Les intégrales de l’été - 1ère partie : les figures tutélaires de Dargaud

5 août 2019 6 commentaires
  • Comme tous les étés, nous profitons de la trêve estivale pour faire le point sur les intégrales sorties à cette occasion. Premier arrêt chez Dargaud, qui termine avec panache leurs focus sur des héros mythiques de Pilote... afin de mieux reprendre en changeant complètement de registre !

Blueberry, Tanguy & Laverdure, Barbe-Rouge : Dargaud a pris soin ces derniers temps de revoir avec un œil patrimonial les séries qui ont fait les grands jours du Journal Pilote. Les Chevaliers du Ciel marquent une pause après neuf tomes publiés à mach 2. Quant au plus célèbre des westerns réalistes (Blueberry, of course), on attend certainement le dernier recueil et la conclusion d’Ok Corral pour cette fin d’année 2019.

Les intégrales de l'été - 1ère partie : les figures tutélaires de Dargaud
Anny, la compagne de Barbe-Rouge
par Bourgne & Perrissin

Intéressons-nous donc à la troisième de ces séries, Barbe-Rouge, dont le treizième et dernier recueil vient conclure en beauté la nouvelle intégrale de ses aventures. Il contient les deux derniers albums parus de la série, à savoir le diptyque consacré à la compagne de Barbe-Rouge.

Une fois de plus, le dossier concocté par Brieg Haslé-Le Gall s’avère plus que passionnant : ses entretiens avec Perrissin & Bourgne expliquent en détail leurs motivations concernant la mystérieuse disparition de Barbe-Rouge dans le tome précédent, mais surtout leurs aspirations concernant ce double-album qui sortait de la norme, faisant ainsi le lien avec la série de la Jeunesse de Barbe-Rouge. Les auteurs expliquent également comment la série s’est arrêtée, le tout agrémenté de superbes dessins réalisés par Marc Bourgne, et de schémas expliquant leur travail à tous deux.

Au sein du dossier de Barbe-Rouge, une planche qui permet de profiter de la finesse du trait de Marc Bourgne
D. Bertail

Rien qu’avec ces éléments, on pouvait déjà considérer que le recueil était réussi, disposant d’une entité narrative et des explications nécessaires pour en comprendre le contexte tout en bénéficiant de bonus graphiques. Mais ce volume contient deux surprises de taille. Tout d’abord, un article très détaillé et complet explique la reprise de la série avec une nouveauté annoncée pour 2020, ainsi que nous vous en avons parlé il y a quelques jours, le tout complété par les interviews des auteurs, à savoir Jean-Charles Kraehn et Stefano Carloni.

Seconde surprise, un petit dossier consacré aux couvertures réalisées par Dominique Bertail. Comme il l’explique dans une interview retranscrite dans le volume, l’auteur de Ghost Money a réalisé une demi-douzaine de couvertures en 2009 pour une hypothétique intégrale des aventures de Barbe-Rouge... qui ne verra finalement pas le jour ! Heureusement, Dargaud nous permet de profiter de celles-ci, rassemblées dans ce dossier.

Cette intégrale de Barbe-Rouge se termine donc bien mieux qu’elle n’avait débutée, avec un recueil des plus réussi ! Si l’on pouvait encore émettre un souhait, on espère vivement que Dargaud reprenne en intégrale les cinq albums de la Jeunesse de Barbe-Rouge. La rareté de ces cinq tomes pousse les lecteurs à faire monter les prix sur le marché de l’occasion, ou à ronger leurs freins en attendant une compilation qui arriverait à point nommé pour teaser avant la reprise des aventures de la série-mère ! À bon entendeur...

Barbe-Rouge, par Dominique Bertail

La fin des westerns

Autre figure tutélaire de Pilote qui tire sa révérence, Mac Coy réalise son dernier baroud d’honneur dans le quatrième et dernier recueil de son intégrale. La page d’introduction contextualise la réalisation des six tomes réalisés en dix ans, jusqu’au décès de Palacios en 2000.

Le bémol de cette intégrale réside certainement dans les couvertures détourées et en format réduit, qui ainsi amputées ne parviennent pas à rendre la puissance des compositions de Palacios. Un regret largement compensé par les planches du dessinateur qui, jusqu’au dernier tome, multiplie les effets, les mises en pages (les associations entre les planches gauches et droites sont parfois saisissantes), ainsi que ce mélange d’humour et de violence caractéristique de la série.

