Actualité

"Les Grands Peintres" : Glénat passe la seconde couche

Glénat prolonge son pari audacieux de proposer une approche caractéristique pour les grands maîtres de la peinture. De qualité inégale, mais fort de quelques bons titres, cette collection constitue une agréable escapade dans l’Histoire et d’Art.

Nous vous avions présenté en mars dernier le lancement de la nouvelle collection de Glénat consacrée aux Grands Peintres. Après les Grands Écrivains scénarisés par Jean Dufaux et publiés au début des années 1990, l’éditeur grenoblois impressionnait en annonçant un programme de pas moins de trente albums signés par davantage encore d’auteurs. La première salve nous avait autant conquis que laissés de marbre, en fonction des albums présentés et des choix opérés par leurs auteurs. Cette seconde rafale reproduit le même sentiment d’intérêt et d’inégalité que pour la première.

Vinci : un récit sans consistance

Parmi les grands peintres, nul ne laissa si peu de tableaux et fit pourtant autant parler de lui que Léonard de Vinci. Figure emblématique de la Renaissance, génie de l’invention, il reste un modèle adulé près de cinq cents ans après sa mort. On attendait digne de cette figure majeure, mais malheureusement, il n’en est rien.

Alors que d’autres auteurs n’ont volontairement pas toujours choisi le tableau emblématique d’autres artistes pour livrer des récits originaux, le scénariste Patrick Weber s’attaque à l’œuvre mythique par excellence : La Joconde. Et il a choisi d’aborder l’origine mystérieuse du tableau pour tenter de dépeindre le caractère de Léonard.

"Les Grands Peintres" : Glénat passe la seconde couche
Léonard de Vinci - Par Patrick Weber & Olivier Pâques (Glénat)

Ainsi, le récit débute alors que le Florentin vient de traverser les Alpes pour rejoindre la cour de François 1er. Le monarque lui adjoint un nouvel apprenti qui l’interroge sans relâche sur l’un de ses portraits commencé à Florence en 1503 : le fameux portrait au mystérieux sourire. Léonard, qui s’amuse de la curiosité de son élève, lui livre alors différentes versions de son œuvre qui correspondent à autant de moments particuliers de son existence. Selon ses dires, il pourrait aussi bien s’agir d’un autoportrait travesti, du portrait de l’un de ses amis, du portrait de sa mère ou d’une certaine Lisa Del Giocondo...

Si le scénario a ainsi la volonté d’en apprendre un peu plus sur les origines brumeuses de Léonard ou sur sa vie, cette succession d’hypothèses ne dresse finalement pas un portrait fidèle, car perclus de mensonges, de l’homme, ni même, et c’est plus rédhibitoire, intéressant. Patrick Weber rassemble les différentes légendes du portrait de Mona Lisa dans un récit sans rythme, rappelant l’attachement que le maître portait au tableau, et accessoirement les théories sur son homosexualité. Les liens forts qui unirent Léonard à ses disciples sont ainsi bien évoqués, l’exercice restant très artificiel.

Quant au dessin d’Olivier Pâques, l’auteur de Loïs, souvent sans âme, il est cependant suffisamment documenté pour donner à ce récit une forme d’authenticité. Le lecteur reconnaîtra les châteaux de Blois, d’Amboise, de Chambord et le Clos Lucé. Efforts méritoires, mais cet album bien creux peine à évoquer un des plus grands génie que l’humanité, et sa Mona-Lisa, l’une des peintures les plus admirées au monde. Les déçus devront donc attendre la biographie de Bernard Swysen est actuellement en train de réaliser sur le même sujet, et qui devrait sortir courant 2016.

Léonard de Vinci - Par Patrick Weber & Olivier Pâques (Glénat)

David : un impérial récit révolutionnaire

Lorsqu’on évoque le peintre David, c’est bien entendu l’immense tableau du Sacre de Napoléon qui vient à l’esprit. François Dimberton a pourtant choisi de se concentrer sur le Portrait de Pierre Sériziat et sur Les Sabines, deux peintures bien éloignées de la gloire de l’Empereur. En effet, afin de le sortir de la réputation de peintre officiel de Bonaparte, les auteurs prennent soin de rappeler que David fut un fervent révolutionnaire ! Chose que met admirablement en images Dimberton.

Ami et protégé de Robespierre, le peintre Jacques-Louis David peint très peu durant les premières années de la Révolution, car il est tout entier consacré à son engagement politique et à la transformation du palais du Louvre en musée. En juillet 1794, après deux années de terreur, la France se débarrasse de Robespierre et jette l’artiste en prison. Derrière les barreaux, David parvient à se procurer du matériel de peinture et dessine avec fébrilité un célèbre autoportrait. Par miracle, il échappe à la mort.

