Lucie Lomová (auteure tchèque) : "Nous ne voulons pas vivre dans un monde où l’humour est puni par la peine de mort."

15 janvier 2015 2 commentaires
  • Figure de proue de la bande dessinée tchèque, Lucie Lomová ("Les Sauvages" chez Actes Sud) s'exprime sur l'attentat perpétré le 7 janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo, tandis que quelques auteurs tchèques nous offrent des dessins en soutien à Charlie.

Quelle est votre perception de la tragédie de Charlie Hebdo ?

Je suis choquée et infiniment triste pour les auteurs tombés sous les balles, j’admire leur courage. C’est une perte considérable, ils vont manquer aux Français, ce ne sera pas facile de combler ce trou béant. Je pense aussi aux autres victimes, ces braves gens tués alors qu’ils allaient simplement faire leurs courses, ou à ces policiers qui ne faisaient que leur travail.

Est-ce que Charlie Hebdo est connu en République Tchèque ?

Peu de gens le connaissaient avant, je pense. J’en ai feuilleté quelquefois, mais je n’ai jamais lu un numéro entier. Ce genre de satire un peu lourde n’est pas exactement ma tasse de thé. Peut-être parce que j’ai grandi dans un régime communiste entourée de caricatures stupides du genre de l’Oncle Sam en train d’enfourcher un missile dirigé vers la colombe de la paix...

Mais la question ici n’est pas d’exprimer ses goûts personnels. La tragédie de Charlie Hebdo nous concerne tous. Je ne suis pas d’accord avec ces gens qui mettent en doute la sincérité de ceux qui affichent "Je suis Charlie". Ce n’est pas un slogan à prendre à la lettre. Il ne signifie pas que l’on adhère à un certain type d’humour ou d’opinion politique. C’est simplement un signe de solidarité de la part de braves gens qui croient à la liberté d’expression. C’est pourquoi ce slogan a une telle résonance. Nous ne voulons pas vivre dans un monde où l’humour est puni par la peine de mort.

Lucie Lomová (auteure tchèque) : "Nous ne voulons pas vivre dans un monde où l'humour est puni par la peine de mort."
Dessin de Lucie Lomová

Comment la société tchèque a-t-elle vécu cet événement ?

L’info s’est trouvée à la Une de tous les médias : journaux, radio et TV, Internet, 24 h sur 24. Ça a dû toucher tout le monde. Il y a eu des manifestations à Brno (en Moravie) et par deux fois l’ambassade de France à Prague a reçu la visite de centaines de gens. Il y a même eu sur la place Wenceslas une petite manifestation de musulmans opposés à la violence et au terrorisme.

Par ailleurs, j’ai demandé à certains de mes collègues dessinateurs s’ils avaient des images pour illustrer cet article, certains ignoraient tout de l’affaire.

Jeudi 8 janvier à l’ambassade de France à Prague

.

Dessin de Štěpán Mareš

Quelle est la situation de la presse satirique en République Tchèque ?

Elle n’existe pour le moment pas. Nous avions une grande tradition du dessin humoristique avant 1989. Il y eut un magazine très populaire, Dikobraz (porc-épic) où j’avais commencé à publier des dessins lorsque j’étais étudiante. Mais en dehors de ces dessins humoristiques de propagande que je mentionnais tout à l’heure il y avait quelques traits d’humour qui arrivaient à passer à travers les mailles de la censure. Les lecteurs étaient d’ailleurs passés maîtres à débusquer le sens caché de ces propos, c’est pourquoi ce magazine était aussi populaire. Peut-être la situation de notre petit pays coincé entre des états bien plus gros que lui nous a incité à utiliser un certain humour comme moyen de défense...

Quand le régime s’effondra, avec le retour à une vraie liberté d’expression, le magazine Dikobraz fit faillite et aucune autre feuille satirique ne prit sa place. Mais il reste des dessins d’humour dans la plupart des quotidiens et des magazines, comme par exemple le strip politique Zelený Raoul de Štěpán Mareš dans le magazine Reflex.

Ces derniers temps, la plupart des caricatures que j’ai pu lire sur le Net visent l’alcoolisme de notre président, ce qui est une cible facile...

Dessin de Vhrsti
Dessin de Pavel Reisenauer

Peut-on critiquer la religion dans votre pays ? Quels sont les interdits proprement tchèques ?

Depuis l’époque où votre Jeanne d’Arc avait envisagé de monter une croisade contre les Hussites tchèques, nous entretenons une belle brochette d’hérétiques. La société tchèque n’est pas très religieuse et se moquer des églises n’est pas un problème, mais ce n’est pas un thème très répandu non plus. Par voie de conséquence, d’après ce que j’en connais, nous ne nous moquons pas trop des autres religions non plus. Nous avons environ 12 000 musulmans en République tchèque qui n’ont pas l’air très radicaux. Néanmoins, le soupçon et l’intolérance progressent, précisément en raison de ces nouvelles alarmantes qui nous viennent de l’étranger.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

Dessin de Jaromír99
Documents
Dessin de Štěpán Mareš Dessin de Štěpán Mareš

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :