Les Lumières de Tyr - Par Joseph Safieddine & Xavier Jimenez - Ed. Steinkis

15 octobre 2012 0 commentaire
  • Dans la nécessaire connaissance de "l'Orient compliqué", l'ouvrage de Joseph Safieddine & Xavier Jimenez, "Les Lumières de Tyr", rappelle l'âpreté de la condition des citoyens libanais, sujets et souvent victimes d'un conflit qui les dépasse largement.

Dans Valse avec Bachir, nous avions la relation d’Israéliens contant leur perception de la Guerre du Liban, cette énorme machine aveugle d’une armée en marche qui écrase tout sur son passage et dont la monstruosité ne l’empêche pas d’être manipulée par des intérêts mesquins, au grand dam des combattants.

Avec Les Lumières de Tyr, nous avons le point de vue de ceux d’en face. Pas des soldats, des nationalistes libanais défendant les intérêts des différentes factions en place, y compris palestiniennes et syriennes, dans cette mosaïque pluri-millénaire d’ethnies, de langues et de religions qu’est le Liban : mais des petites gens qui vivent au quotidien les affres de cette guerre sans fin.

Et puis surtout des enfants qui se rendent compte de la réalité à travers le prisme de l’innocence. Ils sont les premières victimes de cette guerre vicieuse qui utilise des bombes à sous-munitions et qui dissimule dans des jouets des engins explosifs qui tuent ou rendent infirmes ceux qui les ramassent.

Au quotidien, dans la région de Tyr, délaissée par le gouvernement de Beyrouth, frontière avec l’état d’Israël, la vie est rythmée par les coupures d’électricité. Les habitants les plus riches compensent ces déficiences gouvernementales par des générateurs au fuel qui se trouvent au pied de leurs immeubles. Mais il faut descendre à pied les nombreux étages (puisque, faute d’électricité, l’ascenseur ne fonctionne pas) pour appuyer sur le disjoncteur...

Mustapha et Mohamed et les amis chrétiens de leur âge vont se faire tout un film et, avec leur bande, ils se transforment en super-héros pour aider les adultes. Ils rétablissent la lumière, bouleversant par la même occasion l’ordre précaire qui s’est établi.

Par la même occasion, ils nous éclairent sur la réalité d’un conflit extrêmement complexe. Grâce à eux, le lecteur échappe un instant à l’orgueilleuse rationalité stratégique des commentateurs invités au 20 heures.

Les Lumières de Tyr - Par Joseph Safieddine & Xavier Jimenez - Ed. Steinkis
Le dessin expressionniste de Xavier Jimenez rend tout l’âpreté de la condition de vie des Libanais

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?