Prenant alors conscience qu’il est un artiste avant d’être un homme politique, il se jure de ne plus jamais quitter les pinceaux. En prison, il a d’ailleurs eu l’idée d’une toile monumentale qui prônerait la réconciliation entre les royalistes et les révolutionnaires : Les Sabines !

David - Par François Dimberton (Glénat)

Sans user de grands artifices graphiques, François Dimberton réalise une bande dessinée à l’ancienne, d’une redoutable efficacité. Le récit vaut autant pour l’aspect biographique de la vie de David, que par la restitution de l’époque révolutionnaire et pré-révolutionnaire. Les explications liées à l’utilisation du Louvre, le salon qui en découle et le travail de David pour le transformer en musée sont passionnantes. Les multiples passages en prison permettent de mieux comprendre l’ambiance de l’époque et la psychologie du peintre. Les restitutions des bâtiments donnent le cadre nécessaire pour porter cette superbe évocation historique, et qui détaille également les petits secrets des oeuvres, du choix du support aux influences.

Voilà donc un récit qui passionne sans utiliser d’esbroufe graphique. L’auteur termine son récit sur un superbe clin d’œil à la bande dessinée, tout en rappelant ce que l’art français doit finalement à David, bien au-delà d’un Sacre !

David - Par François Dimberton (Glénat)

Bruegel : le mystère…

Les amateurs de récits moins linéaires se saisiront sans aucun doute du Pieter Bruegel réalisé par François Corteggiani & Mankho. Dès la première page, l’efficacité saute aux yeux ! Du regard singulier des protagonistes à l’évocation de célèbres architectures bruxelloises, cette chronique louvoie entre grande Histoire et complots plus imaginaires.

En 1568, en effet, les temps sont troublés dans les provinces du nord, car Philippe II, roi d’Espagne, règne en tyran sur les Pays-Bas. Sous la bannière de Guillaume d’Orange, ceux qui se nomment eux-mêmes les « gueux » combattent pour la liberté de la Flandre. Initiée comme un combat pour le protestantisme, leur révolte se transforme très vite en une insurrection contre la domination espagnole dont les troupes occupent le pays. Une terrible répression s’ensuit, menée par un comte surnommé « Le Diable rouge », à la tête de ses mercenaires germaniques...

Pieter Bruegel - Par François Corteggiani & Mankho (Glénat)

Ne reculant devant aucune exaction, ces criminels se fraient un chemin sanglant dans le pays à la recherche d’un tableau, une œuvre, dit-on, de Pieter Bruegel, sur laquelle sont représentés cinq mendiants : trois d’entre eux auraient les traits des chefs de la rébellion. Mais très vite, ils apprennent que d’autres tableaux avec le même motif seraient apparus dans les villes alentour. Parmi ces différentes toiles, quelle est celle qui fait apparaître les véritables visages des chefs de la rébellion ?

Les amateurs d’histoire de l’art seront sans doute déçu par ce scénario fantasmatique, car on en apprend finalement très peu sur Bruegel dans ce récit. Si l’intrigue ménage effectivement un suspense savamment maintenu de bout en bout, afin d’évoquer au mieux cette guérilla menée par les « gueux », armée et organisée de manière rudimentaire, contre la force de l’armée espagnole, le sujet de l’album est loin, même si, de surprise en découverte, on profite d’un vrai et d’un bon récit de bande dessinée.

Le peintre en lui-même est finalement très bien évoqué par les huit pages documentaires traditionnelles qui concluent chacun de ces albums. L’œuvre et le contexte historique reprennent alors leurs droits.

Pieter Bruegel - Par François Corteggiani & Mankho (Glénat)

La Tour : une personnalité

Les défauts de ces deux premiers titres ne se retrouvent pas dans les suivants. Rappelons que Li-An & Laurence Croix (aux couleurs) ne sont pas novices en la matière, car ils avaient déjà réalisé une passionnante biographie de Gauguin->art11337] chez Vents d’Ouest en 2010. Une fois de plus, Li-An choisit d’approcher l’homme, afin de mieux comprendre son travail.

Georges de la Tour, peintre bourgeois, est dans la tourmente alors que la cité de Lunéville est assiégée par les troupes de Louis XIII. La guerre de Trente Ans fait rage, aussi prend-il la décision de mettre les siens à l’abri dans la ville de Nancy. Car plus que la situation politique, c’est sa vie de famille qui le préoccupe. Son propre fils, Étienne, semble avoir un goût modéré pour la peinture et il n’est pas sûr du tout qu’il souhaite prendre sa succession. L’héritage du peintre est incertain, surtout lorsqu’un incendie ravageur survient. La Tour imagine ses tableaux rongés les uns après les autres par le feu qui consume la ville.

