Les cartes postales de François Morel et Pascal Rabaté

4 octobre 2009 0 commentaire
  • L’ex-Deschien et le chroniqueur provincial par excellence étaient faits pour se rencontrer. C’est désormais chose faite avec l’adaptation livresque du spectacle {Bien des choses}.

C’est avec Les Petits ruisseaux (dont Yolande Moreau lui avait recommandé la lecture) que François Morel s’est épris du travail de Pascal Rabaté. Connaissant les deux personnages, on se dit que ces deux-là avaient tout pour un jour travailler ensemble.

Ecrit en 2006, le spectacle Bien des choses que François Morel interprète avec Olivier Saladin, connaît depuis un joli succès. Alors qu’une édition DVD se profilait à l’horizon, l’idée d’éditer le texte sous la forme d’un livre illustré par Rabaté a fait son chemin.

Le thème du livre, du texte et du spectacle est cette vieille tradition désuète, qui perd des plumes à chaque pas en avant des connexions wifi, téléphone 3G et autres avancées de la e-correspondance : la carte postale. Comme une partie de ping-pong intense entre la famille Rouchon et la famille Brochon, Bien des choses est un herbier à cartes postales. On y trouve le ton piquant et gentiment moqueur d’un Morel décidément doué pour se glisser dans la peau du français moyen (souvenez-vous de son personnage de Monsieur Morel dans les Deschien). Rabaté n’a eu qu’à se faufiler entre les interstices des voyages en autocars des Rouchon et Brochon. Plus fin qu’à l’accoutumée, le dessin de l’auteur du Petit rien tout neuf avec un ventre jaune lorgne évidemment vers celui de Sempé, le maître du genre. Calligraphiée à l’encre bleue de stylo plume par Sébastien Gnaedig, le directeur éditorial de Futuropolis himself, ces cartons voyageurs sont plus vrais que nature.

Voilà un livre qui rappellera, dans un grand éclat de rire, les belles heures de l’été, pour faire face aux premiers jours de l’automne.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?