Les univers de Thorgal se déploient au Centre Belge de la Bande Dessinée

5 juin 2015 0 commentaire
  • Près de 40 ans après sa création, Thorgal et ses séries parallèles profitent d'une exposition articulée autour des célèbres couvertures peintes de Rosinski. De quoi séduire autant les amateurs de l’univers thorgalien que les férus de peinture.

Jean Auquier l’avait annoncé lors de sa conférence de presse célébrant les 25 ans du Centre Belge de la Bande Dessinée : trois grandes expositions temporaires viendraient honorer un tandem mythique de la bande dessinée belge : Grzegorz Rosinski & Jean Van Hamme.

La première de ces trois expositions présentait surtout les travaux de jeunesse de Rosinski, et ainsi que tout son travail réalisé en Pologne et souvent méconnu des lecteurs. Ce sont bien entendu Patrick Gaumer, l’auteur de la splendide monographie consacrée au dessinateur, et le fils de l’artiste Piotr Rosinski qui en étaient les commissaires. Le même Gaumer nous propose dans quelques jours la troisième partie de ce triptyque d’’expositions avec "Jean Van Hamme, voyageur sans frontière", qui sera ouvert au public dès le 16 juin toujours au CBBD. Mais avant cela, concentrons-nous la belle présentation des différentes séries centrées autour de Thorgal.

Les univers de Thorgal se déploient au Centre Belge de la Bande Dessinée

Une présentation riche et homogène de la diversité de l’univers "thorgalien"

Le personnage de Thorgal naît dans la version belge du Journal Tintin en mars 1978, sur un scénario de Jean Van Hamme et un dessin de Grzegorz Rosinski. Trente ans plus tard, après avoir vendu près de quinze millions d’exemplaires de la série, toutes langues confondues, Van Hamme passe la main à Yves Sente en 2008. Quant à Rosinski, toujours aux pinceaux, il est passé à la couleur directe.

Le succès de la série aboutit à la création des Mondes de Thorgal en 2010. Yves Sente d’un côté, Yann de l’autre, imaginent les scénarios de trois séries parallèles, La Jeunesse de Thorgal, Louve et Kriss de Valnor, dessinées par Roman Surzhenko et Giulio De Vita.

Mais au-delà des aventures trépidantes portées ces auteurs talentueux, ce sont principalement les thématiques de Thorgal qui touchèrent le public. C’est à la fois ce modernisme et cette focalisation sur l’humain que Thierry Bellefroid, le co-commissaire de l’exposition, a voulu mettre en avant en plaçant un grand miroir déformant à l’entrée de L’Univers de Thorgal : "J’ai choisi de placer ce miroir allié à la Gardienne des clefs, afin de représenter le labyrinthe et les mondes se trouvant de l’autre côté de la "porte", lorsqu’on ouvre un album de Thorgal, explique le co-commissaire de l’exposition. L’univers nucléaire de la série, qui est celui de la famille, est totalement moderne. L’une de ses particularités est qu’elle est une des premières qui a fait vieillir ses héros (après Buddy Longway), sauf que dans le cas de Thorgal, le héros désire qu’on le laisse tranquille avec sa famille, alors que les dieux le poursuivent sans relâche."

L’entrée de l’exposition
© Daniel Fouss

Une fois passée la spectaculaire introduction, on pénètre dans la jeunesse, et la genèse !, de ce héros emblématique de la bande dessinée européenne. La qualité des planches que l’on découvre est un des éléments spécifiques de cette exposition. Un second tient dans l’organisation très réfléchie de Thierry Bellefroid. En effet, outre la jeunesse, les dieux, Louve, Kriss et Rosinski en lui-même sont autant pièces séparées, dont une porte fait à chaque fois le lien avec la thématique centrale : la famille.

"Après une première série d’aventures, la série s’est poursuivie avec une deuxième génération de héros, représentant une famille recomposée, ce qui est également typiquement moderne, explique Thierry Bellefroid. Bien entendu, dans ce cas, on joue sur l’amnésie, et pas sur le choix de reconstruire, mais presque malgré eux, les auteurs ont suivi l’évolution de notre société, en la transposant dans leur univers. Et c’est pour cela que j’ai placé la famille au cœur de l’exposition. J’ai donc voulu créer deux parcours : le premier est graphique via ces couvertures emblématiques de l’univers qui relient les différentes séries entre elles et la spécificité graphique de Grzegorz Rosinski ; le second est thématique et ramène les différentes évocations à la famille. Il y a en effet la famille nucléaire du départ ; puis par la suite Kriss qui représente la belle-mère, Louve qui s’élance dans la vie, et les autres éléments qui composent un ensemble sans autre réelle comparaison."