Certes, un dossier détaillé aurait pu mettre tout cela en valeur, mais cette compilation des six derniers tomes de la série réunis dans ce recueil pour moins de trente euros permet aux aficionados de Palacios & Gourmelen de compléter leur collection à petit prix, car ces derniers albums demeurent assez recherchés.

"Mac Coy", un clin d’oeil à un autre célèbre western.

De western, il est encore question avec la fin de la publication de l’intégrale de Comanche, une autre figure tutélaire du genre, ici créée par les tous aussi emblématiques Greg & Hermann.

La fin de la publication ? Mais où sont passés les deux tomes précédents ? Eh bien, ils ont respectivement été publiés par Le Lombard en... 2004 et 2005 ! Est-ce que l’édition des deux grands volumes en noir et blanc en 2017 a ravivé les souvenirs de Dargaud ? Quoiqu’il en soit, ce troisième et dernier volume reprend exactement la même maquette que les deux précédents, de quoi compléter avec succès la collection des lecteurs. Bravo Dargaud pour avoir réalisé un recueil dans la lignée directe des deux autres ; un effort presque exceptionnel et qui mérite d’être salué ! (et imité…)

Une page du dossier du recueil 3 de Comanche

Ce recueil regroupe donc les aventures de Red Dust, réalisées par Michel Rouge après la décision d’Hermann de se consacrer à ses propres séries. Comanche est alors toujours scénarisé par Greg (Rodolphe ayant terminé le dernier tome après le décès du scénariste).

Le petit dossier de six pages rappelle les grandes lignes de cette série mythique : sa création, la passation de crayon vers Michel Rouge, les origines des personnages détaillées dans ces albums, le décès de Greg ainsi que l’adieu des héros. Cinq albums qu’on a malheureusement parfois tendance à oublier au regard de ceux d’Hermann. Ce dont on aurait pourtant bien tort, comme la qualité et la justesse de ton de ces aventures nous le rappellent à raison.

Le dossier présente l’extrait d’une double planche regroupant les ténors du Western chez Dargaud
Comme on trouve dommage que le dossier n’ait pas directement présentée la double-page dans sa totalité, on a été la rechercher (Merci M Blanc-Dumont)
couleurs : Claudine Blanc-Dumont

Lancement de nouvelles intégrales

Ces dernières années, Dargaud a su mener un programme d’intégrales cohérent à deux orientations distinctes : un axe tourné vers les figures fondatrices de la maison d’édition, souvent doté d’intéressants dossiers de présentation ; et un second tourné vers les productions plus récentes, aux dossiers plus réduits pour une stratégie commerciale plus incisive. Alors que ce dernier axe s’auto-alimente avec la production actuelle, l’orientation patrimoniale parvient à la conclusion d’un grand nombre de séries-phares : Barbe-Rouge, Blueberry, Tanguy & Laverdure sans oublier Mac Coy. Reste donc à savoir dans quelle nouvelle direction l’équipe éditoriale de Dargaud désire maintenant nous entraîner pour redécouvrir leur généreux fond historique.

L’une des réponses qu’ils apportent est celle de l’humour, mais pas seulement, avec le lancement de l’intégrale du Génie des Alpages. Les mauvaises langues diront qu’il aura fallu attendre le décès du regretté F’Murrr pour que Dargaud décide enfin de valoriser la partie la plus emblématique de son œuvre. Ce serait oublier que Dargaud avait déjà publié un premier recueil des trois tomes de cette même série en 1988, dans la défunte collection Omnibus. Certes, le second tome n’avait jamais suivi, mais toutes les séries ont connu le même sort, dont Blueberry, Jonathan Cartland, Mac Coy et Valérian la même année !

Comme cela a été le cas pour ces autres séries mythiques du Journal Pilote, Dargaud rattrape donc son retard avec cette nouvelle mouture qui sera complète en cinq recueils, chacun composé de trois tomes. Le quinzième tome, que l’auteur a laissé inachevé au stade des crayonnés, sera reproduit dans le cinquième volume de cette intégrale.

