Made in Abyss T4 - Par Akihito Tsukushi - Ototo

23 janvier 2019 0 commentaire
  • Notre troupe d’apprentis caverniers arrive enfin au niveau cinq, la dernière frontière avant le point de non-retour. Mais ils y rencontrent également le premier « Boss » de leur aventure : Bondold, le Seigneur de l’Aurore, adepte des expériences humaines ! La descente dans les ténèbres et la folie se poursuit de façon magistrale !

Rico sort de son coma et fait connaissance avec Nanachi, tissant rapidement des liens avec ce dernier grâce à sa bonne humeur communicative, mais aussi à ses dons en cuisine. Elle est capable de transformer presque n’importe quelle créature de l’Abysse en un délicieux repas !

Un moment de détente, de légèreté, mais également de préparation en vue de leur prochaine étape, le niveau cinq, appelé La Mer de Cadavres ! Ce lieu, le plus vaste en termes de superficie de l’Abysse, abrite une base de caverniers ainsi que l’ascenseur menant au niveau six, accessible uniquement aux Sifflets Blancs.

Seulement, cette base est administrée, comme celle du niveau deux, par un Sifflet Blanc. Bondold, le Seigneur de l’Aurore, possède une sinistre réputation que Nanachi pourra confirmer : avec son amie Meethi elles ont été victimes de ses expériences humaines !

Made in Abyss T4 - Par Akihito Tsukushi - Ototo
MADE IN ABYSS © Akihito Tsukushi / TAKE SHOBO 2013

C’est ainsi qu’après un petit détour et prologue au fameux champ de fleurs du niveau quatre, nos amis arrivent rapidement à la base de La Mer de Cadavres. Cette fois-ci le danger ne viendra pas de la faune ou de la flore, mais de l’être humain ! Bondold se révèle aussi poli et impassible qu’inhumain et prêt à tout pour percer les mystères de l’Abysse !

Le récit joue alors du huis clos et de la séparation de ses personnages pour installer la tension puis la peur. Cette fois-ci, après Rico, c’est Leg qui prend cher dans ce premier acte. Et si nos jeunes héros se débrouillent assez bien face à cette adversité, c’est finalement pour révéler dans toute sa splendeur la monstruosité de Bondold !

Comme souvent dans Made in Abyss le design « mignon » des personnages est là pour renforcer le malaise lors de scènes crues et chocs. Loin de verser dans un racolage facile, et une gratuité de la violence, Akihito Tsukushi impressionne par son sens du découpage et l’économie de ses effets, qui se marient à merveille à la noirceur de son trait, et fatalement à celle de son univers !

MADE IN ABYSS © Akihito Tsukushi / TAKE SHOBO 2013

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Made in Abyss T4. Par Akihito Tsukushi. Traduction Vincent Zouzoulkovsky. Ototo, collection "Seinen". Sortie le 18 janvier 2019. 160 pages. 8,99 euros.

Commander ce livre sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Made in Abyss sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 1
- "Made in Abyss" : le manga incontournable dont personne n’a pourtant acquis les droits en France
- Louis-Baptiste Huchez (Ototo) - Précisions autour de l’acquisition de "Made in Abyss"

  Un commentaire ?