Les Gardiens de Terre-4 : une face méconnue du génie de Steve Ditko.

1er janvier 2018 1 commentaire
  • Connu pour son travail sur « Spider-Man », Steve Ditko a également été le co-créateur de la ligne « Action Heroes » chez Charlton Comics que nous propose de découvrir cette « intégrale ». Au programme les aventures de Captain Atom, de Blue Beetle, de la Question et de Nightshade, au ton engagé et sans concession typique de l'artiste.

Cette imposante intégrale de 400 pages [1], au titre un peu étrange, correspond au deuxième tome de l’édition US de The Action Heroes Archives qui regroupe les épisodes de certaines séries les plus célèbres de Charlton Comics.

Éditeur de comics book de 1945 à 1986, Charlton Comics fut l’un des concurrents historiques de Marvel et de DC Comics jusqu’à ses personnages soient rachetés par DC Comics en 1983. Ils ont depuis été intégrés à l’univers de l’éditeur de Superman et Batman, même si les néophytes les connaissent sans doute mieux à travers leurs réinterprétations par Alan Moore dans Watchmen [2].

Suivant la structure éditoriale de l’époque de DC Comics, reposant sur des terres parallèles pour faire coexister des univers différents, les héros de Charlton devinrent les habitants de la Terre-4, d’où le titre en France imaginé par Urban Comics de cette intégrale.

Les Gardiens de Terre-4 : une face méconnue du génie de Steve Ditko.
Captain Atom en action !
© DC Comics / Urban Comics

Mais reprenons du début : ces épisodes datent des années 1960 et 1970, de la grande époque de l’éditeur, avant que ses personnages soient rachetés, en raison de leur échec commercial, bien qu’artistiquement il s’agit indéniablement de petits bijoux passionnants à découvrir ou redécouvrir.

1965, Dick Giordano devient directeur de la rédaction de Charlton Comics. À cette époque leurs comics fonctionnent sans plus et Dick Giordano désire faire davantage. Il imagine alors une ligne de comics de super-héros sans pouvoirs, qui combattent avec leurs poings et leurs convictions : ce sont les Action Heroes.

Blue Beetle et son "Bug"
© DC Comics / Urban Comics

À la même époque chez Marvel Steve Ditko se trouve en conflit avec la direction. Il désire la reconnaissance de son travail comme scénariste sur Spider-Man et sur Docteur Strange, qu’il a co-créés avec Stan Lee. Crédité officiellement en tant que dessinateur, dans les faits, Steve Ditko travaillait aussi sur les histoires. En effet Stan Lee laissait à ses dessinateurs, comme Jack Kirby, toute latitude pour développer les intrigues et pour créer des personnages. Ne trouvant pas d’accord, Steve Ditko claque la porte de Marvel en 1966 et rejoint Charlton Comics chez qui il avait déjà travaillé. La page paie moins que chez Marvel mais les artistes disposent de davantage de liberté.

C’est ainsi que Steve Ditko rejoint le projet de « Action Heroes » de Dick Giordano et y apporte sa contribution. Il y développe une nouvelle version de Captain Atom, le seul héros à pouvoirs de la gamme, lui adjoint une acolyte en créant l’héroïne Nightshade, crée un nouveau Blue Beetle, Ted Kord un justicier technophile, ainsi que l‘un de ses personnages les plus personnels, la Question, un journaliste TV doublé d’un justicier implacable et sans concession.

Captain Atom et Nightshade contre un duo des plus étranges
© DC Comics / Urban Comics

Ce sont les épisodes de ces « nouveaux » personnages que nous proposent l’intégrale : Captain Atom « rafraichi » et les débuts de Blue Beetle II et de la Question, le tout dans une vingtaine d’histoires publiées entre 1966 et 1968, ainsi qu’en 1975 et 1976 (les titres furent arrêtés en 1968 pour bénéficier d’un bref retour dans les années 1970).

