Les Carnets secrets d’Erich Von Götha - Par Bernard Joubert - Dynamite

13 décembre 2015 2 commentaires
  • Bernard Joubert dévoile qui est réellement Erich von Götha, un professeur de la prude Angleterre qui va chambouler les sens de millions de lecteurs grâce entre autres à "Torrid", "Les Malheurs de Janice", "Twenty", etc. 144 pages de référence pour un auteur incontournable de la bande dessinée érotique !

Les Carnets secrets d'Erich Von Götha - Par Bernard Joubert - DynamiteVoilà un auteur qui fait vraiment partie du gotha de la bande dessinée érotique ! Bon nombre de lecteurs connaissent effectivement Les Malheurs de Janice, où une jeune femme du peuple en est sortie par un aristocrate influent et sadique, afin de la faire intégrer un programme de « réhabilitation de criminelles » très personnel. Ainsi que Twenty où en 2019, alors de la Seconde Révolution sexuelle a largement libéré les mœurs, la jeune Twenty hérite de clubs Sybil et d’écoles d’éducation sexuelle, anime des shows érotiques sur Internet, et adapte Les Malheurs de Janice sur grand écran.

Pourtant, la production d’Erich von Götha dépasse largement le cadre de ces deux héroïnes : Le rêve de Cécile, Crimes et délits, Le Journal de Sartine, Prison très spéciale sont autant d’albums parus en France. On y retrouve d’ailleurs ses thématiques de prédilections : de jeunes femmes, souvent très belles, plus ou moins volontairement initiée à des pratiques sadomasochistes.

La page d’introduction de l’ouvrage
Illustration tirée par le seul calendrier réalisé par EvG (1975)

Si le trait de l’auteur très reconnaissable est bien intégré par les lecteurs, rares sont ceux qui connaissent l’homme qui se cache derrière ce pseudonyme, son parcours et ses autres œuvres. Avec ce nom, on le croyait allemand vivant en France, mais il est Anglais et continue à résider dans son pays d’origine. Wikipedia indique qu’il est né en 1924 alors qu’il n’a en réalité que 85 ans ! Voilà quelques erreurs parmi tant d’autres, qui ont motivé Bernard Joubert à réaliser un superbe et didactique ouvrage qui revient en détail sur la carrière de cet auteur hors normes.

Robin « Tuppy » Ray voulait être artiste-peintre, mais il devint publicitaire puis auteur de bandes dessinées pornographiques après avoir pris goût à la fiction érotique en ramenant de France des romans anglais édités par Olympia Press, la célèbre maison de Maurice Girodias. Est-ce l’histoire d’une déchéance que nous raconte Joubert ? Oh que non ! Ce livre nous révèle un Erich von Götha heureux d’avoir consacré les quatre dernières décennies de ses soixante-cinq ans de carrière au sexe dessiné, le tout merveilleusement illustré de nombreux documents rares ou inédits.

En haut à gauche, une photo de l’auteur en compagnie du Dr Tuppy Owens (1975)
En dessous, quelques pages issus de leur ouvrage commun : Sex Maniac’s Diary, incontournable guide des érotomanes anglais. EvG en sera l’illustrateur attitré de 1975 à 1984, parfois juste accompagné par Siné !

Bien entendu, ce livre s’adresse surtout à ceux qui connaissent le travail d’Erich von Götha. Ils vont pourtant y découvrir quantité d’informations inédites en français, car l’auteur a produit autant de planches en anglais qu’en français, ces premières restées encore inédites sur le continent. En effet, après avoir participé à divers travaux d’illustrations (livres, calendriers, etc.), le dessinateur fonde et réalise seul Torrid, un magazine inspiré entre autres par l’écriture automatique de Moebius dans Métal Hurlant et qui va bouleverser la prude Albion.

Bernard Joubert trouve le juste équilibre entre ses textes explicatifs riches d’enseignements concernant cette carrière atypique, et surtout une kyrielle d’illustrations qui permettent de comprendre l’évolution et le style de l’auteur : dessins pour calendriers, son travail sur Torrid, etc. Joubert met également en lumière le personnage du Baron, réel alter ego d’Erich von Götha, et qui reste le fil rouge de l’ensemble de son œuvre.

Issus des "Récits bizarres" publiés dans "Torrid", on retrouve des prémices de "Janice"

Par ces textes jouxtant ces visuels explicites, l’ouvrage détaille les passions profondément ancrées chez von Götha : « Tous les grands thèmes développés plus tard par EvG vont trouver naissance dans Torrid : l’ingénue du XIIIe siècle pourchassée par des pervers, les commandements d’ "Emmanuelle", les références à "Histoire d’O", le rêve, le rasage de pubis, le fantasme de la prostitution, les clubs des danseuses nues, les couples de libertins offrant madame à de nombreux hommes dans un cinéma ou un parking, le sadomasochisme, … »

Bernard Joubert aborde également la technique du maître : l’appui photographique qui passe de support aux évocations scénaristiques, les crayonnés, l’encre, puis la palette graphique et les couleurs. L’ouvrage aborde plus particulièrement les différentes étapes de son travail à deux moments de la carrière de l’auteur, détaillant l’évolution de ce style si caractéristique. On apprécie également le chapitre consacré à la censure : les comparaisons de planches facilitent la compréhension de ces élans de pudibonderie évoluant selon les époques. Autre curiosité, le remake de Duke White réalisé par l’auteur pour J’Ose, mais qui restera malheureusement inachevé avec l’arrêt du magazine !

Janice et la censure {JPEG}

Dans la masse d’inédits présentés, on retient également :
-  Une séquence muette retirée des Malheurs de Janice tome 8 : huit pages d’une grande beauté jetées à la poubelle !
-  D’autres pages et cases supprimées de Twenty.
-  Le premier récit de Rosalind Crusoe (huit pages), paru dans Torrid #8 : la servante qui tient le rôle principal préfigure Les Malheurs de Janice.
-  Cinq pages du futur Twenty T5.
-  Un récit muet de six pages paru dans BD Adult en 1992.
-  Une autre histoire courte parue dans Bédé X paru en 1993.

"Soirée au cinéma", une histoire courte parue dans "Bédé X"

En définitive, ces Carnets secrets d’Erich von Götha s’avèrent passionnants de bout en bout. On peut les lire d’une traite sans crainte lassitude ou picorer dans les différents chapitres et illustrations au gré de ses envies. Un livre que les amateurs de bande dessinée érotique placeront certainement sous le sapin, avec le dernier volume paru des 100 plus belles planches de la bande dessinée érotique, que l’on soit fin connaisseur ou amateur érudit.

Quatre pages retirées des "Malheurs de Janice" tome 4

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

D’Erich Von Götha, lire nos chroniques de Twenty T3 et Les Malheurs de Janice, intégrale T1

Lire également notre interview de Bernard Joubert : « L’autocensure sans cervelle est encore fréquente dans l’édition »

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Soirée spéciale BD érotique avec Bernard Joubert, Vincent Bernière et Alex Varenne, mardi 15 décembre à partir de 19h, librairie La Musardine, 122 rue du Chemin-Vert, Paris. Dédicaces, buffet...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit le 14 décembre 2015 à  20:04 :

      Avec une soirée sur ce thême, on pourrait s’attendre à la présence de nombreuses actrices, modeles ou amatrices prêtes à s’exhiber gratuitement pour célébrer l’évènement. Vous n’avez pas plus d’infos ?

      Répondre à ce message