Livre-Paris 2019 : où en est le "Global Manga" en France ?

7 mars 2019 4 commentaires
  • 38% des bandes dessinées vendues en France sont des mangas, soit plus d'un album sur trois ! La France serait d'ailleurs le deuxième consommateur de BD nippone au monde, avec une part de marché en hausse de 11% en 2018 par rapport à l'année précédente. Les mangas, depuis deux décennies, ont une influence considérable sur le lectorat et les auteurs européens. Il était normal que finissent par fleurir des "mangas à la française" quelquefois appelés "manfra" ou "franga", mais que les Japonais eux-mêmes appellent : Global Manga.

Dès 2008, ce vocable apparaissait dans les colonnes d’ActuaBD dans une interview de Guillaume Dorison qui y voyait une nouvelle voie pour la bande dessinée.

Onze ans plus tard, les « Global Manga » ont pris une part significative du marché et se développent d’année en année, comme en témoigne le succès de Radiant de Tony Valente édité chez Ankama, une série traduite dans plus de 9 pays : il est le premier Global Manga publié au Japon et adapté en série animée. Alors que naguère les amateurs de BD japonaise esquissaient face à cette production un sourire un peu méprisant, on ne peut aujourd’hui que constater l’ampleur qu’a pris cette tendance. Les « Global Mangas » rivalisent sinon dépassent les ventes de bon nombre de nouveautés nippones publiées chez nous.

Livre-Paris 2019 : où en est le "Global Manga" en France ?
Radiant de Tony Valente, un manga venu de France et adapté au Japon !
© Ankama / Dessin : Tony Valente

C’est une situation paradoxale. Les mangas sont les héritiers d’une culture qui leur sont propres. Dans quelle mesure, en dépit du fait qu’ils en reprennent les procédés narratifs et les codes des créateurs japonais, les « Global Mangas » peuvent-ils être considérés comme des mangas ? Ne devrait-on pas plutôt parler, comme en architecture, de « Style international » ?

Cette question, parmi d’autres, sera abordées lors du salon Livre-Paris, qui se tiendra du 15 au 18 Mars prochain à Porte de Versailles. Aux côtés de Mahmoud Larguem, directeur éditorial aux éditons H2T qui se sont lancés dans la création de Global Manga voici deux ans, on retrouvera la dessinatrice Kalon, notamment connue pour avoir dessiné McWedding dans le magazine Yumi, et les séries Love I.N.C. et e-DYLLE aux Humanoïdes Associés ; la mangaka suisse Yami Shin a qui l’on doit le scénario et le dessin de la série Green Mechanic publié chez Ki-Oon ; enfin, l’auteur et producteur Sylvain Dos Santos complètera ce panel. On lui doit plusieurs séries d’animation, et des collaborations avec Le Lombard. Chez Kana, il co-signe le scénario de Booksterz avec Rémi Guérin et écrit seul le prequel sa série animée MarbleGen diffusée sur TF1.

Autant de parcours et d’expériences qui promettent un débat passionnant !

Sylvais Dos Santos, Kalon, Yami Shin et Mahmoud Larguem

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Salon du Livre de Paris - 15 au 18 mars 2019 - Porte de Versailles.

Le débat "Mangas Made in France" en partenariat avec MANGATV aura lieu dimanche 17 mars 2019 de 15h00 à 16h00 sur la scène BD-Comics-Manga.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Ne devrait-on pas plutôt parler, comme en architecture, de « Style international » ?

    Plutôt "Génération club Dorothée" !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 7 mars à  16:24 :

      Non, le "style manga" a prospéré aussi bien en Chine, qu’aux USA, en Italie ou en Turquie. C’est bien international.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 mars à  18:26 :

        Les animes se sont bien répandues à partir des années 80. Elles ont influencées les goûts des enfants de cette époque. La manga papier est arrivée ensuite. Voilà ce que j’ai voulu dire.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 mars à  19:05 :

          Et un "style international", ce serait plutôt un mix entre comics USA, Manga et franco-belge. Pas seulement une influence nippone.

          Répondre à ce message