Les Jumeaux de Conoco Station - Par Frantz Duchazeau - Ed. Sarbacane

17 février 2009 0 commentaire
  • Après un album habité sur le delta blues, Frantz Duchazeau poursuit son travail sur l’{americana}, avec cette fois la country music en toile de fond. {Les Jumeaux de Conoco Station} vient de paraître chez Sarbacane.

Acclamé pour son dernier livre, Le Rêve de Meteor Slim, Frantz Duchazeau a choisi d’en prendre le contre-pied presque complet pour réaliser Les Jumeaux de Conoco Station. Un album à nouveau ancré dans la musique populaire américaine, mais traité sur le ton de la farce.

Deux frères, dont la dégaine n’a pas grand chose à envier aux cousins Dalton, s’évadent de prison avec la ferme envie de, primo, se venger de la personne qui les a envoyés au violon, et secundo reprendre leurs instruments pour reformer leur groupe de country music. Le Grand Ole Opry sera leur tremplin. Ce grand concours de musique de bal sera sans doute leur meilleur atout pour un retour en fanfare. Ces grands dadais, inconditionnels de Hank Williams, ont simplement oublié de compter avec l’arrivée du Rock’n’roll…et leur rapport amour/haine avec le shérif de Conoco Station.

Les Jumeaux de Conoco Station - Par Frantz Duchazeau - Ed. Sarbacane
Un extrait des Jumeaux de Conoco Station
© Duchazeau - Sarbacane

Sans doute parce que son ton oscille ici entre pantalonnade pure et amoralité latente, Duchazeau a du mal à retrouver la cohérence et la puissance évocatrice de Meteor Slim. Les personnages sont ambigus, et l’on a de la peine à s’attacher à leur destin. Cependant, le choix d’un format d’album panoramique met en évidence la qualité de son trait qui restitue remarquablement des cartes postales de l’American Way of Life et qui, exercice délicat s’il en est, parvient à donner une couleur musicale à ses dessins.

Si cet album n’est qu’une « suite » à Meteor Slim, on est en droit d’être déçu, mais si l’auteur continue cette série de bandes dessinées sur la musique américaine, on pourrait bien revoir notre jugement à la lueur de cette anthologie très personnelle.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?