. Une mise en situation qui peut sembler anodine à première vue, car les gags ne sont pas directement focalisés sur cette situation familiale devenue assez commune. Mais elle démontre une fois de plus l’intelligence et la sensibilité de Thierry Coppée qui fait le choix d’intégrer ces codes de société afin que les enfants puissent les vivre de manière plus naturelle, sans s’en offusquer.

L’hommage à Dad

L’auteur a également fait le choix de traiter de la pandémie sans trop s’appesantir. Un gag en parle, sans pourtant le relier à la Covid-19, afin de rester plus universel, tandis que certains personnages au second plan de quelques gags portent des masques. Mais ce n’est pas la norme. Une fois de plus, Thierry Coppée sait absorber l’air de son année et la retranscrire pour apporter ce parfum d’authenticité sans stigmatiser.

Le plaisir des arrière-plans

Si les gags sont clairement adressés aux jeunes lecteurs (bien que nous avouons avec joie que nous avons vraiment éclaté de rire à deux-trois d’entre eux), Les Blagues de Toto restent une très belle lecture pour les parents également.

Dans ce bus, chacun possède sa personnalité et son vécu

Les deuxièmes et troisièmes plans recèlent effectivement de merveilles d’humour et de vie. Après avoir lu le gag, il faut prendre le temps, si possible avec l’enfant, pour en analyser tous les éléments qui ne sautent pas directement aux yeux : aucun enfant n’arbore la même physionomie ou la même expression, chaque personne du bus profite d’une vraie personnalité sans qu’ils leur soient nécessaire de parler, les affiches ou slogans multiplient les allusions (ah, le steak de la la marque Zombi, le boudin Vegan, les produits bio Bona’Fair, le politicien Jean Poche, etc.), le couple de seniors cool qui se sont pincer avec les bouteilles dans leur sac, le garçon qui pleurniche pour avoir son paquet de céréales, etc. Que d’histoires on peut raconter en plus de celle de la blague en 4-5 cases qui monopolise l’attention pour maintenir la lisibilité de l’ensemble.

L’évolution d’une planche

Ce savant dosage permet encore et toujours à l’auteur de glisser quelques hommages. À la place des Boule et Bill qui raflent la mise sur l’ensemble de la série, ce sont cette fois Dad de Nob et One Piece d’Eiichirô Oda qui sont mis en valeur. Ou encore l’indémodable Marios Bros ainsi que la référence un poil plus horrifique dans le cauchemar du père de Toto qui démontre toute la force et la maîtrise de l’auteur.

Magnifiquement dessiné, bourré d’humour, de sentiments, de vécu et d’intelligence (ah, la scène où Toto se rend compte que son père n’était également pas très bon en maths est magnifique de psychologie !), ce tome 16 se joint à la réussite du film pour montrer comme Les Blagues de Toto restent une excellente série jeunesse. Que les derniers récalcitrants n’hésitent plus à sauter le pas !

Un zéro en math qui se transforme en un 10/10 en psychologie !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Concernant la série des Blagues de Toto, lire également :
- notre interview de Thierry Coppée concernant le film : « Toute adaptation demande des concessions. Si vous n’êtes pas prêt à en faire, mieux vaut laisser tomber ! »
- la sortie du film avec notre analyse : Toto, ce héros
- une précédente interview de Thierry Coppée : « J’éprouve beaucoup de plaisir à détailler mes arrière-plans » (février 2011)
- « Les blagues de Toto » adaptées en dessin animé.
- la chronique du tome 3 des Blagues de Toto
- une interview filmée de Thierry Coppée sur le site de notre partenaire France Télévision

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD