Les intégrales de l’été - 3e partie : L’expertise de Dupuis

22 août 2015 7 commentaires
  • Souvent talonné, jamais dépassé, Dupuis continue de mener de main de maître le marché de l'intégrale franco-belge. Petit panorama de fin d'été.

Dupuis continue se démarquer autant par la richesse de ses dossiers, que par la diversité des thématiques et des époques abordées. Preuve par l’échantillon des intégrales qui viennent de paraître.

À tout seigneur, tout honneur, débutons avec la 16e intégrale de Spirou et Fantasio, consacrée aux derniers récits de Tome & Janry. Après une reprise bien amorcée, les auteurs ont voulu profiter de leur position pour donner au lecteur "des petites leçons de vie", expliquent-ils dans le dossier. Mais ils commencent surtout à jouer de plus en plus avec un personnage qui ne leur appartient pas vraiment. Après le début de la romance dans Luna Fatale, c’est le détonnant épisode de La Machine qui rêve qui est surtout abordé dans le copieux dossier de ce volume.

Les intégrales de l'été - 3e partie : L'expertise de DupuisOutre des illustrations inédites réalisées pour des dossiers de presse, ce sont donc surtout ces réflexions qui composent l’analyse de ce passionnant dossier. Les auteurs se mettent en parallèle avec Franquin, comprenant à l’époque qu’il ait pu arrêté Spirou pour se consacrer à sa propre création Gaston, comme eux-mêmes vont le faire avec Le Petit Spirou. Qu’on soit d’accord ou non avec le cheminement des auteurs, cette intégrale passionnera tous les amateurs de l’histoire du célèbre groom.

Buck Danny est aussi mis en avant, dans deux périodes différentes. La dixième intégrale des récits de Charlier & Hubinon revient en détail sur l’accident d’auto du dessinateur (dont nous vous avions déjà parlé, mais aussi sur les vies de Buck Danny et de ses amis aviateurs en dehors de la bande dessinée. Même si Patrick Gaumer, le rédacteur du dossier, s’écarte un peu de Buck Danny, après neuf copieuses précédentes introductions, on prend plaisir à mieux comprendre l’ambiance de l’époque et ce qui a entraîné l’évolution que l’on a connue. Le chapitre consacrée aux peintures d’Hubinon est d’ailleurs passionnant.

Une seconde intégrale vient de reparaître : Alerte nucléaire reprend les trois premiers tomes de Buck Danny scénarisés par Charlier et dessinés par Bergèse. Le dossier revient naturellement sur le choix du dessinateur, et ses options de transition dans le dessin du célèbre aviateur. De nouvelles couleurs enrichissent les récits, ce qui lui donne une portée plus (trop ?) contemporaine. Les amateurs se réjouiront d’y trouver un récit totalement inédit de Bergèse, qu’il a réalisé spécialement pour cette intégrale. Intitulée Le Lâche, cette histoire de neuf pages revient au 8 mai 1942, juste après le premier album de Buck Danny. Un beau retour aux sources sous le crayon d’un expert.

L’une des plus belles intégrales du moment est certainement le 6e volume de La Patrouille des Castors. Les soixante pages du dossier signé par Gilles Ratier reprennent non seulement une impressionnante série de dessins et de croquis de Mitacq, mais revient surtout en détail sur la fin de la collaboration entre le dessinateur et J.-M. Charlier. En insérant les lettres échangées par les auteurs, et les notes de réunion du rédacteur-en-chef de Spirou, c’est non seulement un morceau de l’histoire de la bande dessinée qui est proposée au lecteur, mais également la possibilité de mieux comprendre comment se nouent (et se dénouent) les relations entre scénariste et dessinateur.

