Liar Game T3 - Par Shinobu Kaitani - Éditions Tonkam

24 novembre 2010 1 BD d’Asie par Baptiste Gilleron
Éditeur : Tonkam
  • Troisième tome du "jeu du menteur", celui-ci se montre plus convaincant que les précédents grâce à une épreuve de rattrapage plus tordue qu'elle n'en a l'air. Et ce n'est pas un mensonge.

Lors de la deuxième manche du Liar Game, Nao a été éliminée. Mais, grâce à la victoire d’Akiyama, elle empoche plus de 40 millions de yens. Aucunement inquiétée sur le plan financier et libérée de la pression du jeu, Nao n’a toutefois pas la conscience tranquille. Et lorsqu’arrive une invitation pour les repêchages, elle décide de tenter sa chance dans le but d’aider, ne serait-ce qu’un peu, Akiyama. Les neuf candidats ont tous perdu la deuxième manche, et un seul sera éliminé à l’issue d’un jeu d’argent qui semble fort simple et peu passionnant. Mais ce n’est qu’une apparence...

Partant d’une idée intéressante, Liar Game démarrait sympathiquement sans exploiter suffisamment la profondeur psychologique de son concept. Heureusement, le tome 3 corrige ce défaut. En effet, alors qu’on pense que cette épreuve de repêchage s’engage un peu facilement, très vite Shinobu Kaitani accélère les choses et augmente la tension. Ce petit jeu bascule dans une véritable bataille psychologique, enchainant les tromperies et retournements de situation plutôt bien menés.

Grâce à cette évolution du scénario vers plus de complexité et d’intelligence, Liar Game en devient plus alléchant. La suite restera-t-elle au même niveau ? On peut le croire !

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Liar Game T3 - Par Shinobu Kaitani - Éditions Tonkam
    25 novembre 2010 15:42, par Aurore

    Une merveille ce manga ! On en trouve pas beaucoup à atteindre ce niveau, surtout avec une telle psychologie !

    Niveau graphisme, c’est agréable à lire, pas trop chargé ni trop stéréotypé. Mais c’est niveau scénario que l’histoire tient la route, et la, on s’accroche ! Autant d’habitude,20 minutes sont suffisantes pour lire un manga (dans mon cas), autant ici, j’ai mis facilement le double pour bien apprécier les subtilités et le raisonnement mis en avant.

    Kaitani, chapeau bas. Il me tarde de lire la suite ! En espérant qu’elle continue sur cette lancée......

    Répondre à ce message