Newsletter ActuaBD

Madame Livingstone - Par Barly Baruti & Christophe Cassiau-Haurie, sur un récit d’Appollo - Glénat

  • Barly Baruti signe son grand retour dans la BD en illustrant "Madame Livingstone", une histoire d'amitié entre un blanc et un métis, avec pour toile de fond les combats de la Grande Guerre en plein cœur de l'Afrique.
Madame Livingstone - Par Barly Baruti & Christophe Cassiau-Haurie, sur un récit d'Appollo - Glénat
Madame Livingstone
Barly Baruti & Christophe Cassiau-Haurie (c) Glénat

Bien que la Première Guerre mondiale fait rage en Europe, d’autres régions du monde ne sont pas épargnées pour autant par ce conflit. C’est particulièrement le cas des colonies. À Albertville [1], sur les bords du Lac Tanganyika, au Congo belge, l’armée royale a pris position afin de combattre les soldats de l’Empire allemand.

C’est dans ce contexte que l’aviateur Gaston Mercier est envoyé pour couler un puissant cuirassé teuton qui rôde quelque part sur le lac. Malgré les risques, Mercier est satisfait de sa nouvelle destination, pensant échapper ainsi à la rudesse des affrontements dans les tranchées pour l’apparente quiétude qu’offre les paysages luxuriants de la forêt congolaise. Afin de réussir sa mission, on lui assigne l’aide d’un métis énigmatique, instruit, vêtu d’un kilt et répondant à l’étrange sobriquet de "Madame Livingstone", car il se revendique être le fils biologique du célèbre médecin. Au fil des missions, l’amitié s’installe entre les deux hommes au point de faire d’eux de vrais frères d’arme.

Sept ans après la fin de la série Mandrill dans la collection Bulles noires des éditions Glénat, Barly Baruti revient chez l’éditeur grenoblois avec ce one-shot magnifiquement illustré en couleurs directes, à l’aquarelle.

Cette BD nous apprend certaines particularités du passé du dessinateur congolais. En effet, non seulement le héros de ce récit a le visage d’un Baruti plus jeune, mais il porte aussi ce qui semblait être son nom d’origine, Alexis Livingstone. Une "étrangeté" qui a semé le trouble dans notre esprit durant toute la lecture du livre.

À l’instar du film Indigènes pour la guerre 39-45, Madame Livingstone évoque la question des forces africaines engagées durant la Première Guerre mondiale. Le point de vue de la population congolaise sur cette "guerre de Blancs" est subtilement incarné par le personnage d’Alexis. En effet, celui-ci se comporte en soldat loyal qui n’a pas une attitude vengeresse vis à vis du colon. Pour autant, il ne le caresse pas non plus dans le sens du poil. Pour que ce dialogue s’installe, il fallait donc un interlocuteur anticonformiste comme Gaston Mercier. Le scénario concocté par Christophe Cassiau-Haurie et Appollo nous fait ainsi découvrir une histoire d’amitié entre deux hommes, finalement pas si différents.

Rafraichissant et original, Madame Livingstone est la bonne surprise de l’été et mérite que l’on s’y attarde.

Madame Livingstone - Congo, la Grande Guerre
Barly Baruti & Christophe Cassiau-Haurie (c) Glénat

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

Madame Livingstone sur le site des éditions Glénat

[1Kalemie, en République Démocratique du Congo

 
Newsletter ActuaBD