Les yeux dans le mur - Baudoin et Wagner - Dupuis coll. Aire Libre

20 mai 2003 0 commentaire
  • Quelques temps après Blutch, voici Baudoin qui rejoint la prestigieuse collection Aire Libre. Et comme Blutch, Baudoin, pour la première fois, se met aussi à la couleur. Aire Libre, qui n'hésite pas à aller chercher dans le sérail des petits éditeurs dits indépendants, devient donc peu à peu "l'Association du riche". Ce qui a pour effet de faire découvrir au grand public des auteurs jusqu'il y a peu connus uniquement d'un petit groupe d'initiés. Ce qui n'est pas plus mal pour asseoir définitivement la BD au rayon des Arts Majeurs.

Dans son atelier, près de la mer, un homme et une femme, un peintre et son modèle. Dialogue sur l’art et la vie. La jeunesse de l’une. La banlieue d’où elle vient, et qu’elle a définitivement quittée. La maturité de l’autre. Le peintre s’interroge : comment peindre la vie quand on ne peut approcher la réalité que dans ses reflets ? Et l’homme regarde son modèle, son amante, bouger, vivre, en ayant par instants "la sensation fugitive de s’approcher d’une réponse".

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

On ne discute pas du dessin de Baudoin ! On aime ou on n’aime pas, mais force est de constater qu’il est magistral. C’est sûr qu’il heurtera une série de lecteurs habituels des ouvrages Dupuis, peu habitués à ce style, mais ne désespérons pas : on finira par s’y faire, et peut-être par aimer. L’apport graphique de sa codessinatrice semble ici assez faible : il faudra attendre d’autres albums de Céline Wagner pour se faire une opinion, mais il est clair qu’avec un parrain pareil, elle n’aura pas trop de mal à se frayer une voie dans la bande dessinée. Quant au scénario, écrit lui aussi à deux mains, il restera mystérieux, à trois égards. D’abord, parce qu’il sera plus difficile que pour le dessin de savoir qui a fait quoi ? et finalement on s’en moque. Ensuite, parce qu’il semble à mi-chemin entre la double autobiographie et le roman : et personne ne pourra sans doute déterminer la part du vrai et du faux ? mais cela aussi, est-ce important ? Mais surtout, il restera mystérieux pour ce qu’il veut raconter ? Dans la rencontre entre un peintre et sa muse, l’Art a-t-il ainsi poussé à l’Amour ? Ou est-ce l’Amour qui fût le détonateur de l’ ?uvre ? Il faudra sans doute que chaque lecteur se fasse sa propre opinion ?

Lire un extrait

  Un commentaire ?