Macbeth, roi d’Écosse : une tragédie sur l’obscurité de l’âme

21 octobre 2020 0 commentaire
  • "Macbeth" de Shakespeare, le grand classique de la littérature universelle traduit en BD, le challenge est périlleux ! Cependant, sous la bannière de Glénat, Guillaume Sorel et Thomas Day se sont unis pour offrir une adaptation qui s'appuie en partie sur la traduction de Victor Hugo aux accents romantiques qui explorent les profondeurs de l'âme humaine.

Le Macbeth que nous offrent Guillaume Sorel et Thomas Day est une adaptation fidèle à l’esprit de l’œuvre de Shakespeare, enrichie par l’écriture de Victor Hugo. Les aquarelles de Sorel, puissantes et somptueuses, accentuent le caractère mystique de cette tragédie située en Écosse, à l’aube du premier millénaire, au moment où de sanglantes guerres claniques prennent fin. Elle relate la prise du pouvoir d’un général qui tue son roi à l’instigation de sa femme et se perd dans un méandre de conspirations et meurtres.

Macbeth, roi d'Écosse : une tragédie sur l'obscurité de l'âme

Pour construire leur univers singulier, les auteurs utilisent une esthétique proche de la Dark Fantasy, avec des paysages et châteaux forts qui conjuguent magie et forces obscures. Dès les premières planches, trois sorcières réalisent un rituel pythique sous un ciel nocturne déchiré par le tonnerre et la pluie et augurent l’avènement sanglant du victorieux général Macbeth. Le graphisme choisi par Sorel pour ses personnages fait usage d’une technique expressionniste déformant corps et visages, reflétant la profondeur des angoisses et désirs qui les animent. En particulier ceux de Macbeth, un homme tourmenté par le poids de ses contradictions internes et externes.

Mu par sa volonté de pouvoir et sans doute rassuré par ses capacités de leader militaire, il ne peut passer à l’acte. Le meurtre du roi, son cousin, lui paraît aussi détestable qu’inévitable. Il préfère temporiser, convaincu que son caractère velléitaire suffira à sa perte. Sous l’influence de Lady Macbeth, cependant, il franchit le pas. Il conçoit un complot pour éliminer son suzerain et usurper le trône. Mais au moment fatal, le doute et le remord retiennent sa main. C’est alors que Lady Macbeth démontre la force de son caractère impitoyable et met fin à la vie du roi à coups de hache.

Augures sanglants

Le premier volume de l’album, paru fin 2019 juste avant la crise sanitaire recouvre l’essentiel des actes I et II de la pièce, avec le couple Macbeth sur le trône et l’augure des sorcières qui prédisent un règne sanglant pour le couple meurtrier.

L’original et l’interprétation

Aucune interprétation ne peut être absolument fidèle à son référent initial. La version cinématographique d’Akira Kurosawa, Le Château de l’araignée, en témoigne. L’album publié par Glénat conforte ce principe « d’infidélité » pour y apporter sa touche d’originalité et offrir une approche attractive du personnage de Lady Macbeth.

Couple Macbeth

Pour ce faire, les auteurs ont imaginé une backstory antérieure à la rencontre avec son époux, entachée de crimes, prémonitoire de sa nature destructrice. L’image créée par Sorel et Day qui marque le plus les esprits est sans doute celle de cette mère aux mains ensanglantées, continuant à donner le lait à son fils. Lait et sang, vie et mort, sont les forces qui l’animent et qu’elle transmet à sa descendance. Cette image ambiguë de maternité est aussi celle d’une brutalité effrayante, qui nous interroge sur les motifs de ses actes : est-elle le produit d’une monstruosité ou celle d’un instinct de survie aussi féroce que destructeur ?

Son époux Macbeth est aussi fidèle au canon shakespearien. Il apparaît au mitan de sa vie sans épouse, ni enfants et veut assurer sa descendance. Il voit alors en Lady Macbeth, veuve au début de l’histoire, la possibilité d’accomplir un tel destin, mais elle exige en gage de promesse la « coiffe d’or royal ». Le drame du général réside dans le fait d’avoir une imagination trop grande pour son intelligence, puisqu’il ambitionne de porter la couronne de l’Écosse, mais déclare aussitôt « Jamais je n’ai pensé hâter à ce point le travail de la nature... » En dépit de ses qualités militaires, il ne parvient pas à mener son projet jusqu’au bout et se retrouve sous l’emprise d´une femme au caractère d´acier.

Lady Macbeth allaitant son enfant les mains ensanglantées

Quant à la trame, il faut remarquer qu’elle a été condensée pour mieux répondre aux nécessités de la narration, faisant le focus sur les protagonistes avec un tempo narratif rapide, se concentrant sur les moments cruciaux de l’intrigue.

Une tragédie atemporelle

Un proverbe de William Blake dit que le plus grand art est immoral et que « l’exubérance est de la beauté ». « Macbeth, roi d’Écosse » est certainement une œuvre marquée par l’excès de passions et l’effusion de sang, mais les horreurs perpétrées par les protagonistes sont d’une nature singulière, loin de l’éthique chrétienne du moyen-âge. Ils sont en lien avec des forces primordiales, enfouies au plus profond de l’âme humaine, révélant une nature au-delà de l’éthique à laquelle Macbeth aspire. Il souffre d’être en contradiction avec son idée de la nature humaine, alors que sa femme accepte sans vergogne cette obscurité politique, en figure nietzschéenne qui aborde l’abîme sans crainte et pousse son mari à des limites insoupçonnées.

Réunion des sorcières

Le sort des Macbeth est joué d’avance et leur fin sera aussi brutale que leur ascension. Comment l’interprétera le duo Sorel et Day ? Dans la version originale Lady Macbeth disparaît à partir de la fin du deuxième acte et nous laisse apprécier l’évolution tragique du nouveau roi d’Écosse jusqu’à ce que son sort soit accompli. Chez Sorel et Day, Lady Macbeth est davantage envahissante. En conséquence, nous pouvons espérer un album qui mettra l’accent sur leur relation passionnelle et explorera leur soif de pouvoir.

Cette première partie constitue en tout cas une incontestable réussite, notamment grâce à une exploration en profondeur de Lady Macbeth servie par un graphisme exquis.

Château des Macbeth

Voir en ligne : Macbeth de Shakespeare

(par Jorge SANCHEZ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Macbeth Roi d´Écosse - Par Guillaume Sorel & Thomas Day - Glénat - 54 pages en couleurs - 16 €

LIRE AUSSI SUR ACTUABD :

- "Julia & Roem" : Bilal revisite la romance shakespearienne, par Charles-Louis Detournay

Illustrations : © Glénat

  Un commentaire ?