Lucy Loyd’s Nightmare - Par Lucy Loyd, Mike Robb et Beverly - Delcourt

19 mai 2014 1
  • N'ouvrez pas ce volume: vous risqueriez d'y passer. Malheur à qui lit ces pages: le récit horrifique proposé par Lucy Loyd's Nightmare se veut drôle, mais sans pitié, prenant pour cible première le lecteur osant parcourir ce volume maudit.

Joey n’aurait pas dû ouvrir ce comics, bizarrement tout neuf, posé là sur l’étal. D’autant qu’il avait cru se reconnaitre sur la couverture et que ça n’augurait rien de bon pour lui. Un camion fou plus loin et quelques giclées de sang, abondantes et dégoulinantes, plus tard, et l’on se trouve plongé dans un récit d’horreur entièrement fondé sur le principe de la mise en abyme.

Lucy Loyd's Nightmare - Par Lucy Loyd, Mike Robb et Beverly - Delcourt
Couverture du comics, soulignant la mise en abyme
Lucy Loyd’s Nightmare
© Delcourt

La suite des nouvelles proposées, en apparence déconnectées les unes des autres, construit un récit au cours duquel une mystérieuse reine de l’horreur, la fameuse Lucy Loyd, sème la terreur par le biais de son dernier volume, maudit ou presque, puisqu’il met en scène la mort de ses différents lecteurs.

Habile dans sa construction, amusant par sa reprise efficace des codes du genre qu’il opère, Lucy Loyd’s Nightmare rappelle inévitablement quelques grands standards tels The Tales of the Crypt de William Gaines et Al Feldstein, ce dernier récemment disparu, ou globalement les productions de EC Comics dont nous vous parlions ici il y a quelques temps. Et dans le registre s’en tire plutôt bien.

Si on pourra reprocher à ce titre de ne pas être franchement original, il a le mérite de remettre au goût du jour une mécanique bien huilée, qui fonctionne encore à merveille.

Comment se lire soi-même
Lucy Loyd’s Nightmare
© Delcourt

On se laisse ainsi aisément surprendre par l’enchainement des événements, la succession des histoires. La remontée entre les différents niveaux du récit ainsi que l’assemblage progressif des différentes pièces du puzzle (le comics, le groupe de rock, les amis d’enfance, etc.) saisissent et tiennent en haleine, mêlant habilement humour et cruauté.

Le mystère plane jusqu’à la nature même de l’ouvrage et l’origine de l’album que vous tiendrez peut-être entre vos mains. Onomastie américanisante pour des noms d’auteur qui sont manifestement des pseudonymes et servent à appuyer la mise en abyme, création directe de Delcourt supervisée par David Chauvel : on a là un objet créé de toute pièce, qui se veut avant tout un petit événement jusque dans les noms mis en couverture.

Et pourquoi pas après tout : un récit d’ambiance horrifique débute bien dès le premier regard jeté sur l’ouvrage.

Du sang et des sourires
Lucy Loyd’s Nightmare
© Delcourt

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Lucy Loyd’s Nightmare. Par Lucy Loyd (scénario), Mike Robb (dessin) et Beverly (couleurs). Delcourt, collection "Machination". Sortie le 2 avril 2014. 96 pages. 15,95 euros.

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :