Newsletter ActuaBD

Les Rêves de Milton - T1 - Maël, Ricard et Féjard - Dupuis

19 janvier 2006 0 Albums par David TAUGIS
Dupuis 🛒 Acheter
  • La crise des années 30 aux États-Unis à travers le destin de familles miséreuses de Caroline du Nord. Noir, sombre et saturé de violence, ce premier tome ne laisse pas le lecteur indemne.

1930, en plein coeur de la Grande Dépression. La famille Cry est contrainte à vendre ses modestes terres et à prendre le chemin de l’exode vers l’Ouest, comme nombre de leurs voisins de misère.

Sept ans plus tôt, Billy, le fils aîné des Cry, avait assisté à un meurtre, règlement de comptes entre petits propriétaires également beaux-frères. Pour s’assurer de son silence, le coupable, un voisin, lui avait broyé la main, le rendant infirme à jamais. Depuis, il rêve de vengeance, tout en détestant sa propre famille et tous ceux qu’il croise. Billy espère manipuler son grand frère Milton, à la fois force de la nature et handicapé mental, un esprit naïf et innocent dans un corps de lutteur. Ce qui ne l’empêche pas de rêver, souvent autour de scénarios violents et sanguinaires. Le sommeil agité de ce dernier ne manque pas d’intéresser son cadet.

Ce premier tome nous dresse un portrait épouvantable des membres de quelques familles enfoncées dans la pauvreté : quand ils ne s’affrontent pas à coup de poings ou de manches de pioches, ils convoitent les maigres possessions de leurs voisins. Sans parler d’une mère de famille qui se prostitue pour offrir de la viande aux siens au repas du soir...

Le dessin de Maël, taillé à la serpe, anguleux et tremblant de rage, illustre sans concession ce scénario d’une dureté absolue. Le sang gicle dès les premières planches, et si on se doute, à la fin de ce tome 1, que la vengeance de Billy est en marche, on reste intrigué par l’évolution du personnage de Milton, tiraillé entre ses fantasmes de violence et sa gentillesse naturelle. C’est pourtant Billy qui amène une tension de tous les instants, apparaissant comme le personnage central de ce volume.
Rendu profondément amer, frustré et venimeux par son agression, il joue les observateurs acerbes de son univers sans espoir. Il est au centre des relations entre ces familles de Caroline, et s’inscrit dans la grande tradition des victimes réclamant le sang de la vengeance.

Sylvain Ricard, épaulé par Frédéric Féjard, surprend par cette inspiration noire, après un Clichés : Beyrouth 1990 proche du reportage intimiste. Réservé à un public averti, Les Rêves de Milton touche au ventre, et peut être considéré comme une des parutions les plus violentes de la collection Aire Libre.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD