Les enfants de la pluie

  • Après la France, c'est la Belgique qui verra bientôt s'amener sur ses grands écrans un long métrage d'animation basé sur un scénario et des dessins de Philippe Caza, adapté d'un roman de Serge Brussolo.

Sur cette planète, il n’y a plus que deux saisons. Une saison désertique, et une saison des pluies. Les enfants de la pluie Durant la première, la température monte à 70° et toute végétation disparaît, transformant le monde en désert. Durant la seconde, il pleut sans arrêt pendant des mois.

Pendant la saison sèche, les Pyross, un peuple à lapeau orangée, règnent en maîtres. Ils ne supportent pas l’eau, qui représente pour eux un danger mortel. La pluie, chez eux, est nommée "mort-pluie". Ils ne boivent donc pas d’eau, et ne mangent que de la viande grillée.

Lors du retour de la saison des pluies, ils se calfeutrent dans leur cité, guettant les signes du retour du soleil et offrant des sacrifices humains aux dragons des pluies qui les harcèlent afin qu’ils les laissent tranquilles. Selon ceux qui les dirigent, ces dragons sont envoyés par le peuple des Hydross, les enfants de la pluie, leurs ennemis qui se réveillent dès que commence la saison humide.


Alors, chaque année, les Pyross envoient une expédition jusqu’à la cité des Hydross, Amphibole, pour les détruire et leur voler les "pierres-soleil" qui les éclaireront et les réchaufferont durant la mauvaise saison.

Cet éternel recommencent de la guerre entre ces deux peuples aurait pu très bien ne jamais s’arrêter. Mais Skan, un jeune écuyer, qui sera envoyé dans l’une de ces expéditions, va découvrir que ce que les maîtres des Pyross leur font croire depuis des siècles est un horrible mensonge et qie les Hydross n’ont rien à voir avec le portrait sanguinaire qu’ils en ont dressé. Bien au contraire... Et c’est grâce à la statue d’une jolie flûtiste Hydross qu’il va s’en apercevoir.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le piège du manichéisme guettait les auteurs, avec ces deux mondes antagonistes, l’un guerrier et carnivore, l’autre pacifiste et végétarien. Au final, ils s’en sont plutôt bien sorti, nous offrant un joli conte sur la tolérance, avec de nombreuses trouvailles pleines de poésie et d’émotion. Le travail sur la couleur est particulièrement remarquable, et les décors sont un régal. On regrette simplement que l’animation des personnages n’ait pas bénéificié de la même finition.

Pour la Belgique :
- Dès le 2 juillet 2003 à Bruxelles (Cinéma Le Vendôme), à Liège (Cinéma Le Parc/Churchill), à Louvain-la-Neuve (UGC), à Namur (Cinéma Petit Forum).
- Dès la mi-août 2003 à Charleroi (Cinéma Marignan) et à Mons (Cinéma Plaza Art).

Pour la France :
- Informations chez MK2, 55, rue Traversière, 75012 Paris (01 44 67 30 80)/

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • > Les enfants de la pluie
    20 juin 2003 00:20, par Marie-Hélène Bard

    J’ai vu ce film en avant première et je trouve qu’il est vraiment très bien, les décors sont bien fait, les personnages aussi, l’histoire est belle bref....tout est bien !!! J’ai rencontrer le réalisateur et je n’ai pas pu m’empecher de lui poser pleins de questions. J’ai vraiment hate qu’il sorte en DVD pour que je puisse le visionner à l’infini. L’histoire d’un amour impossible est vraiment bien, les méchants sont parfaits, il y a des alliés et un autre amour est cacher derrière l’impossible. Kalisto est très belle et Skan n’est pas mal !!! Si il pouvait y avoir une suite ce serait bien mais je ne pense pas que ça marcherais.

    En tout cas, je n’ai qu’une chose à dire : Toutes mes félicitations à vous Mr Leclerc !!!!!!!

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD