"Les quatre saisons" - Boule et Bill n°28 - par Roba (Dargaud)

12 octobre 2001 1 commentaire
  • En-dehors de toutes les modes et donc indémodable, Roba poursuit son petit bonhomme de chemin avec l'une des rares séries où les gags riment avec gentillesse et petits bonheurs du quotidien. "Les quatre saisons", 28e opus de Boule et Bill, nous ramène donc dans l'enfer de la vie d'une famile standard des années 60 - celles où les mots "chômage", "crise", "terrorisme" et "divorce" ne faisaient pas encore le quotidien des journaux.

"Les quatre saisons de Boule et Bill", c’est comme un résumé de la série en 46 gags. Il ne manque personne, ou presque. Et surtout, on y trouve tout l’univers de Roba. Un univers fait de quotidien tendrement sublimé, de bonheurs montés en sautoir, d’amours improbables entre espèces chromosomiquement incompatibles, de petits riens qui font le grand tout, de petits toutous et de royal canin, de jeux de mots et parfois de jeux de mains, mais jamais graves du tout.

"Les quatre saisons de Boule et Bill", ce n’est pas seulement du bonheur à l’état pur, du concentré de sourire et de la tendresse au kilo pour toute la famille. C’est aussi un dessinateur au sommet de son art, un trait épuré jusqu’à se faire oublier, une virtuosité presque invisible, la lisibilité du dessin mariée au regard de l’esthète. Et cela, qu’il neige ou qu’il vente, c’est la signature de Roba. Elle s’est déjà couchée près de 1200 fois en bas de la page, depuis ce jour de 1959 où Roba, Boule et Bill se sont choisis.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La vieille 2CV rouge, le couple ancré dans les rôles traditionnels, un enfant qui préfère jouer dans la rue que regarder la TV... on sait qu’on fait, avec Boule et Bill, une plongée dans un monde qui n’existe plus. Mais on se laisse toujours bercer avec nostalgie dans ces tranches de vie tranquille qui constituent une sorte d’encyclopédie des petits instants de bonheur du quotidien, pas forcément hors de portée de l’homme du XXIe siècle : une balade à la campagne, une plante qui pousse dans un pot, un vol d’hirondelles, des oignons de jacinthes que l’on plante à l’automne... La vie est pleine de ces petits moments, qui n’intéressent aucun humoriste à part lui, et dont seul Roba est capable de nous rappeler l’existence.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • > "Les quatre saisons" - Boule et Bill n°28 - par Ro
    15 janvier 2002 12:33, par ELISEE 19 ANS

    Je suis d’accord que BOULE ET BILL fait parti d’un monde imaginaire ou perdu .
    Mais cela est tellement attendrisant de voir un petit garçon qui ne sait pas comment montrer son bulletin de note à son pére et un chin un peu rochon qui ferait tout pour ses os .De plus les parents sont surement sont dont rêve plus d’un enfant sur terre avec une mére à la maison qui prépare des mousse au chocolat et papa rigolos.

    Répondre à ce message