Newsletter ActuaBD

"Les Gros Bras de Polka" et "Comment survivre" : la méthode Émilie Gleason

  • La dessinatrice Émilie Gleason, lauréate du Fauve Révélation au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en janvier dernier, a connu une année 2018 bien remplie. Si "Ted drôle de coco" lui a valu un beau succès, ses deux autres livres sortis pendant la même période sont davantage restés dans l'ombre, à tort : "Comment survivre" et "Les Gros Bras de Polka" sont tout aussi colorés et dynamiques.

La réaction d’Émilie Gleason lors de la remise des Fauves à Angoulême fin janvier 2019 avait été l’une des plus émouvantes. Émue aux larmes, elle avait laissé éclater sa joie, contente d’être célébrée comme une « révélation » certes, mais surtout heureuse de savoir son projet compris et apprécié.

"Les Gros Bras de Polka" et "Comment survivre" : la méthode Émilie Gleason
Ted drôle de coco © Émilie Gleason / Atrabile 2018

Ted drôle de coco, un ouvrage édité par la maison suisse Atrabile qui nous avait séduit, est une bande dessinée à la fois très personnelle - elle est inspirée du propre frère de l’autrice, autiste Asperger aux côtés de qui elle a grandi - et d’une grande originalité par sa composition, son graphisme et sa colorisation. Bourré d’humour, mais dramatique, il donne une image réaliste et empathique des troubles envahissants du développement.

Nous avions alors identifié plusieurs qualités au travail d’Émilie Gleason, dessinatrice décomplexée mais aussi attachée de presse des Éditions çà et là. Outre sa capacité à faire partager des émotions, nous relevions la vivacité du trait comme du ton, le dynamisme de la composition et la fraîcheur des couleurs, le tout contrastant avec le sérieux du sujet abordé mais correspondant parfaitement à l’humour de l’autrice et à la vision dépoussiérée des troubles autistiques qu’elle souhaitait transmettre.

Nous retrouvons ces qualités dans Comment survivre et Les Gros Bras de Polka, édités respectivement par Lapin et par Biscoto également en 2018. Ces deux bandes dessinées, la première délibérément humoristique, la seconde destinée principalement à un lectorat jeunesse, abordent des sujets certes moins graves, ou du moins adoptent une tonalité plus décalée encore. Mais ils ont été écrits avec la même verve et dessinés avec le même entrain.

Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018
Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018
Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018
Les Gros Bras de Polka © Émilie Gleason / Biscoto éditions 2018

Dans Les Gros Bras de Polka, Émilie Gleason nous met dans les pas d’une fillette si costaude qu’elle en souffre. Offrir des fleurs à un ami ne lui est par exemple pas si facile. Elle subit dans la cour de récréation les quolibets de ses camarades et préfère donc, en quelque sorte, s’exiler, en partant aider des castors en danger. Récit initiatique et réflexion sur l’acceptation de soi, Les Gros Bras de Polka est intelligent sans être platement moraliste. Il se distingue lui aussi par son graphisme hors des sentiers battus, ses jeux avec les formes et ses compositions d’apparence chaotiques mais en réalité savamment orchestrées.

Comment survivre est peut-être un peu moins novateur dans sa présentation, mais est très drôle. L’autrice y enchaîne les conseils « survivalistes » en quelques pages. Comment avoir de l’humour, gérer les harceleurs ou paraître cultivé ? Elle offre des solutions à bien des problèmes de la vie quotidienne. Des conseils inventifs, sans garantie, si ce n’est celle de n’avoir jamais été lus ailleurs. Derrière un ton décalé voire, de temps à autre, un peu potache, sont cependant pointés des problèmes bien réels et qui peuvent être de véritables fléaux, notamment quand ils sont liés à un sexisme endémique.

Une bonne partie de l’effet comique de ces pages découle du dessin d’Émilie Gleason. Un regard trop peu habitué y verra de la maladresse ou de la facilité. Les bases ont en fait été suffisamment assimilées pour permettre de s’en affranchir. Les proportions, les perspectives, les plans sont triturés, toujours pour accentuer le récit ou contribuer au gag. Les visages, caricaturaux, et les gestes, exagérés, illustrent idéalement les conseils saugrenus inventés par la dessinatrice.

Derrière Ted drôle de coco, salué par la critique et bien accueilli par les lecteurs, se cachaient donc deux ouvrages certes de moindre ampleur mais confirmant le talent de leur autrice. Sens du rythme et de la chute, ancrage dans le monde contemporain, graphisme souple et bondissant donnent envie de lire d’autres bandes dessinées d’Émilie Gleason, qui après son succès au FIBD aura probablement très à cœur de se renouveler.

Dessin inédit © Émilie Gleason (photo. : F. Hojlo)
Dessins inédits © Émilie Gleason (photo. : F. Hojlo)
Originaux de "Ted, drôle de coco" (Atrabile, 2019) © Émilie Gleason (photo. : F. Hojlo)
Dessins inédits © Émilie Gleason (photo. : F. Hojlo)
Dessin inédit © Émilie Gleason (photo. : F. Hojlo)
Documents
Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018 Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018 Comment survivre © Émilie Gleason / Éditions Lapin 2018

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Les Gros Bras de Polka - Par Émilie Gleason - Biscoto éditions - 14,6 x 23,6 cm - 56 pages couleurs - parution le 8 juin 2018.

Comment survivre - Par Émilie Gleason - Éditions Lapin - 15 cm x 21 cm - 128 pages couleurs - couverture souple avec rabats - parution le 9 novembre 2018.

Consulter le site de l’autrice.

Les photographies ci-dessus ont été prises à la galerie Arts Factory lors d’une exposition se tenant au printemps.

Lire également sur ActuaBD :
- Nos coups de cœur de la rentrée 2018 : "Ted drôle de coco" d’Émilie Gleason (Atrabile)
- Angoulême 2019 : Emil Ferris domine la cage aux Fauves

 
Newsletter ActuaBD