Les aventures de Boro, reporter photographe : La Dame de Berlin - par Franck, Vautrin & Veber - Casterman

6 novembre 2007 0 commentaire
  • Dans les années trente, un jeune aventurier est le témoin des tumultes de l'Histoire : suspense, passion et humour sont au rendez-vous. Malgré quelques approximations, on peut parler de réussite pour cette adaptation éponyme des romans de Boro, reporter photographe.
Les aventures de Boro, reporter photographe : La Dame de Berlin - par Franck, Vautrin & Veber - Casterman
Le premier tome

Blémia Borowicz, dit “Boro”, né d’un père français et d’une mère hongroise, est un jeune reporter-photographe installé à Paris au tout début des années 30. Blessé à la jambe au cours de sa jeunesse, il boite et ne se sépare jamais de sa canne. Ce handicap ne l’empêchera pas, Leica à la main, d’être sur le front de tous les tumultes qui secouent l’Europe au fil de ces années-là et de vivre, en témoin privilégié, l’Histoire en direct. Ainsi, en 1932, il part d’urgence pour Munich. Dans les derniers soubresauts de l’Allemagne pré-Hitlérienne, il va s’efforcer d’y retrouver la cousine avec laquelle il a grandi et dont il demeure secrètement amoureux, Maryika Vremler, devenue de son côté l’une des nouvelles vedettes du cinéma allemand en plein essor. Le hasard va les faire entrer en possession d’une photographie compromettant un homme qui va malheureusement changer le cours de l’Histoire.

Depuis 20 ans, Jean Vautrin et Dan Franck nous livrent une grande série romanesque [1] qui fait vibrer les passions humaines à l’unisson des convulsions tragiques du XXe siècle. Chacun des romans de ce grand feuilleton littéraire sera l’objet d’une adaptation par Dan Franck lui-même en trois volumes de 46 planches. Pour suivre ce rythme assez soutenu, c’est toute une équipe qui s’est formée autour de Marc Veber, le dessinateur : on retrouve Nicolas Wintz au story-board, Schmitz à la couleur, et rien de moins qu’Enki Bilal à la direction artistique, qui réalise d’ailleurs les couvertures originales des romans.

La couverture du roman, réalisée par Bilal

Après deux tomes, parus respectivement en janvier et octobre, de la première trilogie La Dame de Berlin, on peut déjà tirer un bilan globalement positif de cette adaptation. On perçoit directement le caractère du personnage central : farouche, débrouillard, intelligent, sûr de lui, voire téméraire. Malgré un rythme assez lent, on se laisse prendre au jeu des fanfaronnades de Boro. A mi-chemin entre la BD d’action et l’évocation historique, cette série est avant tout celle de cet aventurier-photographe que la curiosité mal placée et un amour-propre exacerbé poussent à aller chercher des ennuis aux mauvais endroits aux mauvais moments, mais pour notre plus grand plaisir.

Certaines longueurs se font pourtant sentir dans le second tome. Certes, Franck profite le plus possible de la qualité des dialogues de Vautrin [2], mais cette première trilogie aurait pu se boucler en un petite centaine de pages. Il fallait sans doute le temps pour que toute cette équipe trouve son tempo. Ainsi, le trait trop léger, et les erreurs anatomiques du premier tome sont déjà corrigés par Marc Veber. Il reste néanmoins quelques efforts à fournir dans les décors et les expressions faciales des personnages. Mais avec les tomes à suivre, cela ne peut que s’améliorer.

Un personnage haut en couleur dans une période où le brun et le noir dominaient pourtant. Pour les fans d’Histoire et de grandes gueules.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le premier tome de la Dame de Berlin sur Internet
Commander le deuxième tome de la Dame de Berlin sur Internet

[17 romans parus chez Fayard, puis repris en livre de poche chez Pocket.

[2César du meilleur scénario pour Garde à vue, en 1981.

  Un commentaire ?