Les Dingodossiers : L’intégrale - par Goscinny & Gotlib - Dargaud

30 octobre 2005 0 commentaire
  • Les Dingodossiers, c'est l'alliance entre un scénariste surdoué et un dessinateur talentueux. Les éditions Dargaud ont la bonne idée de nous proposer l'intégrale de ces drôles de dossiers écrits par René Goscinny et dessinés par Marcel Gotlib.

Comment Isaac Newton inventa le plongeon et plus précisément le triple saut carpé en chandelle ?
Comment Berthe au grand pied, refusée aux premières éliminatoires du concours "Miss Cendrillon", en conçut un tel chagrin qu’elle inventa le ski nautique ?
Comment fait-on pour percer les trous dans les macaronis ?
Comment l’environnement familial d’un prof influence la correction des copies ?
Comment faire manger bébé ?

Toutes les réponses sont dans les Dingodossiers, publiés dans Pilote de 1965 à 1967 et inspirés directement par le magazine américain Mad.
Le résultat est un des sommets de la BD d’humour. Les gags sur deux pages décortiquent impitoyablement l’absurde de notre monde et essaient de répondre à toutes nos questions existentielles. Le génial René Goscinny nous propose à chaque fois un sujet d’intérêt général que le non moins génial Marcel Gotlib illustre d’une manière fabuleuse. Les qualificatifs semblent faibles pour décrire ce monument de la bande dessinée.

"On remarquera au fil des pages l’absence à peu près totale du héros traditionnel, flanqué de son fidèle acolyte et parcourant la planète pour sauver la veuve et l’orphelin (et la planète aussi par la même occasion). Rien de tout cela dans les "DD". Chaque double page est conçue comme un dossier, une rubrique, un commentaire sur un fait de société, et tout cela au sens journalistique du terme. Quand bien même la forme est celle de la bande dessinée et le ton, humoristique. Cela mérite d’être signalé au passage car c’était la première série BD de ce genre", écrit Marcel Gotlib dans la préface. Lors d’une interview, il me confiait, il y a quelques mois, que les Dingodossiers et la Rubrique-à-brac étaient ce qu’il avait fait de mieux. Difficile de le contredire car ces bandes n’ont pas pris une ride. Le plaisir à la lecture est toujours là. C’est le génie des plus grands.

Mâtin, quelle intégrale ! En plus, vous bénéficierez de vingt pages inédites. Pourquoi se priver ?

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?