Le petit dossier d’introduction de ce premier recueil est fort judicieusement rédigé par Jean-Christophe Menu. Il nous rappelle à raison que « si l’œuvre de F’Murrr est aussi remarquable que singulière, nous laissant un nombre d’ouvrages aussi restreints qu’indispensables, "Le Génie des Alpages" en forme incontestablement la colonne vertébrale. »

Dans un texte fort bien troussé, Menu détaille toutes les caractéristiques de la série. Très didactique, cette introduction souligne tout le génie des Alpages, pour les lecteurs qui auraient tenté de prendre le train en marche, puis décroché, rebutés par l’absurde de ce troupeau déluré. Car il y a une grande part de surréalisme dans cette série, menée par l’imaginaire instinctif de F’Murrr. Dans son analyse, justement pertinente dans l’étude qu’il réalise, Menu laisse parfois cette part naturelle de côté, pour se focaliser sur l’évolution et les points forts de la série. Un axe judicieux pour attirer les lecteurs qui découvriraient la série, afin de souligner ses spécificités et guider la lecture, mais qui déshumanise un peu la création. Gageons que ce regard sur l’auteur viendra dans les prochains dossiers, car dans cette première introduction, Menu ne restreint pas l’analyse aux trois premiers tomes, mais étend son champ de réflexion jusqu’à la fin de la série, donnant ainsi plus d’ampleur à son propos.

Etude de couverture, présentée dans le dossier
Noté la mention de l’éditeur, à l’époque où BB se retirait du cinéma pour mettre son image au profit de la protection animale

Il serait totalement vain de vouloir lister les spécificités du Génie des Alpages en quelques lignes : Jean-Christophe Menu l’a très bien réalisé pour valoriser ainsi une série qui reste aussi marquante qu’hors norme. À ceux qui douteraient encore, nous conseillons d’ouvrir ce premier recueil en librairie et d’entamer la lecture du dossier avant de parcourir quelques pages. F’Murrr ne les laissera pas insensibles, surtout que Dargaud a pris soin de reproduire les couvertures originales dans leur ensemble.

Quant aux aficionados de l’auteur, ils ne manqueront pas le dernier cadeau que l’auteur nous envoie par-delà les montagnes : un superbe recueil d’une centaine de dessins de femmes. Rien de sexy, ni de grivois ! Pour fêter la nouvelle année 2009, F’Murrr s’était lancé dans le pari de dessiner « deux mille meuf ». Ainsi s’était-il installé en terrasse pour dessiner les femmes qui passaient, un remarquable exercice de style !

« Puis il regroupa tous ces petits dessins (reproduits ici au format) dans un classeur et passa à autre chose, nous explique l’éditeur dans l’introduction. Parce qu’il était compliqué de le faire à l’époque, parce qu’il y avait d’autres "priorités", ce petit livre a dû attendre la disparition de son auteur pour voir le jour. Nous sommes convaincus qu’il en aurait apprécié la parution, et nous sommes particulièrement heureux de pouvoir montrer ou rappeler quel grand dessinateur est F’Murrr. »

Deux extrait de Deux Mille Meuf

Berlion, tout en douceur

D’une poésie à l’autre, passons à l’univers de l’enfance magnifiée par Olivier Berlion. Dargaud entame tout d’abord la publication en trois recueils du Cadet des Soupetard, un univers voué aux enfants et leur vision si particulière, le tout scénarisé par Eric Corbeyran. Publié dans un format un peu plus réduit que les albums originaux, ce premier recueil rassemble les trois premiers tomes de la série. On se serait attendus à quelques compléments, mais l’éditeur a sans doute préféré privilégier un prix d’entrée de gamme (19,99 €) pour rassembler ces éléments dans le troisième recueil final.

On retrouve aussi pas mal de crayonnés et de travaux dans le dossier qui vient compléter une autre intégrale signée Olivier Berlion, rassemblant les deux tomes de La Guerre des Boutons. Que cela soit dans les dessins complémentaires tirés de ces deux séries précitées ou de Sales Mioches, ou dans les planches elles-mêmes réalisées par l’auteur, on retrouve une poignante magie à l’œuvre : Berlion aime dessiner le monde des enfants, de la nature, des courses-poursuites entre les masures et des jeux dans les buissons. Que cela soit avec vos enfants, vos petits-enfants, ou par pur plaisir nostalgique, ces deux ouvrages vous ouvrent une porte vers une période enchanteresse, où l’on découvre le monde à chaque instant.

