Les Jardins du Congo - Par Nicolas Pitz - La boîte à bulles

27 août 2013 3 commentaires
  • Une vie de colon belge installé au Congo, des fracas de la Seconde Guerre mondiale à l'indépendance de 1960. Le dessin n'est pas forcément au niveau du scénario, mais le propos sonne juste et le témoignage impose sa force.

Yvon se cache des occupants allemands, dans la Belgique occupée de 1940. Plusieurs années de vie dans les bois, tandis que son père fait l’autruche dans sa petite maison. Le début d’une rancœur tenace s’installe et quand, enfin, les Alliés libèrent le pays, Yvon ne résiste pas à l’appel du rêve. Le Congo offre des opportunités, et il va y faire fortune, gérant des dizaines d’ouvriers noirs. Son statut devenant enviable, il n’a aucun mal à trouver femme à marier dans son village d’origine et fonde une famille de retour au Congo. Mais la révolte gronde, et Yvon ressent un malaise persistant. Des visions cauchemardesques ou des scènes de chasse le transforment systématiquement en proie, face à des animaux mutants...

Ce périple mêlant survie, espoir, réussite, déchéance et rédemption, Nicolas Pitz le connaît. Son grand-père l’a vécu (le Yvon de notre histoire). Les Jardins du Congo rend hommage à ses ascendants tout en dévoilant la somme des cruautés guettant son destin : la guerre, l’occupation, la colonisation, le racisme institutionnalisé, sans oublier l’absence d’amour filial, entre Yvon et son père. Dès le début de l’album, le chevauchement d’épisodes de différentes périodes (avant/pendant/après la guerre) illustre les questionnements incessants du personnage principal.

Toutes ces émotions doivent se contenter d’un dessin relativement limité en expressivité. Et la variété des paysages, des décors, n’a peut-être pas non plus tout l’éclat voulu. Cet album développe cependant avec panache une saga des plus romanesques, et son final poignant le ponctue avec une grande sensibilité.

Comme apaisement doux-amer, en appendice, quelques pages de photos d’époque, celle d’un bonheur trompeur, reposant essentiellement sur le rapport de force entre blancs et noirs.

Les Jardins du Congo - Par Nicolas Pitz - La boîte à bulles
N. Pitz ©La boîte à bulles 2013

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • doivent se contenter d’un dessin relativement limité en expressivité

    C’est du dessin d’amateur doué, mais d’amateur quand même, il ne faut pas juger ça trop sévèrement. Le lettrage, bien qu’informatique, n’est pas très lisible et nuit à la lecture.

    Répondre à ce message

    • Répondu par jiji le 27 août 2013 à  17:36 :

      Quel histoire ! Je trouve que le dessin colle bien justement, la non-expression des personnages, points pour les yeux, petit nez, donnent un coté revigorant à ce péplum. Un gros dessin réaliste aurait été de trop. A lire !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 27 août 2013 à  18:42 :

        la non-expression des personnages, points pour les yeux, petit nez,

        Hergé aussi c’est des points pour les yeux et un petit nez, pourtant c’est hyper expressif. Trondheim c’est pas du tout réaliste mais c’est hyper expressif aussi. Largo winch c’est du "gros dessin réaliste", mais totalement inexpressif, comme quoi. Non, là c’est assez malhabile, mais bon, faut bien débuter.

        Répondre à ce message