Dupuis ne se cantonne pas aux récits du Journal de Spirou : nous vous avons effectivement déjà parlé de la belle intégrale consacrée à Julie Wood, l’alter-ego féminin sur deux roues de Michel Vaillant. Mais l’éditeur qui a repris les nouvelles aventures de Michel Vaillant (le tome 4 sort d’ailleurs dans quelques jours) profite de ce focus pour distribuer l’intégrale des premiers récits du coureur automobile le plus célèbre de la bande dessinée, sorti en 2008 au Lombard et reproposé par les éditions Graton. Ce volume ne reprend pas uniquement les trois premiers albums de la série, mais propose également dans l’ordre (presque) chronologique les quatre premiers récits parus dans Tintin

Terminons enfin ce tour d’horizon avec le second volume des Tuniques Bleues présentent et consacré cette fois aux chevaux dans l’armée. Ce volume reprend Les Bleus tournent cosaques et bien entendu Arabesque, le célèbre cheval de Blutch qui s’écroule au premier bruit de canon. Les dix pages du dossier reviennent en détail sur l’apport historique et la réalisation de ces épisodes, sans oublier des dessins inédits de Lambill et de superbes gouaches dont il a le secret. Nous reviendrons prochainement sur cette collection qui se poursuit avec les personnages réels (2 tomes), les Indiens et entre autres la photographie.

Ceci pour nous faire patienter avec l’attendue troisième intégrale des Schtroumpfs qui sort le 28 août.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander L’Intégrale Spirou & Fantasio #16 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander L’Intégrale Buck Danny #10 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander L’Intégrale Patrouille des Castors #6 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander Michel Vaillant #7 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander L’Intégrale Tuniques Bleues présentent #2 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander L’Intégrale Schtroumpfs #3 Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • La Machine qui rêve, un fameux désastre, heureusement que Dupuis a arrêté les frais.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henry le 22 août 2015 à  17:29 :

      Chacun ses gouts, je considere Machine Qui Reve comme un des meilleurs S&F, tous auteurs confondus, et je regrette que Tome et Janry n’aient pas eu l’occasion d’aller plus loin, je suis curieux de savoir ou ils auraient emmene la serie, mais cela nous ne le saurons jamais malheureusement.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Liaan le 22 août 2015 à  18:35 :

      Un peu plus costaud et moins crétin, surtout au niveau graphisme, que "Panique en Atlantique", n’est-t-il pas ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oreste le 22 août 2015 à  22:03 :

        "Panique en Atlantique" est bien meilleur, à tous niveaux, et quelle idée stupide d’avoir donné à Spirou les traits de jean-Luc Delarue, ils ont failli tuer la série.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Al Kovalsky le 23 août 2015 à  10:16 :

          Vous avez le droit d’aimer Panique en Atlantique, mais ne serait-ce que d’un point de vue technique, machine qui rêve est un chef d’oeuvre inégalé.

          C’est une démonstration de maîtrise comme jamais en franco-belge, digérant et assimilant tout les codes du genre pour les transcender dans des planches ultra ambitieuses. L’encrage est juste inégalable. Rien à voir avec les petits dessins plats du sympathique Fabrice Parme, mais du très peu franco-belge Fabrice Parme.

          A moins que le franco-belge ne signifie rien pour vous.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Pirlouit le 24 août 2015 à  21:04 :

            Vous me donnez une folle envie de lire Machine qui rêve, merci pour votre commentaire. J’espère ne pas être déçu.

            Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit le 22 août 2015 à  20:31 :

      Il s’agit d’auteurs confirmés qui se sentant à l’étroit dans le moule que l’on cherchait à leur imposer (et qu’ils avaient au début accepté en forme de prolongement moderne de l’oeuvre de Franquin !) ont voulu prendre leurs distances vis à vis du modèle.
      Franquin lui-même en avait marre, au point de tomber en dépression, ou de dynamiter la série avec "Panade" qui constitue son chant du cygne. Qui êtes vous pour leur reprocher ? Le fait que l’album n’ait pas fonctionné commercialement n’a aucune importance.

      Répondre à ce message