Enfin, nous ne pouvons terminer ce tour d’horizon sans évoquer la suite de « Peanuts, l’édition intégrale du chef-d’œuvre de Charles M. Schulz ». Dargaud continue d’aligner les tomes avec une régularité de métronome, en hommage à cet auteur au talent universellement reconnu. Terminons avec quelques strips, avant de se retrouver dans quelques jours pour les intégrales d’autres éditeurs :

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Concernant Barbe-Rouge, lire notre précédent : Barbe-Rouge, le plus célèbre pirate de la BD, fait barbe neuve

Chez Dargaud, acheter :
- Le recueil 13 de l’intégrale de Barbe-Rouge chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Le recueil 3 de l’intégrale de Comanche chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Le recueil 4 de l’intégrale de Mac Coy chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Le recueil 1 de l’intégrale du Cadet des Soupetard chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Le recueil 1 de l’intégrale du Génie des Alpages chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Deux Mille Meuf de F’Murr chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- L’intégrale de La Guerre des Boutons chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Le recueil 21 de l’intégrale de Peanuts chez BD Fugue, FNAC, Amazon.

Tous les visuels sont : (c) Dargaud.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Merci pour ces compliments concernant l’intégrale "Barbe-Rouge". Bonne nouvelle : nous sommes en train de préparer deux tomes réunissant les cinq opus de "La Jeunesse de BR" avec dossiers riches d’infos et de visuels... Patience donc !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michaël PALARD le 5 août à  13:49 :

      Bonjour,
      Pourriez-vous SVP nous dire ce que vous préparez comme intégrales pour les prochaines années, car il me semble que vous arrivez un peu au bout de votre catalogue "vintage" ?
      Merci !

      Répondre à ce message

  • Ce que l’article ne dit pas...
    5 août 13:41, par Michaël PALARD

    Je vais faire un peu mon pénible, mais 2 intégrales Barbe-Rouge de 2 albums chacune c’est vraiment de l’arnaque. Dans l’idéal il aurait fallu s’arranger pour que toutes les intégrales reprennent des cycles entiers, c’était faisable, quitte à ajuster le prix en fonction du nombre d’albums inclus.
    De même le petit format pour Le cadet des Soupetard, c’est du gâchis vu le talent de Berlion et surtout beaucoup de textes déjà petits à l’origine deviennent carrément illisibles (et j’ai une bonne vue !!!).
    Pourquoi également l’intégrale Comanche ne reprend qu’à peu près la présentation des 2 autres parues au Lombard, c’était pas compliqué de la faire à l’identique ?
    Enfin, je trouve moi aussi dommage que les couvertures des albums ne soient pas reproduites en grand format de manière systématique dans toutes les intégrales, de même que celles des revues...
    Coté positif, le dossier BR est effectivement très bien, il n’y a là que de très bons titres et la prochaine parution de la jeunesse de BR est une bonne nouvelle.
    En tout cas, malgré ces regrets, c’est très bien de faire revivre tout ce patrimoine.

    Répondre à ce message

    • Répondu par BHLG le 6 août à  10:26 :

      Je ne peux répondre que pour ce qui concerne "Barbe-Rouge" : 3 ou 2 albums + les dossiers pour moins de 20 €, je trouve cela imbattable ! Et quand il n’y a que deux albums, ce sont des histoires complètes (le Pellerin-Charlier, les Bourgne-Perrissin) et les dossiers doublent voire triplent de taille ! Mais c’est bien connu, on ne peut pas plaire à tout le monde...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michaël PALARD le 7 août à  10:20 :

        Ce qui compte tout de même ce sont les planches de BD ? Qui lit vraiment les dossiers ?
        Pour les Barbe-Rouge de Bourgne, c’était très intéressant et j’ai tout lu car il y avait eu très peu d’infos sur cette période, mais ceux de la période Charlier je n’ai fait que regarder les illustrations, tout ayant été dit et redit X fois...
        Sur la période Charlier justement, la plupart des histoires sont des dyptiques, il aurait été judicieux de publier 4 albums par intégrales, avec 3 BD toutes les histoires sont coupées... OK pour faire un seul album de Pellerin, même peu épais par cohérence, mais alors faire aussi un seul album de 4 tomes pour Bourgne, non ?

        Répondre à ce message

  • Vous indiquez dans l’article : "Les Chevaliers du Ciel marquent une pause après neuf tomes publiés à mach 2."

    Depuis juin 2018, pas de nouveau tome à l’horizon.

    S’agit-il vraiment d’une pause ou d’un arrêt qui ne dit pas son nom, faute d’avoir résolu l’imbroglio "Survol Interdit" ?

    En automne, pour les 60 ans de la série, plusieurs publications sont annoncées mais c’est un peu plus flou en ce qui concerne le tome 10 de l’intégrale.

    Répondre à ce message