Romans Graphiques

Les Petits Monarques - Par Jonathan Chase - Ed. Dupuis

Deux rescapées d'une catastrophe épidémique courent après les Monarques, précieux lépidoptères recelant un antidote à la maladie qui a éliminé la plupart des mammifères sur terre. Un "road movie" écolo made in USA qui se perd un peu dans ses intrigues, et qui pâtit de couleurs pâlottes.

Une enfant, une adulte, en route pour sauver le monde. Depuis que la maladie du soleil a décimé tous les êtres vivants, ne restent que des bois, des plantes, et des eaux. Les humains survivants se font rares, et ne communiquent guère avec leurs semblables éloignés, terrés dans les sous-sols. Durant leur périple, la petite Elvie et la biologiste Flora n’ont qu’un objectif : trouver les substances, issues du papillon Monarque, permettant de finaliser un vaccin contre ce terrible virus du soleil. Au cours de leur voyage, elles vont rencontrer d’autres rescapés, eux-aussi tentant de survivre. Mais ont-ils les mêmes buts ? Seront-ils alliés ou adversaires, voire ennemis ?

Les Petits Monarques - Par Jonathan Chase - Ed. Dupuis
© Dupuis, 2022

Avec un sujet pile dans les préoccupations écologiques actuelles, des personnages de tous âges, une course contre la montre épidémiologique, ce roman graphique porte un scénario cohérent et un message humaniste. Mais voilà, le résultat laisse sur sa faim. Sur le fond, l’auteur peine à sortir des balises du road movie : danger qui rôde, tensions entre personnages, humour calibré... Le prétexte de la chasse à ces si précieux papillons ne suscite pas une passion démesurée dans la lecture. Et sur la forme, tout en soulignant la justesse des actions et des expressions, le dessin s’avère inégal. Surtout, les couleurs sont franchement perfectibles, au point qu’on se demande si le noir et blanc n’aurait pas mieux rendu.

Évidemment, les militants écolos francophones adoreront, et les familles en quête de messages sérieux bien lovés dans un récit d’aventure voteront pour. Mais pour ma part, j’ai l’impression que Jonathan Case a voulu trop en faire, même si certains éléments biologiques distillés au fil des pages s’avèrent pertinents.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9791034765812


Traduit de l’anglais par Philippe Touboul.

Dupuis ✏️ Jonathan Case à partir de 10 ans Anticipation Etats-Unis 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Je vous trouve sévère.D’habitude j’évite les récit post-apocalyptiques catastrophiques. Mais là, j’ai été charmée par le biais original, basé sur la migration réelle des papillons Monarques à travers les Etats-Unis. C’est un récit emmené par un dessin ferme et dynamique, et cette mise en couleur y participe. Et l’on s’attache immédiatement aux personnages.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 août à  18:40 :

      Je suis assez d’accord avec Taugis, cette mise en couleur ne valorise pas le dessin et donne à l’ensemble un air de vieille BD, mal imprimée.

      Répondre à ce message

    • Répondu par FranckG le 25 août à  10:13 :

      Disons qu’après "New Deal" et surtout "Chère créature", il est difficile de faire mieux ? ...
      L’auteur a clairement changé de style sur cet ouvrage, que j’avoue ne pas avoir encore lu ; mais très clairement, on est davantage grand public, pour ne pas dire jeunesse ici, et le sujet est bien moins clivant. En cela, je rejoins l’auteur de la critique.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thomas More le 27 août à  14:36 :

        Les extraits proposés ne montrent pas du tout des couleurs « palôttes » ni « vieillottes ». Les mots ont quand même un sens. Employez les avec précaution. Il y a tellement d’albums qui sortent qu’une mauvaise critique peut démolir un bouquin. Faites des critiques argumentées et choisissez bien vos mots.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Michel Ferrandi le 3 septembre à  21:39 :

          Eh bien moi j’ai feuilleté l’album en librairie et il ne faut pas se fier aux extraits présentés ici : les couleurs ne sont certes pas vieillottes, mais elles sont, il est vrai, plutôt pâles. Mais ça a l’air d’être un bon album.

          Répondre à ce message

Dans la rubrique Romans Graphiques
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Salon
du 27/08/2022 au 28/08/2022
BD Plage à Sète (Hérault)
Agenda BD septembre 2022
Du 8 au 24 septembre 2022,
du 8/09/2022 au 24/09/2022
Exposition-vente - Antonio Cossu - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD