« Martha & Alan » : Emmanuel Guibert donne de la couleur à l’enfance d’Alan

23 septembre 2016 0 commentaire
  • Emmanuel Guibert étoffe à nouveau sa biographie d’Alan Ingram Cope. Usant avec brio de la couleur, son nouvel opus publié par L’Association fait revivre avec douceur et simplicité une histoire d’amitié dans l’Amérique des années 1930.

Le nouvel ouvrage d’Emmanuel Guibert, Martha & Alan, est une histoire d’amitié. Celle entre Alan Ingram Cope et Martha Marshall, deux enfants vivant dans une Californie paisible où plane cependant l’ombre de la Grande Dépression. Et celle entre Alan – narrateur âgé se retournant sur son passé – et Emmanuel Guibert – dessinateur talentueux et reconnu : amitié sans laquelle ce livre n’aurait pas été possible.

Après avoir raconté, en trois tomes regroupés par la suite en une intégrale, le parcours militaire d’Alan pendant la Seconde Guerre mondiale, puis la jeunesse de cet Américain installé en France, Emmanuel Guibert s’attarde sur les liens qui unirent Martha et Alan pendant leur jeunesse, puis plus brièvement au soir de leur vie. Se déroulant de la tendre enfance d’Alan jusqu’à son départ en Europe pour combattre le nazisme, ce livre raconte également succinctement comment les deux anciens amis ont renoué le contact, par-delà les années et l’océan Atlantique.

« Martha & Alan » : Emmanuel Guibert donne de la couleur à l'enfance d'Alan
Pages 22-23 © Emmanuel Guibert - L’Association 2016

Emmanuel Guibert donne une nouvelle fois la parole à son ami américain, qui reconstitue des souvenirs parfois flous, parfois très précis. Les jeux des enfants, la place des parents, l’importance de l’Église sont reconstitués par touches délicates. Si la nostalgie est présente, c’est pour déplorer les occasions manquées ou les actions inabouties, jamais pour regretter un passé idéalisé. Car Alan n’omet pas d’évoquer la Grande Dépression, le décès de sa mère et sa relation difficile avec sa belle-mère. Il rappelle aussi des réalités de l’Amérique du début du XXe siècle aujourd’hui oubliées. Une Amérique où une jeune fille pouvait attraper la polio et ne s’en remettre qu’avec beaucoup de peine. Une Amérique aussi où toute une jeunesse dut mettre ses projets entre parenthèses pour traverser l’Atlantique et risquer sa vie face à la barbarie nazie. Aucun pathos cependant : simplement la vie d’un garçon ordinaire racontée avec pudeur.

Pages 28-29 © Emmanuel Guibert - L’Association 2016

Mais le principal intérêt de cet ouvrage réside sans doute dans les choix esthétiques de son auteur [1]. Rompant avec le noir et blanc des précédents livres narrant la vie d’Alan, Emmanuel Guibert emploie cette fois la couleur, pour des dessins en double page la plupart du temps. Aucune case dans cette bande dessinée : ce sont les bords des pages qui délimitent le cadre. Chaque dessin peut alors être regardé – voire admiré – pour lui-même. La narration n’en disparaît pas pour autant, puisqu’il suffit de tourner la page pour passer à la « case » suivante. La lecture peut alors se faire contemplative ou du moins adopter un rythme correspondant parfaitement à l’évocation de vieux souvenirs.

Pages 54-55 © Emmanuel Guibert - L’Association 2016

Or chaque dessin constitue bien une œuvre à part entière tant le travail d’Emmanuel Guibert sur les couleurs est subtil. Ainsi cette représentation d’une vaste maison californienne vue de nuit : le bleu de la nuit américaine – au sens géographique comme cinématographique de l’expression – est magnifié par une tache orangée. Les textures et le « grain » de ses couleurs sont d’ailleurs admirablement rendus par l’édition. Le travail de L’Association, qui publie cet ouvrage « hors collection », doit être souligné, tant pour le choix du format que pour celui du papier ou de la couverture cartonnée – une rareté chez cet éditeur.

Pages 88-89 © Emmanuel Guibert - L’Association 2016

Nous garderons longtemps ces couleurs en mémoire. Qu’il s’agisse de portraits en pleines pages, de rues baignées du soleil californien ou d’austères intérieurs, Emmanuel Guibert nous offre, avec ce livre au sujet finalement assez mince, un véritable poème chromatique.

Couverture © Emmanuel Guibert - L’Association 2016

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire un entretien avec Emmanuel Guibert sur ActuaBD.
Lire la chronique de L’Enfance d’Alan sur ActuaBD.

[1E. Guibert explique ses choix et détaille ses techniques dans un long entretien accordé à la revue KaBoom, n° 16, août-octobre 2016, pages 36-45.

  Un commentaire ?