Les Esclaves oubliés du Musée de l’Homme

2 mai 2019 0 commentaire
  • En fait d'esclaves, ce sont ceux de l'île Tromelin qu'il s'agit, à propos desquels une exposition se tient au Musée de l’Homme à Paris jusqu'au 3 juin. Intitulée « Tromelin, L’île des esclaves oubliés », elle propose aux visiteurs de découvrir l’incroyable histoire d’esclaves malgaches ayant survécu 15 ans sur un îlot d’à peine plus d’un kilomètre carré après avoir été abandonnés par un navire de la Compagnie française des Indes orientales. Une histoire qui avait fait l'objet d'une BD signée par Sylvain Savoia en 2015 chez Dupuis et qui ressort dans une nouvelle version à cette occasion.

C’est en 2003 qu’un météorologue de l’île Tromelin, contacte l’ancien capitaine de navire aujourd’hui archéologue, Max Guérout, au sujet d’une épave de navire bordant la côte de la petite île située au large de Madagascar. Cet appel marque le début de la reconstruction de l’histoire des « oubliés de Tromelin ».

Les Esclaves oubliés du Musée de l'Homme
Première salle de l’exposition Tromelin, l’île des esclaves oubliés
Photo : Manon Dias Santos

Plusieurs expéditions, résultant de la coordination entre les institutions scientifiques du GRAN et de l’INRAP, furent lancées. Lors de la seconde, en 2008, un dessinateur, Sylvain Savoia, se joignit à l’équipe. Son séjour déboucha sur la production de la bande dessinée Les Esclaves oubliés de Tromelin, parue en 2015 dans la collection Aire Libre des éditions Dupuis. Dans ce titre, l’auteur raconte, à la façon d’un journal de bord, l’expédition scientifique, par le biais d’une double narration, détaillée par notre collaborateur Charles-Louis Detournay sur ActuaBD à la sortie du livre :l’auteur entrecoupe ce journal de passages fictionnels mettant en scène la survie d’une des esclaves.

Fers d’esclaves
Photo : Manon Dias Santos

C’est à l’occasion de cette exposition qu’un certain nombre de bâtiments ayant été construits par les esclaves furent mis à jour. Ces découvertes, additionnées à la bande dessinée de Sylvain Savoia et au documentaire de Thierry Ragobert, permirent de faire connaître l’histoire de ces esclaves et de nombreux articles journalistiques parurent à leur sujet.

L’engouement médiatique allié aux prometteuses découvertes des premières missions de terrain encouragèrent les chercheurs à repartir sur l’îlot. Les résultats de ces recherches sont maintenant exposés au second étage du Musée de l’Homme dans la salle des expositions temporaires. Il faut toutefois préciser que cette exposition n’est pas inédite et s’est déjà tenue au Musée des Ducs de Bourgogne en Bretagne en octobre 2015, à Nantes, à Toulouse, à Bordeaux ou encore à la Réunion.

Cuillères et récipients retrouvés sur l’île Tromelin
Photo : Manon Dias Santos

Les visiteurs peuvent y découvrir trois salles ordonnées thématiquement. La première sert la contextualisation historique des évènements, avec des documents d’archives, des cartes d’époque ou encore une imposante maquette de navire. Un second espace nous dévoile les conditions de vie des survivants ainsi que les objets ayant été découverts par les archéologues. Parmi eux, on compte un trépieds, des cuillères et récipients mais également la reconstitution miniature des habitats retrouvés. La troisième et dernière salle invite quant à elle le visiteur à réfléchir sur le thème de l’esclavagisme et de son actualité.

Sur cette réflexion plus large, le visiteur découvre que cette pratique, jugée par beaucoup comme obscure et révolue, n’en est pas moins réelle aujourd’hui encore et se perpétue dans certaines zones du globe. On pense ici au reportage de CNN qui dévoilant une vente d’esclaves en Libye en 2017.

La scénographie soignée de l’exposition permet une immersion pas à pas. À la façon d’un fil rouge, des planches agrandies de la bande dessinée de Sylvain Savoia viennent rythmer le parcours du visiteur et le renvoi directement sur l’île de Sable à la fin du XVIIIe siècle. Le lecteur de l’album sera également captivé à l’idée de découvrir de ses propres yeux les traces de vies laissées par les esclaves malgaches qu’il ne connaissait jusqu’alors qu’au travers des dessins de la bande dessinée.

Planches agrandies du Les Esclaves oubliés de Tromelin de Sylvain Savoia
Photo : Manon Dias Santos

Au sortir de l’exposition, un détour par la librairie vous permettra également de vous procurer l’album réédité pour l’occasion à 777 exemplaires. Agrémentée d’une nouvelle jaquette et d’un dossier de huit pages retraçant la chronologie de l’esclavage, cette élégante réédition, séduira les passionnés et collectionneurs qui suivent cet artiste depuis plusieurs années.

Dessin de Sylvain Savoia. Photo : Manon Dias Santos

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Les Esclaves oubliés de Tromelin - Par Sylvain Savoia - Collection Aire Libre - Éditions Dupuis - Sortie le 1er mars 2019 - Prix : 22€

Exposition : Tromelin, l’Île des esclaves oubliés

En médaillon : Album aux éditions Dupuis. Photo : Musée de l’Homme, Paris.

  Un commentaire ?