Les planches de F’murrr cédées en dation à l’État français

22 juillet 2021 2 Collectors par Auxence DELION
Dessinateur : F’murrr
Acheter cet album
  • On a appris il y a quelques jours que la famille de Richard Peyzaret, plus connu sous le nom de F’murrr (célèbre pour la série Le Génie des alpages, chez Dargaud), a fait don de la plus grand partie de ses planches et illustrations à l’État français, dans le double objectif de régler ses frais de succession et préserver son œuvre. Une disposition qui n'est pas une exception.

L’auteur autrefois passionné de Hergé et Franquin débute chez Pilote – où il entre grâce à Mandryka (le créateur du Concombre masqué, lui aussi disparu il y a peu), où il présente Le Génie des alpages, des aventures animalières à l’humour absurde qui s’inspirent autant de l’esprit Goscinny que de l’humour burlesque des Monty Python et du surréalisme de Buñuel.

Commencée en 1973, la série permet à l’auteur d’affiner peu à peu son trait et de proposer des évolutions scénaristiques et autant d’envolées poétiques, un travail de longue haleine qui dure jusqu’en 2007 et génère quatorze albums chez Dargaud, auxquels s’ajoute le reste de son œuvre.

Coutumier au fait de garder presque toutes ses planches originales, F’murrr cultivait un mode de vie comparable à son œuvre : rustique, plein d’humour et de poésie, sans considération pour la marche trop rapide du monde contemporain.

Lorsqu’il meurt subitement le 10 avril 2018, il ne laisse pas d’héritier et n’a jamais été marié. Sa succession est donc assurée par ses deux sœurs de 79 et 80 ans, qui découvrent en fouillant son appartement parisien plus d’un millier de planches, de couvertures d’albums, d’illustrations ou encore de croquis préparatoires qu’il avait soigneusement gardés sans trop les disperser.

Les planches de F'murrr cédées en dation à l'État français
Une planche originale caractéristique de Fmurrr issue du "Génie des alpages"
© Éditions Dargaud

Appliquant la Loi Malraux du 31 décembre 1968, les héritières ont décidé de faire une dation à l’État pour payer leurs droits de succession. La chose est courante dans le domaine artistique (les familles de Picasso, Giacometti, Chagall ou encore Matisse ont appliqué cette exception aux droits de succession), elle consiste à donner à l’état une partie des œuvres en paiement de l’impôt. Cette disposition a considérablement enrichi les musées nationaux.

Mais dans la bande dessinée, le fait est rare. Ainsi, Albert Uderzo a offert trois albums d’Astérix à la Bibliothèque nationale de France et Georges Wolinski a fait de même avec un grand nombre de ses dessins. Récemment, le dessinateur Edmond Baudoin a offert toute son œuvre originale au Musée national de la BD d’Angoulême. Mais nous ignorons si c’est dans le cadre d’une dation. La disposition faisait néanmoins partie des 54 propositions du Rapport Lungheretti de janvier 2019.

Le fait que Fmurrr entre dans le patrimoine français est en tout cas une bonne nouvelle !

(par Auxence DELION)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo en médaillon : Nicolas Anspach.

 
Participez à la discussion
2 Messages :