Georges de la Tour - Par Li-An & Laurence Croix (Glénat)

L’œuvre de ce maître du clair-obscur est donc évoquée dans un des moments les plus tragiques de sa vie. Sa fragilité dans cet instant historique, les tensions familiales et au sein de son couple, son dédain pour les classes moins favorisées, les aspirations artistiques que ses enfants repoussent à leur façon, tout cela se conclut de manière remarquable dans la dernière évocation du récit : l’inspiration pour sa Madeleine à la veilleuse. Au plus près du peintre et ses tableaux majeurs, l’album de Li-An ose sortir de la ligne historique pour livrer un récit des plus vivants ! Un exemple de ce que la collection peut livrer de plus intéressants.

Georges de la Tour - Par Li-An & Laurence Croix (Glénat)

Si les albums de la collection Les Grands Peintres continuent de briller par leur qualité disparate, ils conservent bien souvent leur intérêt, support d’un travail pédagogique ou lecture plaisante pour les esprits curieux .

Dans un mois, sortiront trois nouveaux titres dans cette collection : Van Gogh et son Champ de blé aux corbeaux par Michel Durand, Courbet et le fameux tableau L’Origine du monde réalisé par Fabien Lacaf, et le très attendu Bosch et Le Jugement dernier de Griffo, qui avait si justement dessiné Sade dans la collection des Grands Écrivains !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Dans la collection des Grands Peintres, commander :
- Léonard de Vinci Par Patrick Weber & Olivier Pâques (Glénat) chez Amazon ou à la FNAC
- David - Par François Dimberton (Glénat) chez Amazon ou à la FNAC
- Pieter Bruegel - Par François Corteggiani & Mankho (Glénat) chez Amazon ou à la FNAC
- Georges de la Tour - Par Li-An & Laurence Croix (Glénat) chez Amazon ou à la FNAC
- Toulouse-Lautrec chez Amazon ou à la FNAC
- Goya chez Amazon ou à la FNAC
- Jan Van Eyck chez Amazon ou à la FNAC

Lire également "Les Grands Peintres", le pari audacieux de Glénat

Visiter le site dédié à cette nouvelle collection des Grands Peintres

Glénat ✍ François Corteggiani 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • "Les Grands Peintres" : Glénat passe la seconde couche
    11 octobre 2015 18:12, par SebPoste

    Je vous trouve sévère avec l’album de Pâques et Weber. Difficile d’innover après le passage de Chaillet et Convard - même si ce n’était "que" de la fiction. Quant au dessin de Pâques, il est l’un des meilleurs élèves de Jacques Martin, en voie de dépasser le Maître. Les autres élèves de Martin, Simon, Moralès et Jailloux, ne lui arrivent pas à l’ourlet du pantalon. D’un point de vue graphique, bien sûr. Il a réussi à prolonger une série bien mal partie, Loïs, car mal née, à la fin de la carrière de J. Martin... Cette série est une des meilleures de l’Univers Martin, car elle la seule à conserver une unité graphique. Son style, chez Vinci, est coulant, vif : toutes les qualités de la BD historique sans les inconvénients de la rigidité ou du hiératisme des visages. Les personnages glissent, vivent. En un mot, c’est mon album préféré de la série. Car on sent que les auteurs se sont fait plaisir à sortir de leur univers commun habituel (Loïs).

    Répondre à ce message

  • "Les Grands Peintres" : Glénat passe la seconde couche
    12 octobre 2015 15:06, par Fred Poullet

    La couverture du Courbet laisse deviner à l’arrière plan, sur le chevalet de l’artiste une oeuvre de bien belle taille. Qu’elle est donc cette oeuvre ? Cela ne peut-être L’origine du monde, puisque ce tableau de Courbet ne mesure que 46x55 cm ? Mystère ! Peut être une oeuvre préparatoire surdimensionnée que cette bande dessinée historique va nous faire découvrir !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 octobre 2015 à  17:51 :

      Vous êtes vétilleux, que faites-vous de la licence poétique ? Les Mondrian et Caillebote sont sortis du calendrier des sorties de novembre et n’apparaissent pas plus tard, sont-ils annulés ? Quels peintres les remplacent ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fred Poullet le 13 octobre 2015 à  09:09 :

        Dans une collection aussi scolaire et poussive, ne me faites pas rire avec la licence poétique. La couverture joue plutôt la licence racolage tout simplement. Et l’erreur factuelle de cette couverture rajoute à l’approximation, à l’anecdote, de la besogne.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 13 octobre 2015 à  00:25 :

      Vraiment ? C’est le niveau de votre intervention ?! Ça date mon vieux ce type de commentaire. Allez, Zou !

      Répondre à ce message

  • "Les Grands Peintres" : Glénat passe la seconde couche
    3 novembre 2015 14:39, par Delamontagne

    Le calendrier de Glénat indiquait pour Novembre : Bosch Caillebote, Mondrian, il ne reste que Bosch rejoint par Courbet (initialement prévu en septembre 2016). Van Gogh et Monet sont annoncé en Janvier mais quid des autres ?

    Répondre à ce message

Dans la rubrique Actualité
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Agenda BD septembre 2022
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD