Les Malheurs de Janice, l’intégrale – Par Erich Von Götha - Dynamite

  • La saison des intégrales débute en force (et sadisme !) avec la publication de l'une des hautes figures de la bande dessinée érotique, Erich Von Götha, à travers son chef d'œuvre : "Les Malheurs de Janice". Une belle manière de célébrer les quarante ans de cette BD culte.

Comme l’explique très bien le dossier rédigé par Bernard Joubert en fin d’ouvrage, Les Malheurs de Janice ont été conçus il y a plus 40 ans de de la plus étrange des manières : un lecteur fan des bandes dessinées qu’Erich Von Götha réalise dans son propre magazine, Torrid, lui écrit pour lui proposer de lui scénariser et lui payer la réalisation d’une aventure sulfureuse de son cru. L’auteur accepte. Il reçoit donc l’argent tous les mois et et les chapitres s’égrènent au fur et à mesure, source d’espoir pour le dessinateur de fonder sa maison d’édition avec ce futur album et l’aide de son mécène.

Intitulée en français Les Malheurs de Janice, cette histoire met en scène une jeune femme du peuple sortie de prison par un aristocrate influent et sadique, afin de la faire intégrer un programme de « réhabilitation de criminelles » très personnel. Sévices et caresses se succèdent pour mieux bousculer les sens de la belle.

Les Malheurs de Janice, l'intégrale – Par Erich Von Götha - Dynamite
Première page de la série

Après la fin d’un premier album où des scènes très sadiques étaient présentées, le mystérieux commanditaire indique qu’il renonce à son projet de monter une maison d’édition, et laisse à Erich Von Götha la liberté de publier ou non cette histoire. Il a fallu attendre la visite d’un éditeur français, pour que celles-ci paraissent finalement dans Bédé Adult’ en 1985, et en album en 1987.

Depuis, Les Malheurs de Janice se sont imposées comme un must de la bande dessinée érotique, pour le soin apporté à chaque planche, l’audace des scènes sado-maso, mais également les sentiments de l’héroïne Janice, entre douleur et plaisir.

Sous la plume de Bernard Joubert qui reprend le scénario à partir du tome 3, Janice acquiert davantage d’indépendance, et assume de plus en plus sa vie.

Janice désire désormais diriger sa vie

Au final, ces quatre tome auront connu pas mal d’aventures, comme décrit dans Les Carnets secrets d’Erich Von Götha, et fort bien résumé dans le dossier qui conclut cette intégrale, de moins de trente euros. Saluons surtout le fait que c’est la première fois que les quatre tomes sont ainsi regroupés, les précédentes publications rassemblant à chaque fois deux aventures. Les esprits chagrins qui regretteront que l’album soit broché, pourront se consoler avec les agrandissements proposés sur le dépliant de la couverture !

Un récit incontournable pour les fans du genre qui n’auraient pas encore succombé aux charmes et aux tourments de Janice !

Le dossier final contient également quelques belles illustrations

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD