Les Derniers Jours d’un immortel - Par G. de Bonneval & F. Vehlmann - Futuropolis

22 avril 2010 0
  • Dans un futur lointain, la mort n’est plus qu’un concept. Dès lors, pourquoi parler des derniers jours d’un immortel ? La réponse à cet oxymore est dans ce vertigineux récit sur la fragilité de l'existence, signé par Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann.

Elijah est un membre éminent de la Police Philosophique. Sa mission consiste à pacifier les tensions entre les différentes civilisations qui cohabitent désormais dans l’univers.
Lorsque débute Les Derniers Jours d’un immortel, Elijah doit mener l’enquête sur un assassinat. Pourtant, l’humanité a atteint l’immortalité. Chacun peut créer à satiété son écho, un autre soi qui emmagasine son propre vécu. De même, l’enveloppe corporelle peut-être modifiée selon les envies et humeurs, moyennant une légère perte de mémoire. Le trouble d’Elijah commence lorsqu’il apprend que Matthias, son ami à travers les siècles, s’est donné la mort, et que son écho final s’éteindra dans quelques mois…

Les Derniers Jours d'un immortel - Par G. de Bonneval & F. Vehlmann - Futuropolis
Un extrait des "Derniers Jours d’un immortel"
© Bonneval - Vehlmann - Futuropolis

Pétri de multiples influences dans le domaine de la science-fiction (en tête les classiques J.G. Ballard, Evgueni Zamiatine ou George Orwell), Les Derniers Jours d’un immortel est une imposante réflexion philosophique sur la mémoire, l’amitié, l’amour et le sens de l’existence. Un récit qui s’apparente à un conte.

Graphiquement, Gwen de Bonneval (dont c’est le premier livre en tant que dessinateur depuis cinq ans) surprend par un style qui évoque le graphisme des années 60 et 70. Les visages des personnages humains sont pointus ou galbés (on pense à Tezuka, Kamimura, parfois même à Epoxy de Paul Cuvelier), les êtres microscopiques sont des formes abstraites, d’autres personnages encore portent des armures ou des combinaisons d’une simplicité désuète. Les décors sont géométriques, à peine soulignés par un lavis noir. On finit par perdre tout repère temporel. L’intrigue de Vehlmann s’intéresse à la question essentielle : demain, aujourd’hui ou hier, qu’est-ce qui fait de nous des humains ?

"Nous avons beau être devenus immortels, tout reste toujours une question de temps" déclare Elijah au cours de son enquête. On ne saurait mieux résumer l’esprit de cet album peu commun.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

Gwen de Bonneval, sur ActuaBD, ce sont aussi des chroniques, des entretiens, des actualités :

- Messire Guillaume T2
- Samedi & Dimanche T2, 3, 4
- La Vierge froide et autres racontars
- "Même dans les mensonges de Jørn Riel, il y a de la vérité" (entretien en novembre 2009)
- "Le bestiaire fantastique de Messire Guillaume est fidèle aux croyances du Moyen-âge" (entretien en mars 2009)
- Pour Gwen de Bonneval, l’aventure éditoriale continue chez Sarbacane

Fabien Vehlmann, sur ActuaBD, ce sont aussi des chroniques, des entretiens, des actualités :
- Les Cinq conteurs de Bagdad
- I.A.N. T1, 2, 3, 4
- Jolies Ténèbres
- Le Marquis d’Anaon T1, 2, 3, 4, 5
- La Nuit de l’Inca
- Samedi & Dimanche T2, 4
- Seuls T1, 2, 4
- Spirou et Fantasio - Les Géants pétrifiés
- "Nous recentrerons Spirou et Fantasio sur l’humour et l’aventure" (entretien en avril 2009)
- "J’ai une liberté d’écriture en BD, que je n’aurai jamais en audiovisuel" (entretien en novembre 2006)

  Un commentaire ?