Aux dessins et à l’écriture, Steve Ditko livre ici ce qui est souvent considéré comme son meilleur travail. Il s’agit dans tous les cas de l’un de ses plus personnels, avec une vision à dimension humaine des super-héros, qui triomphent après une longue et âpre lutte, mais qui sont détestés par la population car le plus souvent incompris.

Ses personnages sont d’apparence ordinaire, tout comme ses méchants. Le point fort du graphisme de Steve Ditko se trouve dans les scènes de combat au corps à corps. Grâce à son trait qui confère une étonnante souplesse à ses personnages, les nombreuses scènes de combat bénéficient d’un dynamisme inimitable.

La Question : un justicier fantomatique
© DC Comics / Urban Comics

Surtout que ses héros donnent des coups mais en reçoivent aussi beaucoup, ne vainquant qu’à l’issue de nombreuses pages de combat. Même le Captain Atom n’y coupe pas : son énergie « atomique » s’épuisant au fur et à mesure, il finit souvent guère plus fort qu’un homme ordinaire, ne devant sa victoire finale qu’à ses poings et à sa force de caractère.

Le Blue Beetle reste l’exemple le plus emblématique, ne disposant que de ses poings et de sa souplesse pour terrasser ses ennemis, bien qu’il puisse compter sur un étonnant véhicule volant, le Bug, un coup de génie pour l’époque, pour le transporter et repérer les crimes grâce à toute une panoplie technologique.

Quant à La Question, s’il ne peut compter lui aussi que sur ses poings, c’est la lutte pour la vérité qui ne souffre d’aucun compromis qui frappe le plus. Le propos apparait dur, le héros ne montrant aucune indulgence envers ses interlocuteurs, au point d’être détesté par presque tout le monde… même par ses téléspectateurs ! Et à son travail, en dehors des membres de son équipe et de son patron, tous ses autres collègues ne pensent qu’à le faire virer, n’hésitant pas à conspirer pour cela !

Blue Beetle et ses fameuses acrobaties !
© DC Comics / Urban Comics

Du côté des deux autres super-héros, ce n’est guère mieux : la population se méfie de Captain Atom et des radiations induites par sa nature, tandis que Ted Kord, le Blue Beetle, est longuement soupçonné du meurtre du premier Blue Beetle, et ses actions ne sont pas toujours comprises par les autorités et la population.

Enfin, impossible de ne pas citer l’influence de la philosophie développée par Ayn Rand, l’objectivisme, qui inspira grandement Steve Ditko dont l’expression la plus évidente se trouve dans le numéro cinq de Blue Beetle où intervient également La Question, sur une histoire proposant une sévère critique de l’art contemporain !

En somme un album exceptionnel sur de nombreux points, aussi bien pour le fait de voir publier en France un tel morceau patrimonial, pas forcément très connu et vendeur, que pour le travail remarquable de Steve Ditko, légende s’il en est du comic book.

La Question face à un critique d’art cachant un secret inavouable
© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Les Gardiens de Terre-4. Scénario : Steve Ditko & Roger Stern. Dessin : Steve Ditko & Alex Toth. Traduction Tristan Lapoussière. Urban Comics, collection "DC Archives". Sortie le 1er décembre 2017. 392 pages. 35,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

[1Les épisodes contenus dans Les Gardiens de Terre-4 sont :
- Captain Atom #83-89 (novembre 1966 à décembre 1967),
- Blue Beetle #1-6 (juin 1967 à novembre 1968, 1974),
- Mysterious Suspense #1 (octobre 1968),
- Charlton Bullseye #1, #2 & #5 (1975 à 1976).

[2En effet les personnages de Watchmen devaient au départ être les héros de Charlton avant que DC Comics décide de ne pas les "sacrifier" à ce projet. Ils furent ainsi modifiés en de nouveaux héros inédits, mais il reste possible de les reconnaître :
- Peacemaker => le Comédien,
- La Question => Rorschach,
- Captain Atom => Dr Manhattan,
- Blue Beetle => le Hibou,
- Nightshade => le Spectre Soyeux,
- Thunderbolt => Ozymandias.

 
Participez à la discussion
1 Message :