Les Panthères : Le magicien qui n’existait pas – Par Aidans et Greg – Le Lombard

30 avril 2008 0
  • Créées dans le Journal Tintin en 1971, les Panthères étaient à la fois des héroïnes de comédie, ancrées dans le quotidien de leur époque, et de jolies femmes ce qui, dans l'hebdomadaire des 7 à 77 ans, défrayait la chronique.

On est dans le ton des sitcoms qui se font de plus en plus nombreuses sur le petit écran. Le rythme de parution des épisodes dans le journal en témoigne. Nos héroïnes sont habillées dans les tons et usent des accessoires à la mode : pantalons, jupes courtes et couleurs acidulées, bottes, impers longs et amples, Fiat 500, etc. Elles ne sont pas aussi sexy que des James Bond’s girls mais peuvent à l’occasion, comme elles, faire le coup de poing. Mai 68 est passé par là, et Tintin pousse les feux dans cette direction, conscient des évolutions de la société, et de la bande dessinée, puisque Pilote, depuis 1967, accueillait avec succès les glamoureux Valérian & Laureline.

C’est évidemment Greg qui est à l’origine de cette petite révolution qui consista à introduire un quota plus élevé d’héroïnes dans un monde jusque là peuplé de garçons et de femmes-dragons du genre Castafiore. Il était temps : L’année précédente, dans Spirou, Yoko Tsuno et Natacha avaient fait leur apparition. Tintin répliqua avec Comanche et Les Panthères, tandis que de plus en plus, les héros vivent en couple (Ric Hochet, Buddy Longway,…) allant même jusqu’à se marier (Michel Vaillant) !

Édouard Aidans, avec son dessin académique, met à profit un savoir-faire inspiré par la publicité pour dessiner des femmes naturelles quoique maquillées à l’image de celles qu’un enfant normalement constitué voyait à la télévision, dans la rue ou tout simplement dans sa propre famille. C’est évidemment daté, furieusement nostalgique, mais on ne peut que constater que cela ajoute au charme.

Les Panthères : Le magicien qui n'existait pas – Par Aidans et Greg – Le Lombard
Les Panthères : Le magicien qui n’existait pas – Par Aidans et Greg
Le Lombard

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?