Magasin général - T1 : Marie - par Tripp et Loisel - Casterman

15 mars 2006 2 commentaires
  • Quand deux talentueux auteurs de bande dessinée tombent en amour avec le Québec, ils nous offrent avec {Magasin général} un futur classique du récit d'émotion et d'humanité. Alors, poussez la porte de l'endroit et rencontrez le petit monde créé par les sieurs {{Loisel}} et {{Tripp}}.

Paroisse de Notre Dame Des Lacs, province du Québec, début des années 40, Félix Ducharme le responsable du commerce local décède et laisse sa femme Marie seule à la tête du "magasin général". Seule aussi car étant non originaire du village, elle n’y a pas d’attaches. Elle va néanmoins relever le défi et reprendre les activités commerciales de son défunt époux. Et, petit à petit, elle trouvera sa place dans la société du lieu.

Il y a quelques années, à la fin de la réalisation du dernier tome de son Peter Pan, Loisel déclarait qu’il était las de la bande dessinée et souhaitait se lancer dans de nouvelles expériences. Tripp, quant à lui au même moment revenait au devant de la scène après une éclipse de plusieurs années ; il proposait alors l’adaptation libre du film de Tronchet, Le nouveau Jean-Claude ainsi que quelques superbes récits érotiques pour L’Echo des Savanes et surtout un fascinant récit publié chez Glénat : Paroles d’anges (à redécouvrir de toute urgence !).

Les deux auteurs partagent un atelier à Montréal et, à force de se fréquenter et de discuter se sont rendus compte qu’ils pourraient collaborer et mettre sur pied une association graphique, comme une sorte de "troisième larron". Loisel se chargerait de la mise en scène et des crayonnés, Tripp réalisant lui la mise à l’encre et les couleurs, le scénario étant une invention partagée.
La fusion graphique des deux auteurs est sensationnelle, on y retrouve dans un style homogène le meilleur des deux dessinateurs:les silhouettes et visages caractéristiques de Loisel et la douceur ainsi que la palette lumineuse de Tripp.

Absolument complémentaires, ils composent une ode au bonheur de vivre, à la tolérance et composent une comédie humaine que n’auraient pas reniés Pagnol ou Guaresschi(Le petit monde de Don Camillo). Ils créent une galerie d’individus que l’on prend plaisir à regarder vivre dans un environnement rarement exploité en bande dessinée.

Dans un média encombré par des récits d’heroic-fantasy, les thrillers économiques ou autres délires masturbatoires "d’Auteurs" trop nombrilistes, ce Magasin Général apporte un souffle de bonheur, de fraîcheur bienvenus. Que du plaisir ! Merci messieurs Loisel et Tripp ...

(par Erik Kempinaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :