Liberty Meadows Volume 1 – Par Frank Cho – Canto Editions

11 janvier 2012 4 Comics par Antoine Boudet
  • Alors que les Peanuts sont en cours de réédition, Canto Edition se penche sur une autre œuvre majeure du Comic Strip : Liberty Meadows. Cette nouvelle édition redore-t-elle le blason de cette série, partie intégrante de l'histoire du Comic Strip?

Liberty Meadows est un refuge animalier où l’on trouve un vétérinaire nommé Frank, timide et peu sûr de lui, surtout avec la gent féminine et Brandy, la sublime psychologue pour animaux qui fait battre le cœur de notre héros.

Ajoutons à cela Ralph, l’ours nain et son meilleur ami Leslie, la grenouille, Dean, le cochon amateur de petites pépées et de nicotine et Truman, le canard issu d’une marée noire... pour découvrir un univers étonnant, où le havre de paix pour animaux n’est pas si paisible que ça.

Liberty Meadows Volume 1 – Par Frank Cho – Canto Editions
(C) Canto Editions/Frank Cho

Le Comic Strip se présente le plus souvent sous la forme d’une histoire quotidienne racontée en quatre cases publiée dans les journaux. Les plus célèbres sont les Peanuts de Charles Schulz et Calvin & Hobbes de Bill Watterson. Cependant, Liberty Meadows a sa place parmi ces grands, grâce humour et à une petite touche de gentillesse sans pareille.

Les amateurs de comics connaissent surtout Frank Cho comme illustrateur chez Marvel. Il est notamment le dessinateur de la série Guns & Dinos qui devrait être publiée cette année chez nous, ou encore « Pin-up Artist » .

Liberty Meadows est son œuvre-phare. On ne reconnaît pas de suite le style de Cho, mais, dès que Brandy, le personnage féminin du strip, apparaît, le style de l’auteur nous saute aux yeux, grâce à sa facilité pour nous dessiner des femmes sublimes.

(C) Canto Editions/Frank Cho

Liberty Meadows n’en est pas à sa première introduction en France puisque Vents d’Ouest en avait publié cinq volumes sous le titre de Psycho Park, dans une traduction sans conviction.

Canto signe ici avec Benjamin Rivière, une traduction et surtout une adaptation soigneuses. Liberty Meadows étant bourré de références à la société américaine, certaines risquaient de rester obscures pour le lectorat francophone. Il était nécessaire d’adapter. Le traducteur s’est employé de coller le plus possible à l’esprit original. Un glossaire en annexe éclaire le lecteur soucieux d’en savoir plus.

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Liberty Meadows Volume 1 – Par Frank Cho – Canto Editions
    12 janvier 2012 14:25, par Sébastien

    Bonjour,

    6 tomes et non 5 sont parus chez Vents d’Ouest.

    Quant aux oeuvres dessinées les plus connues de Cho, ce sont Shanna the she-devil et Mighty Avengers, puisque le reste du temps il officie en temps que cover artist de luxe. Guns & Dinos est une série qui a 4 mois, et il n’a jamais officié sur une série appelée Pin up : tout au plus produit-il chaque année un nouveau sketchbook rassemblant ses dernières pin ups dessinées à la demande.

    Répondre à ce message

  • "Liberty Meadows n’en est pas à sa première introduction en France puisque Vents d’Ouest en avait publié cinq volumes sous le titre de Psycho Park, dans une traduction sans conviction."

    Exact, mais les ventes aussi ont été sans conviction, même chez les soldeurs qui n’ont pas fini d’écouler le stock des invendus !!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Manu temj le 13 janvier 2012 à  13:05 :

      Il faut dire que la mise en couleur atroce, les laborieux montages de couverture et la traduction plate étaient catastrophique et parvenaient au tour de force de transformer un des strips les plus intéressants et les plus modernes de la dernière décennie en un "truc" ni beau, ni drôle...
      J’ignore qui chez Vent d’Ouest était à l’origine de cette catastrophe industrielle mais elle traduisait une totale incompréhension du potentiel de cette série.
      Je crains malgré tout que cette adaptation, si elle est effectivement meilleure, n’arrive un peu tard.

      Répondre à ce message

  • Frank n’est pas l’auteur d’une série qui s’appellerait Pin-up, mais il a suffisamment dessiné de pin-ups pour être qualifié d’artiste à pin-ups !
    LM reste son oeuvre fondatrice, majeur. Et si on ne reconnait pas de suite son style, c’est que les premiers strips remontent à quelques années déjà. Cela fait plaisir de voir une traduction dans un format plus proche de l’original.

    Répondre à ce message