Luca Mencaroni, la branche italienne de Catawiki

9 octobre 2020 0 commentaire
  • Eh oui, comme nous vous l’annoncions dans notre précédent article du 28 septembre, l’équipe BD de la maison de ventes aux enchères en ligne Catawiki prend de plus en plus une allure internationale. Ainsi, la branche italienne qui génère non seulement sa propre vente hebdomadaire, mais aussi plusieurs ventes spécifiques par mois, boostée par l’intérêt des collectionneurs européens pour les auteurs italiens et inversement, l'intérêt des collectionneurs italiens pour les BD bien de chez nous. Rencontre avec son expert responsable, Luca Mencaroni.
UN PUBLIRÉDACTIONNEL DE Luca Mencaroni, la branche italienne de Catawiki

Luca Mencaroni a grandi dans la ville de Lucques (Lucca), où a lieu chaque année un des plus grands salons européens de bandes dessinées : Lucca Comics . Il n’est donc pas étonnant qu’il soit tombé très jeune dans ce milieu et qu’il se soit passionné pour le dessin. Avec ses amis, il collectionnait des bandes dessinées et, très rapidement, sa passion a pris une tournure plus professionnelle. À un point tel qu’après ses études de droit, il a décidé de lancer son propre commerce spécialisé dans la vente de bandes dessinées au lieu de devenir avocat. Ses affaires étant florissantes, Luca Mencorani a également lancé sa propre maison d’édition, qui s’adresse particulièrement aux collectionneurs de bandes dessinées italiens.

Outre le fait qu’il soit éditeur, Luca Mencaroni est également expert pour Catawiki. Dans le milieu relativement restreint de la bande dessinée en Italie, il connaît à peu près tout le monde. Il tient au courant ses contacts des ventes aux enchères à venir, afin que de plus en plus d’amateurs de bandes dessinées italiennes puissent découvrir Catawiki. Les collectionneurs peuvent ainsi compléter plus facilement leurs collection. Luca Mencaroni a également constaté que le public international s’intéresse de près aux dessins originaux d’artistes italiens réputés, tels qu’Hugo Pratt, le créateur de Corto Maltese, ainsi qu’aux dessins érotiques de Milo Manara.

Il nous explique aujourd’hui ce qui attire ainsi les acheteurs internationaux à s’intéresser de plus en plus nombreux à la bande dessinée italienne via la branche spécifique que Catawiki a créée.

Luca Mencaroni au Festival de Lucca
Photo : DR.

Comment l’activité italienne est-elle née ?

En 2016, l’équipe de Catawiki dédiée au Neuvième art a décidé d’expérimenter une nouvelle forme de vente aux enchères spécialement dédiée à la bande dessinée italienne. Le succès immédiat a convaincu la direction d’ouvrir une section permanente pour ce secteur d’activité. J’ai été honoré d’avoir été choisi comme l’expert et le gestionnaire de celle-ci. Et depuis fin décembre 2016, la vente aux enchères de bandes dessinées italiennes s’est ajoutée aux autres ventes hebdomadaires internationales.

L’année suivante, nous avons ajouté des ventes aux enchères à thème, dédiées aux grands auteurs italiens, tels que Hugo Pratt, Milo Manara, Magnus, Serpieri et à des personnages intemporels tels que Tex et Diabolik, très populaires dans notre pays.

Puis, en 2018, nous avons créé la vente aux enchères érotique qui, bien qu’internationale, se réjouit d’avoir de nombreux originaux d’auteurs italiens en son sein tels que Serpieri, Manara, Frollo, Magnus, etc. Une vente que j’organise également.

Enfin, chaque trimestre, nous présentons la vente aux enchères exclusive italienne qui accueille les meilleurs des meilleurs auteurs italiens. Des lots importants, très appréciés des grands collectionneurs internationaux.

Quelles sont les spécificités de cette activité italienne de Catawiki ?

Comme vous pouvez l’imaginer, les artistes italiens majeurs et très populaires sont l’une des raisons du succès de notre branche de vente aux enchères. Chaque semaine, nous présentons des originaux (des planches originales, des illustrations, des croquis, etc.) de noms prestigieux tels que Pratt, Manara, Serpieri, Magnus, Liberatore, Pazienza, Micheluzzi et bien d’autres.

Luca Mencaroni avec l’auteur Ivo Milazzo (à gauche)
Photo : DR.

Existe-t-il en Italie un marché de la planche originalesaussi important qu’en France ou aux USA ?

Je pense que c’est bien le cas. En Italie, la collection de bandes dessinées est active depuis les années 1960 et au cours des vingt dernières années, la recherche d’originaux de grands auteurs s’est de plus en plus développée. Si je devais établir un classement, après les USA et le marché franco-belge, je placerais certainement l’Italie.

Par ailleurs, remarquez-vous que les collectionneurs européens s’intéressent également aux auteurs italiens ?

Une grande part du succès des ventes aux enchères italiennes provient précisément de sa capacité à attirer des collectionneurs d’Europe et du monde entier. Des noms comme Serpieri et Manara, pour donner des exemples simples, sont incontestablement autant célèbres en Italie qu’à l’étranger.

Les collectionneurs italiens sont-ils également intéressés par les auteurs étrangers ?

Aucun passionné de bande dessinée ne peut rester insensible à des auteurs comme Moebius, Hergé, Bilal ou, de l’autre côté de l’Atlantique, Alex Raymond, Will Eisner et Jack Kirby. Le public italien collectionne les originaux des meilleurs artistes, en particulier ceux qui ont été édités et qui sont donc largement connus également dans notre pays.

Au Festival de Lucca, pendant la session d’enchères live
Photo : DR.

Quels sont pour les collectionneurs italiens les auteurs préférés de la bande dessinée franco-belge, américaine ou européenne ?

Comme je l’expliquais, une partie de l’intérêt des collectionneurs italiens est probablement liée aux albums et séries qui ont été publiés dans notre pays et donc aux auteurs concernés. Par exemple Franquin ou Vandersteen sont moins connus et donc moins collectionnés par les Italiens. Je pense que tout le monde aimerait avoir des originaux de Druillet, Greg ou Jacques Martin, mais cela dépend certainement beaucoup des possibilités économiques.

Pour le marché américain, nous avons eu d’excellentes éditions de bandes dessinées Marvel en Italie, mais pas de DC Comics, publié occasionnellement et de manière non philologiques. Je dirais donc que des maîtres comme Kirby, Romita, Buscema, McFarlane sont en haut du classement. Je ne pense pas que le marché italien des originaux diffère beaucoup du marché international, en dépit de quelques différences assez logiques.

En tant qu’expert pour Catawiki, identifiez-vous parfois de faux originaux qui vous sont soumis ?

Oui, il m’arrive parfois de trouver de faux documents, surtout des dédicaces. Habituellement, en cas de doute, si l’artiste est toujours en vie (comme Manara, Liberatore, Serpieri ou Mattotti), il est facile de lui demander une confirmation. Lorsque l’auteur est décédé, s’il y a un doute raisonnable, je demande alors un certificat ou une preuve de la provenance de la pièce en question. our être honnête, la plupart de nos vendeurs sont des professionnels et on a évolué vers un système de confiance contrôlée (ou vérifiée).

UN PUBLIRÉDACTIONNEL DE

Voir en ligne : LA VENTE DE BD ET DE DESSINS ITALIENS (Clôture dimanche)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire également notre précédent article : Catawiki ouvre « la saison des originaux »

  Un commentaire ?