Mamoht – Par Fabien Grolleau, Pixel Vengeur et Delf – Jungle

15 octobre 2019 0 commentaire
  • Un groupe de quatre hommes embarque dans une expédition de mercenaires pour y chercher l’ivoire des défenses de mammouth enfouies depuis des millénaires dans les sols gelés de la Sibérie.

Un frêle bateau à moteur remonte une rivière de Sibérie avec à son bord Vlasta, Tusker, Boris et Alexis. Leur but ? Dénicher des cadavres de mammouths afin d’en récupérer l’ivoire. Un commerce illégal et immoral, qui consiste à s’en prendre à des victimes de plus de 100 000 ans, mais tellement lucratif : Alexis, la dernière recrue de cette bande de pieds nickelés, a bien vu comme Boris a su tirer parti de ses activités, entre voitures de luxe et filles faciles. Alors qu’importent les conditions météorologiques, les moustiques qui vous dévorent, la violence et la puanteur des hommes, la destruction de l’environnement, pourvu que quelques Chinois soient prêts à vous acheter à prix d’or (blanc) cet ivoire au marché noir. C’est à ceux qui trouveront le meilleur endroit, celui où la fonte du sol permet de repérer la pointe d’une défense. Il s’agit ensuite de faire ressurgir ces colosses du passé à l’aide de jets d’eau puissants. Sur place, la concurrence est rude et impitoyable : la solidarité entre les quatre mercenaires sera mise à rude épreuve.

Mamoht – Par Fabien Grolleau, Pixel Vengeur et Delf – Jungle

Ce récit se base sur des faits réels, dont quatre pages en fin d’ouvrage rappellent un constat dramatique : entre 2004 et 2015, le commerce de l’ivoire de mammouth a quadruplé. Il attire les convoitises de nombreux chercheurs, prêts à prendre tous les risques. C’est un reportage photo de Amos Chapple pour Radio Free Europe, que l’on peut consulter en suivant ce lien, qui a inspiré le scénariste de ce qui se présente comme un « thriller écologique ».

En l’occurrence, il s’agit de Fabien Grolleau, dont l’album Sur Les Ailes du monde, Audubon, pour lequel il a reçu le prix « BD et Géographie », était l’un de nos coups de cœur du printemps 2016. L’an dernier, il publiait avec J. Royer l’album H.M.S. Beagle aux origines de Darwin (Dargaud, 2019), lauréat du prix « Jeunesse du livre scientifique du Ministère de la Recherche ». Il est accompagné cette fois de Delf à la couleur, et de Pixel Vengeur, illustrateur pour Fluide Glacial, Psikopat et Spirou

Le récit, entre réalisme naturaliste et dystopie, monte en intensité à mesure que ce qui apparaît comme une bande de bras cassés peu scrupuleux croit toucher au but. Progressivement, la violence s’impose et les caractères s’affirment (même si, sur un format de 80 pages, leur exploration reste limitée). Violence entre les hommes bien sûr, qui semblent rétifs à toute moralité ; violence contre la nature, saccagée ; finalement, violence contre l’humanité : on ne peut que craindre les effets ravageurs de ce qu’un sol qu’on croyait figé à jamais, déjà fragilisé par le réchauffement climatique, va libérer à l’avenir. Pour le moment, il fait surtout ressurgir les fantômes du passé. L’alcool et l’épuisement des hommes les font parfois divaguer : leur apparaissent dans des songes des mammouths, majestueux, qui semblent poser une question : des hommes qui exhument le passé, dans ces conditions, méritent-ils un avenir ?

(par Damien Boone)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?