Les combats ordinaires de Pedrosa

30 avril 2008 0 commentaire
  • L'album AutoBio de Cyril Pedrosa vient de paraître aux éditions Fluide Glacial. L'auteur y développe, avec beaucoup d'humour, les difficultés rencontrées pour assumer ses convictions écologiques.

Un essentiel obtenu à Angoulême n’y a rien changé. L’auteur de Trois ombres est toujours aussi sympathique et naturel. Et la nature, ça le connaît, lui qui plaide depuis pas mal de temps la sauvegarde de notre bonne vieille terre.
"Étant militant vert, cela faisait très longtemps que j’avais envie de faire une chronique sur le militantisme politique." déclare Cyril Pedrosa. "En fait, je ne le faisais pas par militantisme ! Même si c’est de l’auto-dérision, je craignais la vision que j’allais donner des Verts."
Dans le collimateur de Thierry Tinlot depuis la publication des Cœurs Solitaires aux Éditions Dupuis, l’auteur ne s’est pas fait prier pour rejoindre l’ex-rédacteur en chef du Journal de Spirou.

"Quand Thierry Tinlot m’a proposé de travailler pour "Fluide", j’ai eu l’idée de rendre ces chroniques moins politiques. J’ai préféré m’exposer même si les références au militantisme politique restent tout de même présentes dans AutoBio." explique Pedrosa.
Les combats ordinaires de Pedrosa
Ces chroniques sont une véritable bouffée d’air pur. Elles nous content le quotidien de la famille Pedrosa où chaque membre tente désespérément de vivre de manière écologique et respectueuse de l’environnement. Désespérément car les idéaux se confrontent en permanence au réel. Aller au bout de ses convictions écologiques et politiques n’est pas de tout repos et Pedrosa y trouve parfois ses limites. Tout y passe : l’école (Bienvenue au Kibboutz), la mixité sociale (À gauche toute), l’alimentation (La voie non lactée), les moyens de transport (Super hérauts), les animaux (30 millions d’amis), les produits 100% naturels (Un choix politique), etc. En une ou deux pages Pedrosa caricature avec un sens aigu de l’auto-dérision ses comportements et ceux des autres.

"Pour des besoins narratifs, je triche avec la réalité en recomposant, en amplifiant, en déformant. Mais sur chaque histoire, il y a un fond d’autobiographie." confesse-t-il.

3 ombres rôdent autour de C. Pedrosa, dont celle de T. Tinlot !

On se retrouve dans ce personnage attachant, pour peu que l’on ait un soupçon de conscience écologique et citoyenne. Mais attention ! Pas de discours moralisateur chez Pedrosa, juste une mise en abîme de ses contradictions. Tout cela servi par un trait léger et drôle que les couleurs de Ruby complètent à merveille. La coloriste par ses taches colorées contribue activement à l’humour de l’album, réalisant un travail plus narratif qu’illustratif.

Pedrosa rejoint les Arthur du Pins, Chauzy, Krassinsky, Dehaes, Jannin qui incarnent le renouveau du magazine Fluide Glacial depuis l’arrivée de Thierry Tinlot à sa tête. Un renouveau marqué également par le retour des Dupuy-Berberian (Bienvenue à Boboland à paraître en mai) et l’arrivée d’un certain Frank Margerin.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo © L. Boileau
Illustrations © Pedrosa/Fluide Glacial

Commander ce livre sur Internet

  Un commentaire ?