Les Humanos lancent un nouveau magazine, Shogun Life

28 novembre 2007 0 commentaire
  • Après Shogun Shonen (pour les garçons) et Shogun Seinen (pour un public plus mature), les Humanoïdes Associés sortent la 3ème déclinaison magazine de leur collection de bandes dessinées au format manga : Shogun Life, "des tranches de vie en BD"… plus diverses qu’on ne pourrait le penser.

Shonen, Seinen et… Shojo ? Le 3ème magazine devait à l’origine s’appeler comme ça, si ce n’est que le terme est finalement apparu réducteur à l’équipe Shogun, le Shojo étant "un genre de manga destiné aux filles… âgées de 8 à 14-15 ans !", souligne Guillaume Dorison dans son éditorial. La dénomination "Shogun Life" découle ainsi de ce constat : "il s’agit uniquement de séries contemporaines, se passant dans notre réalité et racontant des tranches de vie de gens comme vous et moi"

Voire ! Certaines séries naviguent dans des univers bien "extra-ordinaires", comme Linked de Esteban Mathieu, Michaël Nau et Maria Llovet (qui fait la couverture), dont l’héroïne amnésique se réveille dans une sorte de foyer pour jeunes délinquants où la violence, physique et psychologique, est de règle. Un univers oppressant, futuriste et fashion, au graphisme très contemporain. L’atmosphère de cette série, qui traite de confinement, de suicide et d’automutilation, justifie à elle seule la mention "pour public averti" figurant en couverture du magazine !

Les Humanos lancent un nouveau magazine, Shogun Life
Linked, par Mathieu, Nau et Llovet
(c) Les Humanoïdes Associés

Pity, autre série dont on découvre le premier chapitre, se situe elle aussi dans une réalité teintée de fantastique, puisque son héros, telle la Pythie antique, a la faculté de voir en rêve des événements dramatiques futurs, dont on devine dans cet incipit qu’il devra les éviter. Le scénario de ce premier chapitre est alléchant, le dessin un peu rigide mais séduisant.

Plusieurs séries manient les choses de l’amour avec un certain cynisme : Exécutrices Women, de Nicolas Meylaender et David Boller, dont on retrouve avec plaisir l’humour bitch, ou la nouvelle série E-dylle, par les auteurs de Love’INC, dont on reconnaît bien ici l’esprit potache et grivois a priori plus masculin que féminin… Egalement Last Seduxion, au dessin le plus proche des canons du Shojo (visages et silhouettes allongés), qui narre les aventures de Mike, "beau, intelligent et athlétique", à qui aucune femme ne résiste… du moins jusqu’à présent.

Last Seduxion, par Boschat et Regina
(c) Les Humanoïdes Associés

Parmi les autres séries : Mod’&Life, qui met en scène une jeune femme passionnée de couture, ambitieuse et sur laquelle de lourdes menaces planent. On retrouve aussi l’une des meilleures séries de la collection, Kairi, qui aborde dans le 5ème chapitre (correspondant au début du 2ème tome) un tournant (lire notre critique).

Enfin, deux séries "à concept" : Zeitnot, manga sur le jeu d’échecs (chapitre 3), et Synop6, sur l’écriture scénaristique : dans le chapitre 2, le héros Guillaume participe à son premier script battle, un combat d’improvisation scénaristique sur scène… dont on regrette le côté grotesque peu convaincant.

La variété des séries rassemblées justifie bien que le magazine ne se soit pas appelé Shogun Shojo, même si, du coup, son positionnement vis-à-vis des titres Shonen et Seinen ne paraît pas forcément très clair.
... quelque part au croisement des deux.

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?