Les Gens Honnêtes - T1 - Par Gibrat & C. Durieux - Dupuis (Aire Libre)

24 août 2008 0 commentaire
  • {{Jean-Pierre Gibrat}} s’était révélé être un scénariste habile avec {le Sursis} et {Le Vol du Corbeau}. Le succès de ces deux histoires lui a donné, semble-t-il, de l’assurance. Il publie aujourd’hui {les Gens Honnêtes}, avec {{Christian Durieux}} au dessin, où il se penche sur la descente aux enfers d’un quinquagénaire …

Cinquante-trois balais, cela se fête ! La famille est là pour sabrer les bouteilles de champagne. Philippe vient de recevoir un vélo. Il est heureux. L’ambiance est festive. Un coup de téléphone vient ternir la soirée. On le prévient de son licenciement. La nouvelle est amère, mais il faut garder la face pour ne pas inquiéter sa mère, qui vient d’arriver à la fête.
Le quinquagénaire ne s’en remet pas. Surtout que différents problèmes administratifs l’empêchent d’être assisté par l’État et de recevoir un chômage ou une préretraite. Il plonge, coule à pic même. Ses idées deviennent noires. Son esprit est constamment embrumé par l’alcool. Il ne fait plus attention à lui, devient hirsute, barbu et ressemble de plus en plus à un clochard.

Jean-Pierre Gibrat nous raconte une situation un peu manichéenne. En lisant ce récit, on peine à croire qu’un homme se retrouve sans indemnité, sans aide financière après avoir travaillé pendant près de trente ans ! Même si ce n’est pas le cœur du récit, le postulat de cette dérive étatique aurait demandé plus d’attention et d’explication. Par contre, le scénariste excelle dans le développement psychologique de ses personnages. La descente aux enfers de Philippe est convaincante. Gibrat prend le temps de développer sa chute, et surtout sa relation avec sa famille et ses amis par rapport à ce drame. Si bien que l’on prend conscience par de petits détails que Philippe est un homme ordinaire et attachant, auquel le lecteur s’identifiera facilement.

Habitué à travailler avec des dessinateurs-scénaristes (Andréas et Cornette, notamment), Christian Durieux illustre cette tranche de vie touchante et humaine. Il a abandonné le graphisme plus brut qu’il utilisait dans Le Pont pour revenir à un style semi-réaliste chaleureux. Il signe aussi une couverture particulièrement efficace et représentative du contenu de cet album sincère.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Gibrat, sur actuabd.com, c’est aussi les chroniques :
- du Vol du Corbeau T1 et T2
- Les Années Goudard

Durieux sur actuabd.com, c’est aussi les chroniques :
- Le Pont
- GusGus T1

Lire 16 planches des Gens Honnêtes

Commander l’album sur Internet

  Un commentaire ?