Les abysses de Christophe Bec

30 avril 2014 1 commentaire
  • En marge de séries plus historiques, de science-fiction ou contemporaines, Christophe Bec continue d'analyser notre futur avec un nouveau projet coup-de-poing, "Deepwater Prison", et la suite de son incontournable "Prométhée" qui s'achemine tout doucement vers une révélation fracassante ! Les concrétisations d'un tandem gagnant avec Stefano Raffaele.

Rien ne semble plus arrêter Christophe Bec. Et pourtant, les dernières années ne l’ont pas épargné. Après les difficultés liées aux appuis photographiques de Sanctuaire et celles de la série Carthago qui peinait à trouver son rythme de production, l’arrêt de certaines séries et de la collection Hanté chez Soleil étaient autant de bâtons dans les roues de sa créativité. Même le début de son déroutant Prométhée fut mis à mal lorsque l’auteur décida qu’il ne dessinerait plus (ou presque).

Mais toutes ces déconvenues n’entamèrent pas sa résolution, et c’est avec beaucoup de motivation qu’il continua l’impressionnant Prométhée. Nous avons déjà longuement évoqué avec l’auteur cette série d’anticipation qui analyse en détails les traces extraterrestres disséminées sur le globe, et qui égrène une série de grandes catastrophes destinées à sortir l’humanité de sa torpeur auto-destructice.

Les abysses de Christophe Bec

Prométhée : et Bec apporta le feu à la bande dessinée

Christophe Bec atteint effectivement des sommets avec cette série : il mélange adroitement la mythologie et la SF, les Écritures avec l’histoire des civilisations, et les craintes enfouies de l’humanité. L’ensemble est ultra-rigoureux et parfaitement efficace !

Avec le tome 9 paru en janvier et sa suite qui paraitra début juin, Christophe Bec propose les deux parties d’un diptyque intitulé, Dans les Ténèbres, qui annonce tout doucement la fin de la série. Les révélations se multiplient, les personnages se retrouvent, sans perturber leur crédibilité.

Nous sommes bien entendu attentifs à ces derniers rebondissements On peut déjà annoncer que Prométhée laissera une empreinte profonde dans le genre apocalyptique en bande dessinée. Et même au-delà de ce registre, car la série amorce des parallèles avec les séries télévisées qui font rebondir le médium BD en proposant de nouvelles approches.

Deepwater Prison : le terreur au fond des eaux

On peut certainement attribuer une bonne part également de ce succès à Stefano Raffaele qui s’est approprié le "style" de Bec pour mieux traduire ses scénarios : Prométhée bien entendu, mais également Sarah, Under, Pandemonium, ... et le dernier en date, Deepwater Prison.

Avec cette nouvelle série, les deux auteurs surfent sur la vague Carthago pour plonger à nouveau au plus profond des terreurs humaines. La série se déroule aux États-Unis, alors que la délinquance et le crime montés à leur paroxysme ont surpeuplé les prisons. Le gouvernement américain a imaginé une nouvelles solution carcérale, dans une fosse marine abyssale au large des Bermudes, pour des détenus purgeant de longues peines. Les criminels les plus dangereux du pays y sont ainsi abandonnés et livrés à leur propre sort, sans possibilité d’évasion à cette profondeur ! D’autant que la zone est infestée par de redoutables anguilles géantes...

Deux mille mètres plus haut, à la surface, une plate-forme pétrolière explose et sombre, provoquant la plus grande catastrophe écologique de tous les temps. Une équipe de colmatage est envoyée en urgence dans les fonds marins. Seul lieu de résidence à cette profondeur, la Deepwater Prison, où des mutins fomentent des plans d’évasion. Parmi eux, un ancien militaire, condamné pour avoir ,refusé d’exterminer des civils. Il ne pense plus qu’à une chose : retrouver ses proches.

Enquête écologique sous couvert de pressions économiques, injustices criminelles, terreur au fond des océans, découvertes étranges dans les abysses, et bien d’autres ficelles très bien agencées sont les éléments du puzzle de cette nouvelle série. Bien entendu, il faut passer outre certaines invraisemblances (coût de la prison immergée, mélange de condamnés civils et militaires, etc.) afin de profiter pleinement du contexte proposé par les auteurs. Mais passé le cap des premières pages, la mise en scène du duo, le graphisme réaliste de Raffaele, et la présentation des personnages de Bec font la différence. Difficile de faire la fine bouche devant l’attrait de l’intrigue : on vibre et on se passionne avec entrain.

Avec Raffaele, Bec a donc trouvé un réel partenaire pour mettre en scène ses passions les plus communicatives. Un tandem à suivre !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Des derniers albums de Christophe Bec, commander
- Deepwater Prison T1 chez Amazon ou à la FNAC
- Prométhée T9 chez Amazon ou à la FNAC
- Prométhée T10 chez Amazon ou à la FNAC

De Prométhée, commander :
- le tome 1 sur Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 sur Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 chez Amazon ou à la FNAC

Concernant Prométhée, nos autres interviews de Christophe Bec :
- « Prométhée est un récit ambitieux. J’ai pris le pli de révèler des choses, quitte à décevoir. » (Août 2013)
- « Vingt ans après notre album commun, je reprends du service avec Corbeyran sur "Doppelgänger" »
- Et pour le début de la série : "Pour éviter de m’ennuyer, je change souvent d’univers "
Ainsi que nos chroniques des tomes 1, 2 et 3.

Lire notre autre interview de Christophe Bec : « Je ne me serais jamais lancé dans "Ténèbres" sans un grand dessinateur ! »

 
Participez à la discussion
1 Message :