"Les Week-end de Ruppert & Mulot" : ça décoiffe !

21 novembre 2016 0
  • Pendant plus d'un an, Ruppert & Mulot ont tenu une rubrique hebdomadaire dans le supplément week-end du "Monde". Avec le défi de devoir s'exprimer via une longue case étroite. La compilation en album dévoile l'étendue de leur prouesse technique... et de leur humour !
"Les Week-end de Ruppert & Mulot" : ça décoiffe !
"Place de la République"

On ne présente plus Florent Ruppert et Jérôme Mulot. Après avoir débuté au sein de L’Association, ils reçoivent le Prix Révélation au FIBD d’Angoulême en 2007 pour Panier de singe.

Espiègles, aventureux aquand il s’agit de manier les codes de la bande dessinée, ils ne cessent de multiplier les expérimentations graphiques tels que Le Cadeau, un livre-objet que le lecteur détruit au fur et à mesure qu’il le lit, le fond se rattachant toujours à la forme.

"Le snowboard"

En effet, Ruppert & Mulot sont aussi et avant tout d’habiles observateurs de notre société, qu’ils décortiquent avec un humour féroce et bienvenu. On retrouve ces qualités au sein des aventures des voleuses qu’ils ont réalisées avec Bastien Vivès (La Grande Odalique, Olympia), mais surtout dans le magnifique album de La Technique du périnée, un "jouissif" passage en revue de nos travers sociaux.

C’est d’ailleurs dans la foulée de cet album parfois décalé qu’on pourrait classer cette nouveauté intitulée Les Week-ends de Ruppert & Mulot. Ce titre s’inspire de l’expérimentation graphique et narrative que les deux auteurs ont accepté de réaliser entre 2014 et 2016, au sein du supplément "Culture & idées" du journal Le Monde.

Si le célèbre quotidien voulait s’adjoindre la collaboration de deux auteurs, c’était toutefois pour leur imposer une contrainte de maquette car ils désiraient ne pas modifier leur mise en page. Ruppert & Mulot devaient donc s’exprimer dans une bande de 360 mm de haut pour 55 mm de large. Un exercice de haute voltige !

Mais les deux auteurs ne sont pas arrêtés là ! "Nous voulions insérer dans ces colonnes une sensation d’espace", expliquent-ils. On se balade donc des toits de Paris jusque dans des massifs enneigés, des profondeurs aquatiques aux gratte-ciels de New York : un dépaysement permanent.

"[Ces dessins] sont présentés par ordre chronologique d’une année civile (qui ne correspond pas à leur ordre de parution", expliquent les deux auteurs dans leur introduction. La lecture débute donc avec le dessin réalisé juste après le massacre de Charlie Hebdo, pour se terminer à la fin de l’année 2015, peu après les attentats du 13 novembre. Ces deux moments sont traités avec autant de finesse que d’intelligence, et ne contrastent pas trop avec les strips qui sont nettement plus humoristiques.

Jouant sur le dialogue, les situations absurdes qu’ils présentent sont aussi drôles que décalées. Leur vision permet de réfléchir sur nos habitudes sociales tout en pensant un merveilleux moment de délassement en leur compagnie. En plus des strips en couleurs, les deux auteurs ont dessiné des grands dessins noir et blanc qui cassent la lassitude visuelle qu’on aurait pu ressentir. Elles légitiment d’ailleurs le format de l’album, qui aurait pu se présenter uniquement comme une fine bande sans ces ajouts bienvenus.

Malgré une petite baisse de régime en fin d’album, Les Week-ends de Ruppert & Mulot sont une des grandes réussites du moment, aussi expérimentale qu’universelle. On espère juste que son prix (19 €) ne dissuadera pas trop de lecteurs, car l’investissement en vaut la peine.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?