"Les Savants" : quand les grands scientifiques deviennent détectives...

25 avril 2017 0 commentaire
  • Seconde enquête des “Savants”. Deux scientifiques de renommée mondiale se retrouvent réunis sur une affaire des plus mystérieuses. Cette fois, Kepler et Galilée sont à la manœuvre : les planètes sont en pleine révolution !

Nous vous avions déjà présenté précédemment le premier tome des Savants, une série aussi graphiquement réussie que novatrice et passionnante dans son concept. L’idée du scénariste Lucas Blengino ? Associer deux savants contemporains d’une époque et confronter leurs différence de point de vue dans une enquête particulièrement délicate.

Après Copernic et Paracelse en 1512, le scénariste a décidé de mettre aux prises deux (autres) astronomes de renom, Galilée et Kepler, en 1594. Mais fini le beau ciel bleu de l’Italie, les meurtres ont cette fois lieu dans une île froide et reculée de Scandinavie !

"Les Savants" : quand les grands scientifiques deviennent détectives...
Une double-page campe le décor de cette sombre histoire...

Cette seconde enquête se situe en effet au cours de l’hiver 1594, sur l’île de Ven. Astronomes, mathématiciens, physiciens, astrologues et théologiens étudient avec acharnement dans le vaste palais d’Uraniborg, mis à la disposition du roi du Danemark, les moyens pour faire évoluer la science. Mais la petite île scandinave, que martèlent les vents glacés du nord, est le théâtre de sanglants rituels à chaque pleine lune. On y envoie alors discrètement un savant italien pour enquêter : le minutieux Galileo Galilei. Au grand dam de Johannes Von Kepler, qui voit cette arrivée d’un mauvais œil…

Une fois de plus, le cadre posé par le scénario est original et bien posé : un huis-clos dans une île battue par le froid et la neige ; un village miséreux d’un côté, dont les habitants vénèrent encore des anciens dieux lors de rituels païens et violent ; de l’autre, un château austère et labyrinthique, où la fine fleur des cerveaux mondiaux s’affairent pour faire progresser la science.

Une fois le décor planté, la tension est palpable, et le jeu des dialogues entre les deux savants s’avère passionnant. Derrière les détails de l’affaire, se dévoile la différence de leurs visions sur le monde, une divergence d’opinion qui s’est bien entendu traduite dans leurs travaux.

C’est une tâche difficile que d’illustrer un scénario aussi dense, qui multiplie les références scientifiques, mais Stefano Carloni répond une nouvelle fois à nos attentes. Si l’on fait exception de ses quelques cadrages très acrobatiques qui tranchent avec la rigueur scientifique du propos, le dessinateur campe parfaitement la situation oppressante de cette enquête quasiment mathématique. Les dialogues ne sont pas sans mouvement et les scènes d’actions (si, si, il y en a !) rythment bien un récit tout à fait convaincant.

S’il est pratiquement impossible de découvrir la solution de l’intrigue avant les dernières pages, la particularité de ce second tome tient, comme dans le précédent, davantage au cadre et au contexte du récit qu’à sa teneur policière. Mais la tension développée par l’enquête, alliée à l’intérêt de se frotter aux grands penseurs de l’époque, confère à la série un très haut niveau de réussite.

Les lecteurs amateurs d’Histoire, de meurtres en série ou de sciences seront comblés ! Ceux qui préfèrent un récit léger, dopé par des séquences spectaculaires et des héroïnes dénudées, passeront leur chemin…

Que signifie cette utilisation macabre de runes scandinaves ?

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander Les Savants, Tome 2 Uraniborg, 1594 - La bête de l’île chez Amazon ou à la FNAC

De la même série, lire également "Les Savants", un polar sur fond de Renaissance

Tous les visuels sont : © Éditions Soleil, 2017 – Blengino, Carloni

  Un commentaire ?