Outre la multitude de peintures de Rosinski, l’œil est accroché par les deux grandes vitrines qui occupent l’espace central : de l’encre de chine au crayon, des recherches de couleur aux pinceaux, les études de Rosinski passent donc des recherches de personnages au début de la série, à des analyses plus techniques comme des essais de mises en scène, de postures, de profils et d’attitudes. Dans la droite ligne de la précédente exposition de l’artiste, on ressent une perpétuelle envie de progresser dans sa technique de dessin.

Il est également particulièrement intéressant d’étudier certains éléments de ces vitrines : les deux commissaires y ont disposé des études de couvertures alors que leurs réalisations finales sont accrochées dans le prolongement : On peut également retrouver différents dessins que le peintre-dessinateur a finalement assemblés pour qu’une autre de ces couvertures raconte réellement une histoire au lecteur. Le visiteur peut vraiment entrer dans l’atelier de Rosinski : éblouissant !

"Concernant les planches qui composent chaque espace scénographique, continue Thierry Bellefroid, J’ai choisi avec Piotr Rosinski des instantanés de la vie de la famille de Thorgal, représentatives de son évolution, depuis le début de la série. Plus précisément, en ignorant les planches qui étaient disponibles, j’ai conçu l’exposition avec ce double parcours : j’ai écrit les textes sur base des planches qui pourraient idéalement illustrer cette scénographie. Puis j’ai transmis l’ensemble à Piotr, afin qu’il puisse voir ce qui était disponible ou ce qui pourrait correspondre au mieux à ce canevas de base. Nous avons également été chercher quelques toiles chez des collectionneurs, mais la grande majorité provient des Rosinski, ainsi que la totalité des planches présentées ! Par un dialogue permanent fait de propositions visuelles, je me suis donc accordé avec Piotr sur ce qu’il fallait accrocher pour transposer dans l’exposition les idées que je voulais faire passer."

Saluons également le beau travail du Centre Belge de la Bande Dessinée, qui a proposé d’agrandir certaines planches colorisées afin de les présenter sur les panneaux séparant les divers espaces. Cela provoque le double effet de casser l’effet hypnotique de la succession de pièces de même format, tout en permettant de zoomer sur des détails emblématiques.

Si on retrouve également un film qui présente comment travaille Rosinski, l’exposition est avant tout consacré à l’univers de Thorgal. L’espace central lui est donc dédicacé, car c’est également Rosinski qui réalise la grand majorité des couvertures des séries parallèles. Il y a donc une double intersection, au niveau de la famille et de Rosinski, alors que gravitent les autres univers et parties de Thorgal. En pénétrant par exemple dans les espaces dédiées à Louve ou Kriss de Valnor, on retrouve de part et d’autre leurs représentations dans la série-mère et dans leur propre série. On peut donc comparer les styles des différents dessinateurs, dans leur approche et leur façon de travailler.

Cette exposition permet donc d’apprécier les évolutions graphiques de la série et de ses spin-off. L’accrochage des toiles de Rosinski valent à elles-seules le détour, et l’intérêt du double parcours permet de passer et repasser dans les différents espaces afin d’en relier les univers graphiques, ou au contraire, d’en distinguer les spécificités.

Pour les visiteurs qui attendront l’été pour aller visiter cette exposition, ils pourront également profiter de la troisième partie consacrée à Jean Van Hamme, à l’occasion de la parution de ses Mémoires d’écriture (Grand Angle, Bamboo). Un ouvrage autobiographique qu’ActuaBD présentera en compagnie du célèbre scénariste le mercredi 17 juin à la libraire Filigranes (Bruxelles).

Thierry Bellefroid, le co-commisaire de l’exposition

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"L’Univers de Thorgal" au CBBD, jusqu’au 6 septembre 2015
"Jean Van Hamme, voyageur sans frontière" au CBBD, du 16 juin au 29 novembre 2015

Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles
Rue des Sables 20
1000 Bruxelles

Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76

visit@cbbd.be - www.cbbd.be

Ouvert tous les jours (sauf lundi) de 10 à 18 heures.

Lire notre article présentant l’exposition sur les premières œuvres de Rosinski : Le Noël des Rosinski

Lire notre précédent article concernant le CBBD : Le Centre Belge de la Bande Dessinée fête ses 25 ans en devenant un musée et notre précédente interview de Grzegorz Rosinski (juin 2014) : « On pourrait faire quelque chose avec le Chninkel. »

Sauf mention, toutes les photos sont : © CL Detournay

  Un commentaire ?